Vote !
Tops-Sites
Une lumière derrière les ombres
BONJOUR ! Uldo est fermé mais le roi est mort, vive le roi ! Vous pourrez jouer dans notre univers ici : http://z-epidemie.forumactif.com/ !


Forum RPG post-apo'
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'ombre d'hier (Pv : Karin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité





MessageSujet: L'ombre d'hier (Pv : Karin)   Mer 26 Aoû - 23:21

La matinée n'était pas encore très avancée, mais cela faisait déjà deux bonnes heures qu'il s'affairait dans un coin des vestiaires, après avoir quitté son refuge à l'aube.
Massial jeta un regard à son dernier petit patient du moment et qui n'avait pas bougé après sa consultation. Assis sur le banc, balançant ses jambes dans le vide, le gamin lui faisait la conversation avec conviction, alors que l'ancien étudiant ajoutait quelques notes de dernières minutes aux fiches d'informations qu'il allait leur laisser avec les quelques médicaments rapportés. Plus synthétiques et pratiques que les notices, pour leur permettre de trouver rapidement les informations appropriées sans avoir à tout fouiller.

C'était une visite relativement tranquille. Le jeune homme n'avait pas eu de cas réellement sérieux à traiter, aujourd'hui, contrairement à certaines occasions. Mais depuis la tragédie qui avait frappé les sauveurs récemment, Massial passait davantage et Hayden était loin de chercher à l'en dissuader. Des fois, il soupçonnait encore son cousin de vouloir les rejoindre, mais ils n'en parlaient plus entre eux. A l'époque, lorsqu'ils avaient découvert l'existence de ce groupe, ça allait contre leur projet de chercher Georges et maintenant... maintenant, le blond ne savait pas s'il serait à la hauteur pour aider au quotidien à gérer autant de petites choses fragiles. Egoiste ? Sans doute, mais c'est pour ça que la situation actuelle lui semblait rester un bon compromis.
Retirant ses gants blancs, Massial les jeta avant de ranger les fiches et les ordonnances des plus jeunes dans un casier avec le reste du matériel, puis prit son sac à dos qu'il passa à son épaule, mais laissa son blouson qu'il viendrait récupérer.

« Allez Antonin, j'ai terminé pour cette fois, on va voir si quelqu'un peut s'occuper de toi, maintenant. »

Tout en parlant, le solitaire souleva le petit garçon d'un bras, le cala mieux et quitta les vestiaires avant de traverser les douches d'un bon pas et prit la direction de la piscine où il avait déjà vu des enfants jouer lors de sa précédente visite. Alors logiquement, s'ils n'avaient pas changé leur organisation, il trouverait une personne pour prendre en charge l'enfant, sans déranger quelqu'un dont ce n'était pas le rôle.

C'était étrange les enfants à cet âge, au fond, tant qu'on s'occupait d'eux, ils ne cherchaient pas à voir plus loin que l'image donnée. Être gentil en façade suffisait à effacer le reste, à les rassurer et le reste vous concernant n'existait pas vraiment pour eux. Si seulement le reste pouvait aussi s'effacer la nuit et le laisser dormir en paix, plus d'une poignée d'heures hachées, malheureusement la culpabilité ne se laissait pas tromper par les apparences, elle.

Une fois arrivé au bord, il aida l'une des adolescente présente à faire descendre le petit dans l'espace désormais sec et le lui confia, observant ensuite brièvement la scène en contrebas avant de s'apprêter à tourner les talons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: L'ombre d'hier (Pv : Karin)   Jeu 27 Aoû - 15:11

Depuis quelques jours, le quotidien de Karin était pas mal bouleversé. Elle alternait son temps entre l'organisation et la gestion du clan, et de son avenir, du temps auprès des enfants, et quelques sorties loin de la piscine. Elle adorait toujours autant les expéditions, partir à la recherche de nourritures, de jouets, de ressources quelconques...Néanmoins, elle était obligée d'en faire moins à cause de son œil douloureux.
Ce jours-là, elle revenait justement d'une petite expédition, assez proche de la piscine et s'était dirigée droit vers l'ancienne piscine, désormais sèche. Elle descendit dedans et s'approcha d'un groupe d'enfants.

- Alors les enfants, on s'amuse bien?

Aussitôt des remarques en tout genre fusèrent de chaque enfant. Certains affirmaient qu'ils s'amusaient, d'autres s'ennuyaient visiblement, et la dernière partie, exprima le manque de jouets. Ils réclamaient différentes choses qui fit rire la jeune femme.

- Eh bien, heureusement que j'arrive alors !


Elle retira son sac de son dos, et l'ouvrit, lentement pour les faire languir, et sortit d'abord, deux petites voitures, dans un état impeccable. Les enfants étaient ravis, c'était certes le jeu le plus courant mais il n'y en avait jamais assez pour tous, sans oublier que certaines étaient en mauvaise état. Elle les donna à deux petits garçons qui partirent jouer avec. Ensuite, elle sortit un ballon de foot à l'effigie de la dernière coupe du monde qui ravit la plupart des garçons qui partirent jouer avec.
Karin aimait les voir aussi heureux, s'amuser autant, et rapporter de nouveaux jouets le permettaient. Malheureusement, en partant précipitamment du Louvre, ils n'avaient pas pu tout emmener. Parfois, certains y retournaient pour récupérer quelques objets qui y trainaient encore. Elle sortit de ses pensées en sentant quelqu'un lui tirer doucement sa jupe. Elle baissa l’œil vers le tout petit garçon d'à peine 3 ans. Il avait perdu son doudou, déchiré par des zombies et avait beaucoup pleuré pour ça. Elle sourit.

- Pour toi aussi, j'ai une surprise !


Elle sortit un ours assez grand de son sac, et sourit en voyant l'expression ravit du petit garçon. Il prit l'ours en pleurant de joie, le serrant contre lui.
En entendant une voix masculine bien connu, elle releva les yeux, ébouriffa les cheveux du petit garçon et s'approcha.

- Alors Massial, on allait partir sans venir me voir?

Karin sortit tranquillement de la piscine et rejoignit rapidement le jeune homme, en souriant. Cela faisait longtemps qu'elle ne l'avait pas vu et elle appréciait toujours autant de le voir. Il était d'un grand secours pour le groupe, apportant ses connaissances médicales pour soigner les enfants et même les plus grands. Néanmoins, sans parler de ça, elle trouvait agréable de lui parler.

- J'aurai été déçue que tu partes sans venir me parler !


Elle le taquinait sans aucune méchanceté. Elle le regarda, le détailla un peu pour voir s'il avait changé, s'il avait été blessé, mais elle ne voyait rien, et c'était une bonne chose !

- Tu sembles aller toujours aussi bien !

La jeune femme avança tranquillement pour sortir de la pièce avec la piscine sans eau. Soudainement, elle se figea, grimaça et s'appuya contre le mur, d'une main, alors que l'autre venait frotter au niveau du bandage. Cette zone la démangeait de plus en plus. Elle tenta de se reprendre, assez difficilement pour reprendre la conversation, sauf qu'elle n'arrivait pas à tenir debout seule.

- Alors euh...les enfants vont bien?

Sa voix lui semblait pâteuse alors, elle se tut et tant pis pour la discrétion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: L'ombre d'hier (Pv : Karin)   Ven 28 Aoû - 13:50

Ses yeux sombres se posèrent sur une silhouette familière de dos et un jeune enfant serrant une peluche contre lui. Son regard s'adoucit brièvement devant la scène avant qu'il se détourne pour partir en souhaitant une bonne journée à l'adolescente ayant pris en charge le gamin qu'il avait ramené.

« Alors Massial, on allait partir sans venir me voir ? »

Baissant à nouveau les yeux vers la piscine, Massial sourit légèrement en découvrant le visage de la jeune femme. Oups. Pris en flagrant délit.

« Tu semblais déjà bien entourée. »

Sans se départir de son sourire discret, il lui tendit la main pour l'aider à monter.
Karin... Oh, ça commençait à faire un moment déjà qu'ils se connaissaient tous les deux et ils s'entendaient assez bien. Ça lui faisait plaisir de la voir. A première vue, elle semblait aller bien. Il se demanda à quel point ceci était une façade après le drame qui avait dû la secouer, mais l'illusion semblait parfaite.

« Plus sérieusement, je ne doute pas que tu sois assez occupée comme ça... »

Avec les derniers évènements, il ne fallait pas être devin pour savoir qu'elle ne devait pas avoir beaucoup de temps à elle, alors...

« J'aurai été déçue que tu partes sans venir me parler ! »

Le jeune homme la regarda avec amusement en entendant le ton de son interlocutrice, c'était vrai qu'ils s'étaient ratés à plusieurs reprises ces derniers temps.

« Te décevoir? Seigneur, comment me permettrais-je un tel outrage ? » répondit-il faussement scandalisé et une pointe de moquerie affectueuse dans la voix.

Tranquillement, il cala son pas sur celui de la brune. Visiblement, elle semblait d'humeur à bavarder. Toujours la même au fil des mois, toujours à se soucier des autres, même s'ils ne faisaient pas partie de son groupe.
Il hocha la tête en réponse affirmative à la constatation de la sauveuse comme presque à chaque fois et allait lui demander comment ils s'en sortaient. Il avait bien eu des échos concernant la situation des sauveurs, mais l'entendre de la bouche de Karin l'intéressait. Elle ne lui avait jamais donné motif à douter d'elle et c'était l'une des raisons faisant qu'il avait appris à l'apprécier rapidement.
Cependant, la question ne passa pas la barrière de ses lèvres et ses sourcils se froncèrent, alors qu'il se tournait vers elle en la voyant s'arrêter et s'aider du mur.

« Karin ? »

Rompant d'un pas la faible distance entre eux, Massial attrapa la jeune femme par le bras qu'elle portait à son visage, autant pour la soutenir qu'interrompre son geste et sembla chasser d'un geste agacé la question qu'elle lui posa. Oui, les enfants allaient bien, étonnamment bien, aussi bien qu'ils pouvaient aller avec les circonstances actuelles, mais ce n'était pas eux qui le préoccupaient à l'instant. Il tendit la main vers le bandage de Karin avant de se raviser. Il pensait la cerner assez bien et ce n'était pas le bon lieu pour ça. Mieux valait qu'ils soient tranquilles.

« On va aller regarder ça. »

Massial l'avait déjà brièvement interrogée dans le passé, au sujet de cette blessure qu'il n'avait jamais pu voir, mais elle ne lui avait pas signalé de problème et n'avait pas beaucoup aimé ce sujet de conversation, alors il n'avait pas insisté. Il n'avait jamais rien remarqué d'alarmant non plus, mais aujourd'hui elle n'aurait pas le choix...

« Tu te sens capable de marcher jusqu'aux vestiaires ? »

Tout en posant la question, le blond ne l'avait pas lâchée et ne comptait pas le faire. Il l'aiderait, mais préférait ne pas avoir à la porter, si Karin ne voulait pas attirer l'attention sur ce moment de faiblesse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: L'ombre d'hier (Pv : Karin)   Sam 29 Aoû - 19:35

Karin était contente de revoir Massial, mais était toujours inquiète quand il repartait dans les rues loin du clan. Après tout, n'importe quoi pouvait lui arriver et elle n'en saurait jamais rien. Et si cela arrivait, elle s'en voudrait de n'avoir pas insisté pour qu'il rejoigne le groupe.

Mais pour le moment, elle avait un autre soucis. Son œil ! En ce moment, elle ressentait souvent des pointes de douleur, plus ou moins, fortes, et comme par hasard, le jour de la visite du jeune homme, il s'agissait de lus plus forte depuis le début...

Alors qu'elle s'appuyait contre le mur, incapable de tenir debout sans cet appui, elle sentit une poigne forte lui attraper le bras. Visiblement, sa feinte avait échoué. Massial avait compris qu'il y avait un problème...et il sentait déterminé à voir et comprendre ce qui se passait. Néanmoins, il se ravisa avant de lui enlever son bandage et ça, ça lui faisait plaisir. Un mince sourire étira ses lèvres, et silencieusement, elle le remercia. Mais elle n'avait pas la force de le dire à haute voix...Du moins, elle ne tenait pas à essayer, sinon sa voix risquait d'être assez faible.

Cette fois, elle avait l'impression de ne pas pouvoir échapper à cet examen. Elle le suivit donc loin des salles où il y avait trop de monde. Elle ne voulait pas que quelqu'un la voit comme ça...ils comptaient tous sur elle.

En arrivant dans un vestiaire, elle se laissa tomber sur un banc et...glissa assez loin de Massial.

- Ça va aller ! Je me sens déjà mieux !


C'était un gros mensonge, et étrangement, à peine était-il sorti, qu'elle se doutait qu'il ne la croirait pas. Elle soupira, et posa une main sur son visage, empêchant le côté gauche de son visage de s'agiter comme pris de spasmes, à cause de la douleur.

- Ce n'est rien...c'est sans doute parce que j'ai faim...ça va passer...


Elle tentait de se convaincre autant que de tenter de le convaincre lui. Appuyée contre le mur, elle n'osait pas regarder Massial, ne voulant pas voir la tête qu'il pourrait faire...déçu? Inquiet? En colère? Quoique ce soit, elle ne tenait pas à le voir, ni même à le laisser faire. Elle ne comptait pas le frapper mais n'avait pas envie qu'il voit son œil gauche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: L'ombre d'hier (Pv : Karin)   Dim 30 Aoû - 18:32

A son soulagement, elle put marcher, mais il se tint prêt à la rattraper à chaque instant, jusqu’à ce qu’elle prenne place sur l’un des bancs où il déposa son sac, tout en la voyant s’éloigner de lui.

« Tu sais que tu n’y échapperas pas. » lui rappela-t-il calmement.

Et même si Karin lui assurait se sentir mieux, il n’y croyait pas vraiment. Tirant un gel anti bactérien d’une des poches du sac, Massial l’observa en se lavant les mains. Avec inquiétude, il la vit porter la main à son visage et se rapprocha lentement d’elle.

« Ça ne va pas mieux du tout. »

Non. Ce n’était pas rien, contrairement à ce qu’elle disait. Et ce n’était sûrement pas dû à la faim, il ne se posait même pas la question. Son œil la faisait souffrir. Une douleur familière ou elle aurait probablement paniqué. Soupirant tout bas, le solitaire s’accroupit devant la jeune femme, croisant les bras sur ses genoux et la fixant calmement, bien qu'elle évite son regard.

« Karin… Je ne fais pas ça pour me battre avec toi. Tu as peut-être raison, ça passera peut-être cette fois, mais quelque chose me dit que c’est pas la première et ça pourrait empirer. Je ne peux pas te promettre de trouver le problème, encore moins de le régler, mais dis-moi ce que ça te coûte de me laisser regarder et voir si je peux te soulager ? »

Sa voix était douce, mais sérieuse, sans mentir, sachant que s'il ne se montrait pas certain de ses propos il laisserait une faille. Ainsi, le jeune homme dissimula au mieux son anxiété, incertain de ce qu'il pourrait découvrir derrière ce bandage, ça ne serait certainement pas beau à voir et, effectivement, il se pourrait que Massial ne puisse rien faire. L'oeil était une partie du corps assez complexe et il n'avait été qu'un étudiant. Sans compter que les premières années de médecines étaient basées sur les connaissances théoriques, il s'était plus d'une fois dit devant certains cas que c'était de la folie de le laisser s'en charger... Sauf que par la force des choses, il avait bien fallu tenter de faire au mieux.

« Tu sais comment je fonctionne. Tu es adulte et autonome alors, médicalement, tout ce que je pourrais voir restera entre nous et ça ne changera en aucun cas ma façon de te voir, en dehors. Je ne suis pas là pour juger. »

Il était jeune. Beaucoup trop jeune dans le monde d'avant pour ce qu'il faisait ces derniers temps, mais c'était le cas de beaucoup en ces temps troublés. Il pouvait donc comprendre ses réticences, malheureusement, les vrais médecins n'étaient pas dans la tranche d'âge épargnée par l'épidémie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: L'ombre d'hier (Pv : Karin)   Dim 30 Aoû - 22:27

Karin se sentait prise au piège, elle savait qu'elle n'y échapperait pas, et n'avait pas envie. Depuis le début, elle gardait le secret sur son œil, ce qui s'était passé, et à quoi ça ressemblait. Massial était le seul a en avoir su un minimum mais ne l'avait jamais questionné au point de la forcer...Après tout, jusqu'ici, elle n'avait jamais montré un quelconque signe de douleur. Mais voila, ces derniers jours, son œil avait décidé de lui chercher des noises...

Évidemment, le jeune homme ne la croyait pas, et puis, sans parler de sa main qui planquait le bandage, elle n'était pas tout à fait comme d'habitude. D’ordinaire, elle repoussait les inquiétudes, d'un geste de la main, accompagné d'une blague, là, elle était recroquevillée dans un coin du banc.

En le voyant s’accroupir, elle l'observa du coin de l’œil, avant de baisser son regard vers lui pour l’écouter. Elle avait tout de même l'impression d'être légèrement réprimandée par un médecin...ce qui aurait pu l'amuser dans une autre situation. Mais là, ce n'était pas drôle, déjà elle avait mal et lui, il était extrêmement sérieux. Elle soupira et se mordit la lèvre, alors que machinalement, sa main frottait le bandage. Qu'est-ce que ça grattait cette connerie !
En entendant la dernière remarque, elle sentit les larmes lui monter aux yeux...ce qui au final était encore plus douloureux.

- Je...je ne veux pas qu'on me voie comme ça...toi aussi...les autres encore moins...


La jeune femme réfléchissait, maintenant qu'il avait vu qu'elle avait mal, il pouvait bien voir. Après tout, elle aurait un avis médical, même si elle avait déjà un doute de ce qu'elle avait. Et elle doutait qu'il ait ce qu'il faut. Néanmoins, si elle refusait plus longtemps, elle savait qu'il ne la laisserait pas partir comme ça...Et elle ne voulait pas être violente avec lui, parce qu'elle pouvait l'être quand il s'agissait de son œil.

- Tu as gagné...mais tu as intérêt à ce que ça ne sorte pas d'ici ! Je ne veux pas que le groupe s'inquiète...

Alors, lentement, elle leva les mains, baissa la tête et défit le bandage. Autant qu'elle le fasse elle-même. Elle remarqua bien vite la trace de sang sur le bandage...et ça, c'était nouveau. Inquiète, elle resta un moment sans réaction avant de tenter de le cacher, en fourrant le bandage dans sa poche.
Karin releva ensuite la tête, et repoussa les mèches de cheveux qui tombaient naturellement sur son œil pour le cacher. Ainsi, elle dévoila une cicatrice qui n'était pas belle, un œil présent mais voilé, bien que pour l'instant la paupière gonflée, rouge et striée de cicatrice le cachait, et qui rendait le tout encore moins beau à voir. La zone était incroyablement rouge, gonflée, et quelques boutons du à l'irritation et à force de gratter, se trouvaient par endroit. En plein milieu, au niveau de l’œil, là d'où venait les larmes à la base, il y avait du sang séché. Alors, lentement, très lentement, car n'ayant plus vraiment l'habitude, sa paupière se releva, dévoilant l’œil.
Elle ne voyait pas à quoi ça ressemblait et tant mieux, la dernière fois qu'elle l'avait vu, c'était suffisamment moche.

Sa main de libre se crispa sur le banc et se mordit la lèvre, elle se sentait tellement faible avec ça, et sans défense quand c'était visible.
Son œil valide ne regardait pas Massial, elle ne voulait pas voir la tête qu'il pouvait afficher. Et alors même qu'il n'avait pu que voir pendant quelques secondes, sa main qui tenait ses cheveux se posa sur son œil pour gratter frénétiquement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: L'ombre d'hier (Pv : Karin)   Ven 11 Sep - 22:43

Le jeune homme s'empara de la main de celle qu'il était presque venu à considérer comme une amie au fil du temps.

« C'est compréhensible. »

C'était compréhensible, mais il ne la laisserait pas pour autant. Il s'en voudrait pas la suite, s'il fermait les yeux sur la santé de son aînée et que ça venait à empirer. Le blond avait le célèbre "mais" sur le bout de la langue, cependant le tut en constatant qu'elle semblait peser le pour et le contre. Il ne devait pas la braquer, ce serait contreproductif.
C'était quand même fort de devoir négocier avec ses patients pour leur propre bien...
Le solitaire hocha simplement la tête lorsqu'elle céda finalement et se redressa en la voyant ôter le bandage.

« Tout restera entre nous. » assura-t-il en tirant le rideau improvisé, qui sépara ce coin de vestiaire du reste avant de revenir vers elle, juste avant que la bande tâchée disparaisse dans la poche de la jeune femme.

Massial fixa une seconde la poche avant de reporter son attention sur l'oeil nouvellement dévoilé en se remettant au niveau de Karin. Ses lèvres se pincèrent légèrement lorsqu'il découvrit la cicatrice et le reste avant de se décrisper pour paraitre aussi impassible que possible, regardant l’ensemble avec attention.

« Est-ce que tu peux l’ouvrir… ? … Bien. »

Il l’observa soigneusement, tout en évitant de toucher la zone enflée. C'était plutôt préoccupant en l'état actuel et à ce rythme là, ce n'était pas partie pour s'arranger, si elle avait laissé ça se poursuivre dans cette voie.

« Hinhin… Non. »

Il attrapa pour la seconde fois, la main de la sauveuse avec une douceur et une fermeté devenues habituelles lorsqu'il faisait office de médecin. Il garda sa main dans la sienne encore un moment.

« Don't... Ne touche pas. Ça doit démanger, mais il faut vraiment arrêter. C’est extrêmement irrité. Une seconde... »

Et son œil était également beaucoup trop sec. Sans aucun doute c'était une partie du problème.
L'observant encore avec sérieux et jetant un regard à l'autre oeil, Massial se leva ensuite pour fouiller dans l'un des casiers contenant les médicaments et tira une dose de sérum physiologique d'une des boites. Tellement bête et basique, généralement utilisé pour les jeunes enfants... Le blond la tendit à la jeune femme pour la laisser voir de quoi il s'agissait et la rassurer. En s'occupant des enfants, elle connaissait forcément. Il n'y avait pas plus simple et inoffensif, incapable d'agresser son oeil.

« Tu peux en mettre deux gouttes pour commencer. A utiliser sans modération. Ton œil a besoin d'être humidifié et ce n'est pas le meilleur substitut lacrymal, mais ça fera l'affaire jusqu'à ce que j'arrive à te fournir moins contraignant. »

Il tenterait rapidement une sortie pour lui trouver mieux, mais ça restait correct pour du provisoire. Retournant vers les casiers l'intéressant, le jeune homme chercha frénétiquement son bonheur au milieu des diverses boites.

... Pour l'infection, il faudrait que je puisse la mettre sous Erythromycine...... Erythromycine... ? Bingo.

Mais au poids de la boite d'antibiotiques, il déchanta, l'ouvrant pour calculer le nombre de comprimés restant avec une légère moue. Il ne trouva malheureusement pas d'autre boite et se laissa tomber sur le banc à côté de la jeune femme en s'armant de quoi écrire. Arrachant la première page en se rendant compte qu'il écrivait encore comme un cochon, il recommença à griffonner avec un peu plus d'application, se rappelant toujours de la première fois où des sauveurs lui avaient appris qu'ils avaient dû s'y mettre à trois pour le relire. A croire que la sale écriture des médecins n'était pas un mythe et atteignait même les étudiants...

« Je commence par le positif ou le négatif ? »


[Pardon pour le temps de rep, j'ai eu des imprévus irl ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: L'ombre d'hier (Pv : Karin)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ombre d'hier (Pv : Karin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Colons d'hier, Bienfaiteurs d'aujourd'hui
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Femme d'hier et d'aujourd'hui...
» Bijoux d'hier, bijoux d'aujourd'hui...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une lumière derrière les ombres :: Zone hors RP :: Archives :: Rps abandonnés-