Vote !
Tops-Sites
Une lumière derrière les ombres
BONJOUR ! Uldo est fermé mais le roi est mort, vive le roi ! Vous pourrez jouer dans notre univers ici : http://z-epidemie.forumactif.com/ !


Forum RPG post-apo'
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Reconstruction [PV Edouard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité





MessageSujet: Reconstruction [PV Edouard]   Dim 16 Aoû - 17:46

Depuis peu, tout le clan s'était retrouvé dans la piscine municipale. Cela faisait à peine quelques jours, mais la souffrance restait la même. Perdre William avait été catastrophique, une perte horrible que Karin tentait de remplacer. Certes, personne ne pouvait remplacer ce chef qui avait mené le clan pendant toute cette année. Pourtant, il avait bien fallu prendre des décisions...et étrangement, tous ou presque c'était tourné vers elle. Oui, elle, qui était le bras droit de William depuis très longtemps déjà. Alors forcément, elle avait voulu aidé et avait pris quelques décisions, notamment celle de migrer à la piscine municipale, sous la défense de quelques militaires. Ainsi, le groupe se sentait rassuré, mais pas elle. Certes, ils étaient efficaces mais des craintes restaient présentes, la plupart des plus petits pleuraient beaucoup et avaient beaucoup de mal à dormir.

Ce jour-là, Karin s'était mise un peu à l'écart, sur une estrade qui surplombait la piscine désormais vide. Elle avait été récemment lavée et les plus jeunes y jouaient. C'était assez silencieux pour une aire de jeux d'enfants. Alors qu'elle les regardait, surveillant ainsi, malgré la présence de quelques adolescentes prenant leur rôle de nounou très à cœur.
La jeune femme réfléchissait, que serait l'avenir de ce clan? Qu'allait-il devenir sans William? Néanmoins, elle ne pouvait pas laisser tomber, il était hors de question d'abandonner l’œuvre de celui qu'elle considérait comme son petit frère.

Une jeune femme s'approcha pour discuter rapidement et lui proposer une boisson. Elle refusa tout, mais devant l'air déçu de l'adolescente, elle lui demanda donc un service. Celui d'aller chercher Edouard, maintenant, de lui dire que c'était urgent. En entendant son ton pressant, l'adolescente s'éloigna rapidement et partie en courant dans les couloirs du bâtiment à la recherche du jeune homme. La demande pouvait paraitre étrange, mais elle savait que celui-ci était intelligent, et il pourrait très certainement l'aider. Il n'était pas très doué pour l'attaque ou tuer des zombies, mais ce n'était pas ce genre de qualité qu'elle recherchait. Elle avait besoin de la maturité et de la réflexion de ce jeune homme.

Karin soupira, et leva les yeux vers le toit, transparent. Enfin il l'était, mais la crasse s'était accumulée cachant la plupart des rayons de soleil.

- William...pourquoi?

La jeune femme ne pouvait pas oublier cette image. Pourquoi les hyènes étaient-ils aussi mauvais? Pourquoi avaient-ils tué leur chef qui avait tant fait pour eux? Elle avait tellement envie de le venger...Ses poings se serrèrent alors que les larmes lui montaient aux yeux.
C'était dur, tellement dur. Pourquoi était-ce arrivé? Ce n'était pas juste, il était si jeune ! Ces maudit hyènes le paieront, c'était une certitude. Alors que ses pensées dérivaient vers la haine et le désir de vengeance, une larme coula sur sa joue droite, de son seul œil encore capable de voir et de pleurer. Elle posa brutalement sa main sur son œil gauche, comme si cette zone était devenue très douloureuse. Et c'était le cas, quand elle pleurait, son œil incapable de pleurer était extrêmement douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Dim 16 Aoû - 20:41

William était mort. D'une façon qu'on ne souhaiterait pas pour son pire ennemi. Comment l'être humain pouvait-il agir de la sorte avec d'autres membres de sa propre race ? Décidément, Edouard ne comprendrait jamais l'humanité.

William était mort. Son décès -ou plutôt son assassinat- avait bouleversé les Sauveurs. Il avait disparu le 23 Juillet, au lendemain de la cérémonie et, deux jours plus tard, son corps était exposé devant le Louvre. Mort. Jonathan ne savait pas qui avait découvert le corps mais il imaginait que trop bien le traumatisme. Comment était-ce possible ?

Le leader était mort. William n'était plus mais son héritage devait survivre. Les Sauveurs ne pouvaient pas disparaître avec son funeste destin. C'était Karin, celle qui était son bras droit depuis longtemps, qui avait pris les commandes. Elle n'avait jamais voulu de ce rôle mais chacun s'était tourné vers elle, ses décisions et ses choix. Sa première décision, qu'Edouard jugea sage, fut de déloger les Sauveurs vers une nouvelle localisation. La piscine municipale. Evidemment, il n'y a plus d'eau depuis un moment, maintenant. Désaffectée, elle servait de nouveau QG pour le groupe.

Peut-être, finalement, la cérémonie n'avait-elle pas été une si bonne idée. Elle avait d'amener et conduire une nouvelle lueur d'espoir mais ses conséquences anéantissaient chaque processus. William était mort. Personne ne pourrait le faire revenir d'entre les morts. Les Sauveurs devraient apprendre à vivre sans le charisme et le leadership de l'homme. Un coup dur. Et peu après ce tragique événement, l'Espoir amenait ses hommes à protéger le troupeau d'enfants. Telle était la nouvelle situation.

Les Sauveurs étaient sous le protectorat de l'Espoir.

Edouard avait été largement affecté par la mort du personnage. Bien qu'il s'était gardé de montrer sa faiblesse, il ne s'était pas encore remis de ses émotions. Il lui était ainsi déjà arrivé, dans un moment de doute, de se glisser dans quelques toilettes, remettant à nouveau ses tripes. Le monde était foutu.

Une jeune femme le cherchait. « Edouard. Je cherche Edouard. » Il avait froncé les sourcils. Personne ne le cherchait. Il n'était qu'un Sauveur. Un lambda dans une foule d'enfants. Il était tout au plus la nourrice de quelques enfants dont il avait la garde. Il s'était tout de même relevé, se questionnant. « Ici. » Elle s'était approchée, esquivant deux enfants qui se couraient l'un après l'autre. « Karin souhaite te voir. Elle est dans les estrades. »

Panique. Questions. Doute. Crainte. Peur. Angoisse. Sa tête tournait. Qu'avait-il fait ? Qu'allait-elle lui demander ? L'envoyer au dehors ? Non. Il ne savait pas se défendre. Elle n'allait quand même pas lui demander une mission-suicide auprès des Hyènes ? Non. Il devait se ressaisir. Il était encore temps pour fuir. Se cacher. C'était une possibilité.

Merde. Il était tellement foutu. Il déglutit et hoche de la tête. Quel autre choix avait-il ? Il ne pouvait pas partir. Il en aurait encore le temps une fois qu'il saurait ce qu'elle lui voulait.

Dans sa tête, le monde tournait. Il voyait les enfants. Il voyait les adolescents. Il voyait aussi les jeunes adultes. Il sentait des sueurs froides. Il sentait la pâleur sur son visage. Son ventre se nouait, autant que sa gorge. Il devait dégueuler. Il ne fait que ravaler sa salive, pourtant. Qu'avait-il fait ? Qu'allait-elle lui demander ? Stop. Il devait arrêter de se poser tant de questions. Finalement, ses jambes se mettent à trembler, ne voulant même plus répondre à ses ordres. Se contrôlant tant bien que mal, il s'arrêta à deux pas de la jeune femme et, debout, lui adressa la parole.

« _ Tu m'as fait demander, Karin ? En quoi puis-je t'aider ? » Il sourit timidement, en espérant qu'il soit bien là pour l'aider. Il n'avait rien à se reprocher. Ou peut-être n'avait-il pas assez pleuré William lorsqu'il le devait ? Non, cela ne pouvait pas être ça. Ce n'était qu'une conversation de routine. Il devait croire cela !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Dim 16 Aoû - 21:25

Karin n'y arrivait pas, c'était beaucoup trop dur. Comment pouvait-elle réussir à protéger tout ces enfants? Ces adolescents et ces jeunes adultes que comptait le clan? Que pouvait-elle faire pour eux? C'était beaucoup trop de responsabilités. Elle avait toujours su que William faisait un boulot monstrueux pour permettre à tout ce petit monde de survivre, d'avoir les ressources nécessaires et de se défendre...mais pourquoi avait-il fini ainsi?

Alors que les larmes coulaient sur sa joue droite, totalement incapable de les retenir, alors que d'une main, elle tenait son œil gauche, comme s'il allait sortir même si elle n'en avait plus depuis longtemps. Il lui faisait si mal...raison pour laquelle, elle s'empêchait toujours de pleurer. Et dans les cas où c'était impossible, elle se cachait. Sauf que là, elle avait été prise de court.

Soudainement, une voix masculine résonna. La jeune femme sursauta et releva les yeux pour voir qui venait de lui parler. Ah Edouard. C'est vrai qu'elle avait demandé à une adolescente d'aller le chercher. Elle devait se reprendre, absolument ! Personne ne devait la voir comme ça ! Elle essuya sa joue droite, retirant les traces des larmes. Elle grimaçait, son œil gauche lui faisait toujours mal. Elle souffla un bon coup pour se reprendre et afficha un sourire...un peu crispé.

- Edouard ! Merci d'être venu, c'est très important ! Assis-toi donc.

Elle tapota le banc à côté d'elle puis reprit un sourire un peu plus normale. Il était temps de se concentrer, de penser au clan et à ce qu'elle pensait.

- J'ai besoin de ton aide ! Je sais que tu es quelqu'un d'intelligent et j'ai besoin de toi pour réfléchir sur le clan, et son avenir...


La jeune femme tentait de ne pas d'être trop effrayante ou de trop en demander. A la base, ce jeune homme était un membre ordinaire du clan, il n'avait pas de rôle propre dans la gestion du clan, pourtant, il avait tout de même sa place, en tant que nourrice pour enfants. Il restait souvent à l'intérieur, mais elle l'avait déjà remarqué et n'avait pas oublié l'intelligence qu'il pouvait démontrer. C'est pour ça qu'il l'avait demandé.

- Nous devons trouver ensemble les solutions pour que la création de William lui survive. Tout ça doit continuer, on doit continuer de protéger ces enfants...


Elle le regarda, attendant de voir son avis, de voir ce qu'il en pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Lun 17 Aoû - 13:24

Il ne l'avait pas observé de suite mais la jeune femme avait pleuré. Sûrement la perte de William l'affectait plus que quiconque, elle qui avait sa plus proche connaissance durant cette année. Ou peut-être craquait-elle sous le poids des responsabilités. Elle n'avait jamais été préparée à l'éventualité d'une disparition aussi brutale. Et, soudainement, chaque décision lui revenait. Peu de monde était taillé pour le pouvoir comme avait pu l'être William par la force des choses. Ni Karin. Ni lui-même. Pourtant, elle avait pris une première judicieuse décision. Celle de fuir le lieu hanté par le fantôme de l'ancien chef.

Ce n'était pas à Edouard de demander si tout allait pour le mieux. Il aurait aimé. Mais elle ne l'avait pas fait demander pour pleurer. Bientôt, elle lui donna un ordre. Celle de s'asseoir à ses côtés. Sans dire un mot, à une distance d'un demi-corps, il se posa sur l'estrade. Directement, tentant de se contrôler, ses coudes prirent appui sur ses genoux et, déjà, il observait les orphelins. C'était là le trésor du groupe. La génération de demain. Et c'était à eux qu'il incombait le devoir de les éduquer pour que, eux aussi, poursuivent leur lutte. Mais c'était aussi là la plus grande faiblesse. Les autres groupes pouvaient compter sur des hommes, souvent entraînés ou, pour le moins, capables de se défendre. Les enfants ne savaient pas se défendre et nombreux étaient les adolescents à ne pouvoir encore se battre. Sans le compter lui-même comme un poids mort.

Elle venait de le surprendre par sa nouvelle. S'il comprenait bien ce qu'elle lui disait, elle cherchait conseil auprès de lui. Edouard. Son cerveau en ébullition s'inquiétait déjà. S'il se mettait à donner des conseils, il devrait prendre la responsabilité de ses paroles. Si, par sa faute, le Clan était conduit à sa perte, il serait le seul à blâmer.

Il était encore temps pour fuir.

Non. Trop tard. Il s'était assis. Qu'il soit damné. Il était pris au piège.

Elle avait continué de parler. Doucement. D'une voix qui voulait se montrer rassurante. Mais il savait tout le poids qu'elle venait de lui donner. Elle se déchargeait d'une partie de ses pouvoirs. Car, dorénavant, s'il ouvrait seulement la bouche, elle pourrait rejeter la faute sur lui. Il déglutit alors qu'il sentait le regard de l'oeil borgne sur lui. Le détaillait-elle ?

Il devait dégueuler. Merde. Ce n'était pas le moment pour ça. Garder son calme. Reprendre contenance alors qu'il blanchissait.

« _ Je. Oui. » Il se trouvait fatigant. Epuisant. Dans sa tête, il se félicitait encore pour toute la rhétorique dont il était capable. Il se rabrouait pour toute sa médiocrité. Il était pathétique de perdre pied devant la première embûche. Observant le spectacle des enfants dans la piscine municipale, il poussa un soupir, tentant de reprendre un peu son calme. « Tu as bien fait de nous faire sortir du Louvre. Si les enfants n'ont pas vu le corps, le Musée était hanté par le fantôme de William pour les plus grands. »

Tout n'était que de la diplomatie. Il avait longtemps étudié cela avant l'Apocalypse. Aujourd'hui, les Sauveurs avaient subi un attentat mais le groupe devait pouvoir se relever et se montrer confiants dans l'avenir s'il ne voulait pas être écrasé et éradiqué du plateau parisien. A voix haute, il se mit à réfléchir. « Nous sommes sous la protection de l'Espoir mais, tant que maintenant, nous sommes perçus comme le groupe faible de Paris. » Il était dans son élément et, sans s'inquiéter de savoir si elle suivait encore tout son raisonnement, Edouard continuait. « Nous ne pouvons pas rejeter la protection. Elle nous est salutaire. Mais le groupe est perçu comme sans aucun leader. Tant que maintenant, tu es la représentante de ce pouvoir par intérim. » Avec un léger sourire, sans jamais observer son interlocutrice, il en vint à sa conclusion. « Il te faut prendre la décision d'annoncer clairement ce que devient le leadership des Sauveurs. Ou tu officialises ta nouvelle position. Ou tu y renonces et soumets la décision au vote du groupe. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Lun 17 Aoû - 19:37

Heureusement, Karin ne savait pas tout ce qui se passait dans la tête de Edouard. Elle ne se doutait pas de la peur qui pouvait l'assaillir et qu'aurait-elle pu faire si elle avait su? Le rassurer? A quoi bon, il était assez intelligent pour savoir qu'elle ne lui demandait pas quelque chose d'ordinaire et que donc oui, il avait des raisons d'avoir peur. Chaque mauvais conseil pouvant mener à une mauvaise décision risquait la vie de tout les protégés du clan. Mais ne même temps, il fallait prendre des risques pour avancer. C'était ça tout le dilemme.
Et puis, elle devait gérer ses propres peurs, avant de pouvoir gérer celles des autres.

Néanmoins, le jeune homme semblait prendre sur lui pour répondre honnêtement et apporter son avis, son soutien et son conseil. C'est ce qu'elle appréciait chez lui. Malgré qu'il semblait être un trouillard qu'elle n'enverrait jamais dehors, elle pouvait compter sur lui pour d'autres choses. D'ailleurs, il tentait de la rassurer en lui disant qu'elle avait bien fait.

- Merci...De toute façon, je ne me voyais pas vivre là-bas et à chaque sortie ne voir que cette image...à chaque couloir, revoir des images de lui...et sa sœur n'aurait jamais pu le supporter. Je vois ça comme un nouveau départ. Nous devons repartir sur de nouvelles bases !


Malgré sa tristesse, sa colère et sa peur, elle était vraiment motivée et c'est ce qui prenait le dessus sur tout le reste.
Seulement, avec les compliments, voila que Edouard se mettait à débiter des vérités et pas toujours agréable à entendre. Néanmoins, elle se devait de les écouter. Elle avait demander des conseils, alors il était normal de les écouter. Quand il se tut, elle laissa échapper un soupir. Être pour de bon le chef? Ou refuser cette position? Elle leva les yeux vers le plafond, en pleine réflexion. Que devait-elle faire? Elle connaissait des idées et des plans conçus par William que d'autres ne connaissaient pas forcément. Mais même si elle le connaissait bien, qu'elle avait le désir de faire perdurer la création de l'adolescent, elle ne se sentait pas d'avoir le cran nécessaire pour être le chef.
Alors, elle baissa les yeux et les posa sur Edouard. Des yeux qui luisaient d'une nouvelle détermination. Non, elle n'avait pas les épaules pour supporter seule d'être chef mais il y avait d'autres solutions.

- Je pense que tu t'en doutes, mais je ne suis pas faite pour être chef. Je fais de mon mieux pour que le clan n'éclate pas, mais je ne me sens pas à ma place. Je peux aider à gérer, mais le faire toute seule, c'est vraiment compliqué.


Et peut-être que le jeune homme la traiterait de lâche mais ce n'était pas grave. Elle avait avoué ses craintes, certaines de ses faiblesses, mais c'était pour permettre au clan de devenir encore plus fort, et seule, elle n'y arriverait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Ven 21 Aoû - 16:08

De nouvelles bases. Il avait retenu cela des dernières paroles de Karin. Elle voulait de nouvelles bases. Il l'admirait par sa capacité à surmonter son deuil pour prendre quelques décisions vitales pour la survie du groupe. Sans elle, ils seraient encore pétrifiés de terreur devant l'acte barbare dont avait été victime William. Nul doute que, sans elle, sans Karin, ils seraient encore à redouter une nouvelle attaque. Mais elle avait pris les choses en main quand tout allait au plus mal et avait su dépasser sa peine pour se relever plus vite que d'autres. Pourtant, elle était sûrement l'une des personnes les plus proches de l'ancien leader. Aussi, en silence, devait-elle souffrir bien plus que d'autres.

Pourtant, Edouard se questionnait sur la responsabilité de l'Espoir dans l'assassinat. S'il y avait bien un groupe armé, c'était le leur. Or, il n'y avait eu aucune réponse à l'assassinat. Ils s'étaient contentés d'offrir leur protection au groupe. S'il n'était pas si paranoïaque -il était bien conscient de sa propre maladie-, Edouard se serait demandé si tout ceci n'était pas qu'un jeu pour obtenir la confiance et la loyauté des Sauveurs. Après tout, le groupe était un vivier de ressources humaines, utiles pour les futures expériences de vaccination et autres expériences "scientifiques". Bien qu'il avait pu rencontrer deux soldats du groupe, il doutait de l'esprit de ces hommes et femmes qui cherchaient encore un vaccin et un remède. Après tout, être enfermé et être soumis à une défaite constante pouvait altérer l'esprit le plus fort.

Elle avait admirablement joué son coup, il devait l'admettre. Elle n'était pas là pour savoir si elle devait garder ou non le pouvoir mais bel et bien pour lui remettre les clefs. Bien sûr, tous les deux savaient qu'elle n'avait pas la carrure pour supporter ce pouvoir seule. D'ailleurs, William lui-même était fort jeune pour une telle responsabilité. Mais il l'avait acceptée, seul, sûrement dans l'espoir d'éviter ce poids à une autre personne.

Elle avait déjà pris sa décision avant de le faire demander. Elle lui demandait bel et bien ce qu'ils devaient faire. Soudainement, il se retrouvait en lieu et place de prendre la décision qui changerait les choses à jamais. Ou ils gardaient l'héritage intact et un nouvel homme prenait le pouvoir pour guider seul le groupe. Ou l'héritage de William serait cette troupe d'enfants qu'il s'était promis de protéger.

Il avait la tête qui tournait.
La nausée lui montait à la gorge.
Des vertiges lui firent se tenir plus fermement à l'estrade.
Il avait envie de vomir.
Il devait vomir.
Mais impossible de fuir. Plus maintenant. Reprendre contenance. Avoir fière allure.

« Nous nous devons de reconstruire un semblant de civilisation. » C'était la seule phrase qu'il avait su dire jusque-là. Il devait maintenant s'expliquer. Un long soupir. Une longue inspiration. « Lorsqu'une civilisation était guidée par un seul homme, nous appelions cela, au pire, une tyrannie, au mieux, une monarchie. Tous les pouvoirs étaient réunis en un seul homme. » Il s'arrête une première fois. Bien sûr, il fustige William d'avoir pris ce rôle à lui tout seul. Pourtant, il ne le critique pas et sait combien l'homme a toujours voulu faire pour le plus grand bien. « Il existait aussi la démocratie. Chacun avait les mêmes droits et votait pour la personne qu'il souhaitait. Tout cela ne relève que d'une cote de popularité. » Il regarde les enfants. « Ce n'est pas ce qu'il leur faut. Si nous voulons survivre, ce n'est pas en étant populaire que nous pourrons vivre décemment. » Jetant sa tête en arrière, il observe le toit de la piscine. « Je crois que nous devons élaborer un Conseil. Il serait composé de quelques adultes dans le groupe et ceux-ci prendraient les décisions à l'unanimité. » Il sait bien que ses paroles sont brutes, rudes et peut-être peu diplomatiques, mais, en cet instant, il ne pensait pas à la bienséance mais, comme William avant lui, il pensait pour le bien du plus grand nombre.

« Sa faiblesse serait son nombre. Plus nous serons, plus le Conseil sera paralysé par les oppositions. Sa force serait ce même nombre. Si une décision vire à la catastrophe, le groupe pourra blâmer le Conseil et non un seul homme. » Il se tait. Il sait combien parler aussi librement peut être dangereux. L'Histoire a souvent vu ce genre d'hommes se faire exécuter pour de tels propos. Mais elle lui avait demandé ses conseils et, jusqu'ici, elle n'avait fait aucune preuve d'un nouveau régime tyrannique. Il prenait des risques. « Les enfants ne pourraient pas participer, évidemment, et les adolescents me semblent prématurés pour prendre des décisions responsables. »

Finalement, il se tait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Ven 21 Aoû - 18:22

Les yeux de Karin se baladaient sur les quelques enfants jouant dans la piscine vide, ainsi que sur les quatre jeunes filles qui veillaient sur eux. Aucun d'eux ne se doutait que son regard pesait sur eux...non pas qu'elle surveillait, c'était surtout une façon de ne pas regarder Edouard. C'était gênant d'avouer ses faiblesses, de demander ainsi des conseils...mais elle le faisait pour le bien du clan, de tout ces enfants.

Elle venait de lui annoncer qu'elle n'avait pas la carrure nécessaire pour porter toutes les responsabilités qu’incombait ce rôle. C'était beaucoup trop...Avoir été bras droit donnait des responsabilités, mais William avait toujours été là, prenant le plus gros des responsabilités. Elle s'en était rendue compte maintenant qu'il n'était plus là. Avait-elle le droit de refuser ce rôle qu'il avait supporté pendant tout ce temps?
C'était beaucoup de questions, beaucoup trop depuis cet assassinat. Des questions, mais pas de réponses. Au moins, le jeune homme tentait d'en apporter quelques unes.

- La démocratie, hein? Je ne suis pas sure que l'on peut demander à tout ces enfants de voter...la plupart ne comprennent pas totalement le monde dans lequel ils vivent...


La jeune femme laissa échapper un soupir, alors que Edouard continuait de parler, de proposer des idées. Et voila qu'il parlait d'un conseil. Intriguée, elle tourna la tête vers lui, le fixant droit dans les yeux, et écouta avec attention. C'était la première fois que quelqu'un proposait, dans ce genre de situation, ce genre d'idées. Effectivement, c'était à la fois une bonne et une mauvaise idée...En temps plus calme, cela permettrait d'avoir plus d'idées, d'être plusieurs à prendre les décisions. Mais ceci pourrait se transformer en désavantage en cas de danger imminent. Son expression était sérieuse, très sérieuse, alors qu'elle le fixait.

- Je vois...

Son ton à moitié absent signifiait qu'elle avait bien entendu l'idée, mais qu'elle était en train d'y réfléchir. Un conseil...ça se préparait. Qui en ferait partie? Il ne fallait pas lancer ceci à la légère sinon, l'idée s'effondrait à peine commencé !
Elle se mordit la lèvre, alors que plusieurs hypothèses et manières de mettre en place un système de conseil, lui traversaient l'esprit.

- En effet, on ne peut pas prendre les enfants et les adolescents...il faut une certaine maturité et expérience de ce monde pour prendre des décisions en toute logique. Avant, la majorité était à 18 ans...qu'est-ce que tu en penses de prendre cet âge minimum?


La plupart avant serait certainement trop immature, malgré tout ce qu'avait pu accomplir William. Rare était ceux de son âge capable d'en faire autant. Et une limite d'âge réduirait grandement le nombre de personnes pouvant faire partie du conseil. Les enfants et jeunes adolescents étaient plus nombreux que les jeunes adultes. Alors, 18 ans, cela lui paraissait bien.

- Je pense que c'est une bonne idée...dans des périodes calmes. En période de crise, un conseil risque de trop compliquer...il faut donc nommer quelqu'un qui prendra les décisions en temps de crise, tout en respectant au maximum ce qui a pu être décidé avant. Ensuite pour le conseil...il va vraiment falloir préparer tout ça. Cela ne va pas être facile...il va falloir recenser les personnes âgées de plus de 18 ans, leurs capacités, puis sélectionner ceux qui nous semblent bien pour des rôles précis...Es-tu prêt à m'aider à gérer tout ça?


Karin posa sa main sur le bras du jeune homme, ayant un peu peur qu'il s'enfuit en comprenant tout ce qui lui tombait dessus. Mais en même temps, elle lui faisait entièrement confiance et à travers ce geste, elle voulait le rassurer. Et tout autant se rassurer. Néanmoins, elle considérait qu'il avait une place et un rôle à jouer dans tout ça, c'est pour ça qu'elle venait de prendre une décision, certes rapide, mais qu'elle savait ne jamais regretter !

- J'aimerais aussi...que tu fasses parti de ce conseil. Tu as de très bons atouts qui pourront aider tout le clan...je sais que tu peux y arriver !


Ce n'était en rien une obligation, mais elle espérait vraiment qu'il accepterait. Comme premier membre, il serait idéal. Oui, premier membre, parce qu'elle ne savait même pas si elle avait sa place dans ce futur conseil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Ven 21 Aoû - 20:02

Dix-huit ans comme âge « légal » pour appartenir à ce Conseil ? C'était une possibilité. Bien sûr, comme elle le disait, et ses arguments étaient valables, les enfants et adolescents n'étaient pas capables de prendre de bonnes décisions. Pourtant, fallait-il rappeler que, longtemps, l'adolescence n'existait pas. Groupe créé par les médias, il n'existait pas auparavant. Très jeune, vers 14 ans, l'on devenait déjà un adulte confirmé. Mais c'était aussi un monde différent. Edouard ne pouvait s'empêcher de comparer l'évolution du monde. Et, pour lui, ce Nouveau Monde était le plus difficile que l'humanité viendrait à connaître.

Certes, elle avait choisi de mettre un âge minimum de dix-huit ans. Il aurait préféré vingt ans pour une question de maturité et d'expérience. Mais il accepta en silence cette condition.

C'était la suite de la discussion qui venait à le surprendre. Elle était réellement intéressée par le système qu'il lui proposait. Sous la forme d'une oligarchie des Anciens, elle proposait maintenant de créer une position particulière qui, dans les temps de crise, aurait voix sur tout le monde. Une sorte d'Imperator romain qui, durant six mois, avait tout pouvoir et autorité sur la République.

« _ Une sorte d'Imperator, à la romaine. L'idée est intéressante. » La situation était dorénavant sous contrôle. Ou, il lui semblait. Maintenant qu'elle parlait et donnait ses idées, il ne sentait plus tout le poids du monde sur ses seules épaules, ce qui le rassurait largement.

Elle avait aussi parler d'un recensement et d'une bonne préparation. Elle avait bel et bien raison. Il fallait préparer pour que les membres de ce Conseil puissent prendre leurs fonctions et directement prendre les décisions nécessaires à la survie du groupe. Il était vital que l'idée ne meurt pas dans l'oeuf. Il fallait faire cela proprement. Pourtant, s'ils prenaient trop leur temps, le groupe viendrait à se diviser et chacun prendrait sa propre route. Il fallait faire pour le mieux dans le court laps de temps qu'ils avaient. Et tellement de travail les attendait.

Elle posa une main sur lui alors qu'elle lui demandait s'il pouvait lui donner l'aide dont elle avait besoin. Aussitôt, il vint à se raidir. Il détestait toujours autant que le contact physique d'une personne. Que cela soit affectif, purement affectueux ou quoi que ce soit. Peu lui importait. Il détestait. Aussi avait-il pu l'écouter et parler avec, ceci n'autorisait pas pour autant la jeune femme à se permettre ce qu'elle faisait. Silencieux, muet devant ce geste, il essayait d'en faire abstraction pour se concentrer sur toutes les informations.

L'autre surprise vint de sa dernière proposition. Bien qu'il pouvait s'y attendre, la jeune femme vint à lui demander qu'il fasse partie de ce dit Conseil. Sa réaction ne se fit pas longuement attendre puisqu'il se releva aussitôt pour se mettre les mains dans les poches de son jeans. Il déglutit, blanchissant doucement. Il détestait la position dans laquelle elle le mettait. Elle lui forçait la main depuis le premier instant. Il n'aurait jamais dû accepter de se présenter et prendre directement la fuite. Peut-être aurait-il eu davantage de chances dans Paris, avec tous les Infectés. Se mordant la lèvre inférieure, se questionnant sur les possibilités, il se tourna vers la jeune femme, prenant un air résolu.

« _ J'accepte. » Il n'avait pas fini. « Seulement si tu fais partie de ce Conseil. » Il souriait. Il n'avait pas encore fini. « Tu seras cette personne que tu as décrit. En période de crise, tu auras les pleins pouvoirs. » Il prenait une certaine confiance. Il était dans son élément. Il avait toujours eu des difficultés dans les affaires sociales mais, en matière de négociation, la diplomatie n'avait nul secret. Elle n'impliquait aucune émotion. Il devait seulement avancer ses pions. « Tu as déjà fait tes preuves en tant que telle à la mort de William. Ce titre te revient de droit. » Déglutissant, il finit par dire quelques mots sur sa nomination. « Refuse et je déclinerai ta proposition. »

Maintenant que le sujet était clos, il en reprit un autre : la formation de ce Conseil. Bien sûr, il était encore trop tôt pour le décrire clairement puisqu'il n'était encore qu'à l'état d'embryon, mais il devait éclaircir au mieux la situation. « Disons des membres de plus de dix-huit ans, oui. Je crois qu'un Conseil formé de cinq membres serait plus que suffisant pour prendre les décisions. » Puis, alors qu'il s'asseyait à nouveau, toujours à cette distante sécurité, posant ses coudes sur ses genoux pendant qu'il observait le spectacle de la piscine municipale -ils ne savaient qu'eux deux prenaient une décision historique-, il poussa un autre soupir avant de tourner la tête vers la borgne. « Il nous faudra rédiger une Constitution, Karin. »


Dernière édition par Edouard J. Delataine le Ven 21 Aoû - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Ven 21 Aoû - 21:19

Pour l'instant, Karin et Edouard étaient d'accord sur la plupart des points énoncés. L'avantage, c'est qu'ils pouvaient ainsi, argumenter pour améliorer chaque idée proposée. C'est ainsi que le jeune homme venait de proposer l'idée d'un conseil qu'elle avait approuvé après un moment de réflexion.
Sauf qu'elle fit une erreur...comment aurait-elle pu deviner que le toucher était quelque chose qu'il détestait? Eh bien, au moins, il ne s'énerva pas, mais elle le sentit se raidit. Elle le notait dans un coin : ne plus toucher Edouard. C'était mieux de le laisser venir.

La jeune femme retira donc sa main au même moment où il se levait. Elle le regarda, se demandant s'il allait partir...Par chance, il resta mais debout. Bon, au moins, le pire était évité. En entendant sa réponse, elle sourit, d'un large sourire ravie. Il acceptait ! Il voulait bien faire partie du conseil ! Karin s'apprêtait à répondre, mais n'eut pas le temps. Edouard continuait de parler. Il posait ses conditions, c'était soit elle acceptait, soit il ne faisait pas parti du conseil. Elle perdit son sourire, laissant la place à une grimace mais elle écoutait avec attention.
Elle comprit alors qu'elle aurait tout de même un rôle à jouer. Et pas seulement de participer à la création du conseil...non, elle serait également un membre de ce conseil, et la personne récupérant les pleins droits en cas de crise.
Au final, elle gardait plus de responsabilités qu'elle en aurait voulu, mais c'était toujours moins que d'être tout simplement la chef. Néanmoins, cela méritait réflexion. Est-ce qu'elle le voulait? Est-ce qu'elle pouvait?
Quelques minutes avant, elle se demandait si elle pouvait rejeter le rôle que William avait pris malgré son jeune âge...C'était un bon compromis qu'on lui proposait. Elle soupira et se frotta l’œil, d'une main, l'autre se posant sur son bandage. Foutues cicatrices...Ces derniers temps, elles étaient plus souvent douloureuses, et un peu plus que d'habitude. Elle finit par relever la tête et la tourna vers le jeune homme.

- Très bien, j'accepte tes conditions. On travaillera donc ensemble ! J'ai bien fais de te demander conseil ! Mais...es-tu sur que les autres membres accepteront?


Après tout, elle ne tenait pas à être un sujet de discorde pour le futur conseil.
Ensuite, ils se mirent à parler des premières conditions de bases pour la création de ce fameux conseil. Tout en l'écoutant, elle frottait distraitement les cicatrices sous son bandage, essayant de faire passer la douleur.
Karin le vit se rassoir et hocha la tête, comme première réponse.

- Cinq membres...ça parait très bien, un nombre impair évitera des égalités dans les résultats...Et que veux-tu dire par une Constitution? Des règles que devront respecter chaque membre, c'est ça?

La douleur l'empêchait de bien se concentrer mais elle prenait le dessus pour répondre à Edouard. En temps normal, elle se serait isolée le temps que la douleur cesse mais ces temps-ci, c'était plus compliqué. Elle inspira profondément, espérant chasser la douleur pour mieux se concentrer.

- Si tu parles de Constitution, je suppose que tu sais comment en rédiger une et ce qu'on doit mettre dedans?


Son œil valide se baladait beaucoup moins doucement qu'avant, tentant de capter des choses qui détournait son esprit de son autre œil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Dim 23 Aoû - 18:26

Karin doutait d'elle-même. Il la comprenait mieux que personne. Peut-être cherchait-elle en sa présence un moyen de se rassurer, qu'elle ne s'était pas trompée. Elle se demandait si les autres membres du Conseil seraient en sa faveur, comme il l'était. Il savait que c'était la juste décision. Aucune autre personne ne méritait ce poste autant qu'elle, bien qu'elle-même ne le savait pas encore. Aussi, tentant de la rassurer avec son pragmatisme habituel : « Ils devront. D'autant que tu connaissais mieux que quiconque William. Tu en es son héritière. » Et d'ajouter, en tant de sourire chaleureusement. « Et tu as déjà su prendre des décisions en temps de crise. » Evidemment, il évoquait le brutal assassinat de l'ancien chef.

S'ils étaient tous bel et bien là, c'était uniquement grâce à elle. Par sa rapide prise en charge de la situation. Ils lui devaient la vie, même si elle ne s'en rendait peut-être même pas compte elle-même.

Mais alors qu'ils discutaient, il sembla au jeune homme qu'elle était déconcentrée. Elle avait perdu son enthousiasme. Surtout, elle se grattait l'oeil sous ses bandages, et ce, de façon inquiétante. Elle semblait même légèrement souffrir d'une possible gêne. Aussitôt, Edouard paniqua. Que devait-il faire ? Devait-il seulement faire quelque chose ? Déglutissant, regardant aux alentours s'il ne pouvait pas la confier à quelqu'un, il se gratta l'arrière de la tête en signe de dépit. Il allait devoir prendre de ses nouvelles.

« _ Va te reposer, Karin. » Et d'ajouter un peu trop froidement. « Si tu t'épuises trop, tu ne pourras pas être utile au groupe. » C'était un peu brutal, il s'en rendit compte qu'après. Il aurait dû s'excuser. Il aurait dû. Mais il ne le fit pas. Se levant déjà, il se tourna vers elle, toujours occupée avec sa vieille blessure. S'adossant à l'estrade, tournant enfin le dos au spectacle enfantin, il croisa les bras après avoir remis ses lunettes en place. « Tu te démènes trop. La civilisation attendra bien un jour de plus avant de se rebâtir. » C'était ... Un peu une blague. A sa façon particulière pour détendre l'atmosphère. De cette façon, il essayait de montrer qu'il s'inquiétait. Mais il était nul à ce jeu. Ce n'était définitivement pas pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Lun 24 Aoû - 1:20

Edouard continuait de se montrer rassurant, mais c'était également une façon d'imposer ses conditions pour entrer dans le conseil. Finalement, ce n'était pas vraiment une mauvaise chose. Il avait raison, à force de discuter avec William, elle connaissait la plupart de ses plans d'avenir, même ce qui n'était pas encore commencé. Elle était donc la plus à même de continuer ce qu'il avait commencé, non? En tout cas, c'était ce que le jeune homme disait.
Elle hocha la tête, pour signifier qu'elle avait bien compris.

- Oui, tu as raison...nous avons donc déjà deux membres pour notre fameux conseil.


Toujours en se frottant l’œil à travers son bandage, elle ne remarqua même pas que Edouard cherchait quelqu'un. Elle était plus concentrée sur la douleur qu'elle tentait de faire partir. Finalement, elle l'entendit reprendre la parole. Visiblement, la conversation tournait court, à cause de son œil. Pourquoi ça arrivait maintenant? Pourquoi à ce moment? Il y avait trop de choses à régler pour ne penser qu'à soi.

- C'est important...On doit régler tout ça...je...

Elle se tut brusquement et se mordit la lèvre alors qu'une vive chaleur irradiait de son œil. C'était trop, beaucoup trop à supporter. Il fallait qu'elle s'isole, qu'elle retire le bandage...mais il était vraiment important de remettre tout ça sur pied. Elle attendit tout de même que la douleur diminue un peu pour reprendre la parole.

- Je me reposerais plus tard, ça va aller ! Alors, on en était où? Donc, cinq membres...avec quel rôle en particulier? Si je dois gérer en temps de crises, je peux aussi gérer les réunions pour éviter les débordements. Après, il faudrait une personne par rôle important, pour chaque partie importante pour la survie du groupe...L'éducation des enfants est vraiment importante, je pense qu'il faut quelqu'un pour la gérer. Ensuite, il y a la sécurité de notre QG...Mmh...j'oublie des trucs non? Le matériel, il faudrait quelqu'un pour le gérer. Tu vois quelque chose d'autre?


La jeune femme se leva, ayant un peu de mal à réfléchir mais elle tenait à faire bonne figure. Elle ne voulait pas qu'il la prenne en pitié. Elle s'appuya à la rambarde, son œil valide observait les enfants, alors que ses mains se crispaient sur la rambarde. Le but de crisper ainsi ses mains, était de tenter désespérément de faire passer la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Mar 25 Aoû - 20:10

Elle était étrange. Et, d'une certaine façon, arrivait-elle à fasciner le rouquin. Agissait-elle aussi de la sorte avec son propre deuil ? Soudainement, Edouard se rendait compte à quel point elle souffrait et à quel point, plus que jamais, elle devait se sentir seule. Se confiait-elle seulement à quiconque ? Il en doutait. Auparavant, il avait sa psychologue, qui l'avait largement aidé à parler. Aujourd'hui, mieux que personne, il comprenait la situation de Karin. Il était incapable de la désapprouver, vivant la même depuis le début de l'Apocalypse.

Mais elle avait fait son choix. Elle venait de rejeter la main tendue par le jeune homme. Elle avait fait le choix de continuer cette discussion plutôt que de prendre du temps pour elle. Pour lui, il avait rempli sa part du contrat social. Il s'était montré social et décent, ne voulant pas la bousculer. Mais elle désirait continuer. Il allait donc continuer.

Aussi, alors qu'elle s'appuyait sur la rambarde pour observer les enfants, il se tourna et vint reproduire le même geste.
En effet, elle venait de citer trois postes ainsi que celui qu'elle aurait. Mais, lui, il n'avait pas la place pour un seul. « Je suis bien incapable de tenir un seul des postes, tu te rends bien compte. J'ai déjà difficile à gérer ma propre sécurité et je suis incapable de tuer quelqu'un, même un Infecté. » Il la regarde un court instant. Puis il se remit à observer en silence les enfants, se demandant ce que deviendrait la future génération. « Je crois que les enfants seront plus à l'aise avec une femme. »

Il se détourne du spectacle et retourne s'asseoir sur l'estrade, se grattant un instant sa chevelure. De là, observant le dos de Karin, il se demande encore si elle a l'étoffe. Il se demandait aussi s'il n'était pas de cesser la discussion et qu'elle se repose quelques heures. Pourtant, elle avait fait le choix de continuer. Aussi, allait-il respecter sa décision. « Et je ne me crois pas capable de gérer le matériel. » Aussi, en se relevant une dernière fois, il prononce quelques mots. « Tu n'as pas besoin de moi, Karin. »

Bien sûr qu'il se défile. Edouard est Edouard. Edouard est un froussard. Le poids des responsabilités. Une boule au ventre l'empêchait d'accepter cela. Il préférait retourner dans son terrier, fuir. Qu'elle le bannisse, il se trouverait une cave dans ce champ de ruines et vivrait là-bas comme un vulgaire ermite. Il n'avait aucune compétence qui pouvait réellement servir la nouvelle cheffe. Excepté son intellect. Soupirant, avant même qu'elle puisse dire quelque chose, il lui donne la réponse qu'elle attendait. « Fais de moi ton diplomate, ton médiateur, ton ambassadeur, c'est là où je tirerai mon épingle. »

Et de déjà s'éloigner de quelques pas.
Elle avait besoin de repos.
Elle avait besoin de trouver ses nouveaux hommes.
Mais, surtout, il avait besoin d'être seul.

Néanmoins, il se tourna une dernière fois vers celle-ci, replaçant ses lunettes et déclara encore. « En avons-nous terminé, Karin ? Veux-tu encore discuter d'un quelconque point sur ce nouveau Conseil ? Souhaites-tu me parler d'un autre sujet ? » Il reste décent. Après tout, c'est ce que lui avait toujours dit sa psychologue. C'était une ouverture à la relation sociale. Il avait ce pas, lui permettait de lui parler, de se confier si elle le voulait. Aussi, attendait-il sa nouvelle réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Jeu 27 Aoû - 14:38

Karin faisait de gros efforts pour ne pas se laisser aller à la douleur, ou même s'évanouir, car elle était de plus en plus forte. Elle luttait pour se concentrer sur la discussion car c'était vraiment très important. L'avenir du clan était en jeu, elle ne pouvait pas prendre de risques, elle ne pouvait pas se laisser aller et laisser tomber tout ce monde...

En entendant Edouard, elle l'écouta et fronça les sourcils, ayant l'impression qu'elle allait perdre son aide. Une aide si précieuse. Elle ne pouvait pas le perdre...elle ne voulait pas ! Quand il se tut, elle ouvrit la bouche, prévoyant de répondre, mais il ne lui en laissa pas le temps.
Le jeune homme proposait une nouvelle option. Elle se tourna vers lui, s'appuya contre la rambarde et l'écouta. Un Ambassadeur...oui, ça se tenait, et ça pouvait toujours être utile, sauf avec les Hyènes, mais bon...eux, la discussion ne servirait à rien.

- Oui, c'est une bonne idée et ça te conviens très bien comme rôle !

Ainsi, ils avaient tout les deux un rôle, et il ne restait plus qu'à trouver des personnes pour les autres. Ce ne serait pas facile, et il n'y avait qu'à espérer que personne n'aurait l'avidité face au pouvoir. Elle le regarda se lever, ils avaient bien avancés. C'était donc décidé. Elle baissa le regard vers le sol et se remit à frotter son œil sous le bandage.
Visiblement, Edouard lui ouvrit sa porte, il posait des questions, d'abord simples puis d'ordre qui pourrait être plus intime. Elle sourit, s'approcha et tendit les bras, dans l'idée de le prendre dans ses bras. Elle se figea avant de le toucher, se rappelant qu'il n'aimait pas les contacts. Ses bras retombèrent le long de son corps.

- Non, c'est bon, tu peux y aller. Oh et ne t'en fais, c'est une vieille blessure qui se réveille, je vais aller me reposer et tout ira mieux !


Elle lui sourit, tentant de le rassurer tout en espérant se rassurer au passage. Elle avait l'impression que cette fois, ce n'était pas simplement une douleur banale, néanmoins, elle ne dérangeait personne pour si peu.

- Merci de ton aide et...ne t'enfuis pas hein? Si tu trouves des personnes capables de remplir les rôles nécessaires, n'hésite pas à me faire signe, d'accord?

Karin lui jeta un coup d’œil avant de s'éloigner, ne tenant pas à raconter ses problèmes. En tout cas, elle était rassurée sur l'avenir du clan. Elle se dirigea vers la petite pièce où elle avait entassé ses rares affaires. Un petit coin chambre, avec un miroir. Les miroirs étaient tellement nombreux dans les piscines.
Elle retira lentement, très lentement son bandage et en voyant son reflet, elle grimaça. Toute la zone n'était pas très belle à voir mais à qui pouvait-elle en parler? Elle s'allongea et tenta de s'endormir, ce qui était difficile avec la douleur et la chaleur qui envahissait son œil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Dim 30 Aoû - 19:44

Il s'était gardé d'un quelconque commentaire. Alors qu'elle le remerciait et tentait vaguement de le rassurer autant qu'elle se rassurait, il continuait de l'observer délicatement. Son regard était plein d'empathie, de douceur, de tendresse. Elle souffrait. Il le voyait bien. Il n'avait jamais été doué pour exprimer sa capacité à ressentir les autres. D'ailleurs, cela l'avait toujours gêné de si bien comprendre les gens mais être incapable d'entrer en relation avec ceux-ci. Il savait qu'elle n'allait pas bien. Il avait fait ce pas. Elle l'avait congédié.

Alors qu'elle passait devant lui, il se tourna pour continuer de la regarder fuir la réunion improvisée. Un instant, sans qu'elle s'en rende sûrement compte, elle avait vaguement titubé. Durant un moment, il avait même eu peur qu'elle trébuche dans un escalier et se blesse de façon fatale.

A une courte distance, il la suivait. Il voulait s'assurer qu'elle allait bien se reposer. Elle en avait réellement autant besoin que chaque membre du groupe, si pas davantage. Elle devait peut-être faire la forte pour le bien de l'ensemble, mais chaque être avait ses moments de faiblesse. C'était le sien et il devait autant la couvrir que lui faire savoir qu'il n'était pas son ennemi.

Elle s'était réfugiée dans une petite pièce sans en refermer la porte. Tranquille, s'arrêtant sur le pas de la porte, il ne fit plus un mouvement et, alors qu'il entendait qu'elle se posait sur son lit, il frappa doucement à la porte. « C'est toujours moi, Edouard. », vint-il à dire d'une voix douce. Il croisa ses bras, se posa sur le bord de la porte et, regardant l'obscurité, il continua à parler sans savoir si elle l'écoutait. « Tu avais oublié de fermer ta porte. »

Il n'osait pas s'enfoncer plus sur le territoire de Karin. D'abord car c'était un être humain. Ensuite car elle était une femme. Il avait toujours eu le contact difficile avec les humains et les femmes lui semblaient une espèce à traiter avec la plus grande précaution. Non qu'il les craignait. Elles le fascinaient. Alors, il vint à déglutir. « Prends soin de toi, Karin. Et repose toi bien. », vint-il encore à prononcer à l'obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Lun 31 Aoû - 13:11

Karin était allée se réfugier dans la pièce où elle avait posé ses affaires. Elle comptait rester seule pendant un petit moment, peut-être 1 heure ou deux s'il n'y avait aucune urgence à gérer...Edouard avait raison, elle devait se reposer. Elle était épuisée mais ce n'était pas seulement pas, pas seulement de la fatigue physique dû à ce quotidien éprouvant, ou de la fatigue psychologique suite à ce qui c'était passé...
Non, elle savait que son œil y était pour quelque chose. Mais qu'est-ce qu'elle pouvait faire? Elle n'était pas médecin, aucun des sauveurs ne l'était, et de toute façon, elle refusait catégoriquement que quiconque voir cette zone. C'était moche, et encore plus depuis qu'il était devenu douloureux.

En entendant toquer à sa porte, elle sursauta. Est-ce qu'il y avait un problème? Une urgence? Non, ce n'était qu'Edouard. Le jeune homme parlait d'une voix douce...signe qu'il n'y avait aucune urgence. Alors pourquoi venait-il ?
Elle entendait les mots qui lui parvenaient jusqu'aux oreilles, alors qu'elle se redressait. Profitant de la pénombre, elle se recroquevilla, serrant ses jambes contre elle. Personne ne la verrait et c'était tant mieux ! Personne ne devait la voir ainsi !

Étant restée un moment silencieuse, elle finit par ouvrir la bouche pour aller contre tout ses principes.

- Entre, Edouard...Mais fermes la porte derrière toi...j'espère que la pénombre ne te dérange pas...

Sous-entendu, qu'elle refusait qu'il la voit ainsi, et surtout sans son bandage. Étrangement, que quelqu'un la voit sans bandage avait tendance à l'agacer. Et pour le bien d'Edouard, il valait mieux que la pénombre perdure.
En l'entendant bouger, elle reprit d'une voix un peu plus faible qu'à l'accoutumé.

- Je sais que tu l'as remarqué...je ne vais pas très bien...mais je ne veux pas que tu t'inquiète, d'accord?


Soudainement, la jeune femme se rappela qu'elle ne s'était pas vraiment montrée hospitalière. Alors pour alléger l'atmosphère, elle allait l'inviter à s'installer sur un ton amicale et amusé, comme si tout était ordinaire.

- Oh la la, je manque à tout mes principes ! Viens t'assoir, il y a de la place, même si je n'ai pas mieux à t'offrir que le drap où je suis assise...

Ils avaient largement la place de s'y assoir à deux. Elle espérait qu'il ne s'inquiétait pas trop, après tout ce n'était pas le but. Aucun sauveur ne devait voir à quel point elle pouvait être faible...Edouard en avait déjà bien assez vu de ce côté là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Mar 1 Sep - 9:22

Son cœur battait à la chamade. Pourquoi avait-il fait cela ? Pourquoi avait-il osé la suivre ? Alors qu’il tentait de se rassurer autant que de la rassurer, son souffle court lui faisait savoir qu’il avait commis une erreur. Il devait remettre. Son corps lui faisait savoir qu’il aurait dû prendre la fuite plutôt que de prendre des nouvelles de la jeune femme. Elle n’était même pas son amie. Tout au plus, elle deviendrait une collègue. Pourquoi avait-il agi de façon aussi irrationnelle ? Pourquoi avait-il donc écouté les anciens conseils de sa psychologue ?

Il regrettait. Mais il n’y avait plus aucune place pour une telle émotion. Il était trop tard pour ce genre d’émotions déplacées. Il devait affronter les conséquences de son geste. Sa gorge s’était serrée. Sa mâchoire s’était fermée et, doucement, il s’était mis à tapoter son bras, cachant comme il pouvait l’état de crise dans lequel il s’était mis. Il se détestait.

Un froissement de draps le sortit de sa propre introspection et, d’une voix faible, quasi intimidée, il entendit Karin. « Entre, Edouard … Mais ferme la porte derrière toi … J’espère que la pénombre ne te dérange pas … » Sans trop savoir pourquoi, il s’exécuta en silence. Il avait hoché de la tête et, plutôt que de reculer, il avait avancé dans la pénombre, marchant lentement vers les ténèbres. Car, pour lui, c’était bien la première fois qu’il n’avait aucun contrôle sur une telle situation. Comme Rebecca, sa psychologue, lui avait toujours dit. Il devait apprendre à se laisser aller, à faire confiance en l’humanité. Il devait accepter que, lorsqu’il acceptait de suivre quelqu’un, il ne pouvait pas toujours savoir ce qui allait advenir.

Puis elle ajouta encore sur un ton plus faible encore. « Je sais que tu l’as remarqué … Je ne vais pas très bien … Mais je ne veux pas que tu t’inquiètes, d’accord ? » Demandait-il vraiment son consentement ou tout cela n’était que pure rhétorique. Aussi, décida-t-il de répondre sans plus attendre. « Je m’inquiéterai quand même. », lâcha-t-il simplement. Il s’était toujours inquiété pour le bien d’autrui. C’était sa nature profonde. Il ressentait de façon amplifiée le malheur et le bonheur. Depuis toujours, il s’était caché derrière ses murailles. Il avait caché cette malédiction. Il détestait être aussi empathique. Aussi avait-il toujours fui le contact de l’humanité.

Elle vint à détendre l’atmosphère en l’invitant simplement à s’asseoir sur son propre lit. Ne sachant guère ce qu’il faisait lui-même, malgré ses propres principes et fondamentaux de survie dans le monde social, il se posa lentement sur le bord du lit. Evitant qu’elle entre dans sa zone de confort, le jeune homme s’était simplement assis le plus loin d’elle. Si elle n’était pas à l’aise dans le fait qu’on puisse la découvrir dans un moment de faiblesse, Edouard était tout simplement mal à l’aise. Quelle idée lui avait pris ?! Pourquoi ?!

L’envie de dégueuler était encore là.

« _ Je venais m’assurer que tu allais bien. Prends autant de temps que tu auras besoin. » Il savait bien qu’en sa qualité de nouvelle cheffe, elle allait argumenter largement sur la nécessité que le groupe avait besoin d’elle. « Si tu es trop épuisée pour prendre la bonne décision, nous serons tous anéantis. Il te faut donc du repos. » Encore un court silence avant d’ajouter à nouveau. « Même les leaders ont le droit de se reposer quelques jours. Jules César n’a pas conquis la Gaule sans dormir. » Et de sourire dans l’obscurité.

Se relevant, se mettant à nouveau sur ses deux jambes, continuant de se rassurer autant qu’il la rassurait, il posa délicatement une main sur ce qu’il présumait l’épaule de son interlocutrice. « Repose-toi bien, Karin. »

Poser sa main sur quelqu’un. C’était un geste rassurant. Ou du moins, pour le partenaire. Rebecca lui avait demandé qu’il le fasse. Pour qu’il s’assure de l’authenticité de la personne. Qu’il sache qu’il n’était pas seul au monde et que le reste du monde existait bel et bien. Il avait dégluti et, après cinq secondes, il avait délicatement enlevé sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   Mer 2 Sep - 13:23

Karin se tenait dans un coin de la pièce, le draps en partie sur elle, alors qu'elle était assise, jambe croisée. Elle tentait de paraitre détendue...ce qui n'était pas très utile, vu qu'Edouard et elle se trouvait dans le noir, presque total. Un faible rai de lumière filtrait sous la porte, éclairant à peine le sol.

Elle sentit que le jeune homme s'asseyait sur son lit improvisé, mais le plus loin possible d'elle. Cette réaction la fit sourire, un sourire amusé. Elle savait, elle avait fini par comprendre, qu'il n'était pas spécialement à l'aise avec les autres. Et il était venu jusqu'ici pour prendre de ses nouvelles...c'était touchant. Elle appréciait ce geste.

La voix du jeune homme la tira de ses pensées et elle l'écouta. Se reposer hein? Sauf que le clan n'allait pas se reconstruire tout seul. A peine avait-elle ouvert la bouche pour répliquer, qu'il ne lui en laissait pas le temps, continuant, comme s'il répondait à la question qu'elle s'apprêtait à poser. Il avait raison, elle devait se reposer. Ce qu'elle ferait, profitant du reste de cette journée pour ça, elle en avait bien besoin. Sinon, à ce rythme là, elle allait s'effondrer devant tout le monde.

- Je sais...Tu as raison...je vais me reposer...

Sa voix était faible, de toute façon, elle n'était clairement pas en état de se lever. En sentant la main sur son épaule, elle sursauta, surprise. C'était vraiment Edouard? Elle sourit et posa sa main sur celle du jeune homme.

- Merci...vraiment merci, de cet effort que tu as fais pour moi...

Son ton était sincère, elle le remerciait réellement d'avoir pris sur lui pour venir la voir. Alors, elle retira sa main de celle d'Edouard, ne tenant pas à lui imposer un contact en longueur. Sa main était resté à peine 2-3 secondes, cherchant à ne pas dépasser le seuil de tolérance du jeune homme. Elle ne voulait pas l'effrayer, elle voulait juste le comprendre.
Elle était tiraillée en deux, elle avait envie d'une présence et avait aussi envie de le chasser, mais elle ne lui imposerait rien. Karin savait parfaitement qu'il partirait de lui-même. Alors, elle se rallongea et prononça un dernier mot, dans un murmure :

- Merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Reconstruction [PV Edouard]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Reconstruction [PV Edouard]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti : Qui va gérer la reconstruction ?
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» PREVAL EST CONTRE LA RECONSTRUCTION DA LA PISCINE DE MONTANA AU CAP-HAITIEN ...
» Des idées pour la reconstruction
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une lumière derrière les ombres :: Zone hors RP :: Archives :: Rps abandonnés-