Vote !
Tops-Sites
Une lumière derrière les ombres
BONJOUR ! Uldo est fermé mais le roi est mort, vive le roi ! Vous pourrez jouer dans notre univers ici : http://z-epidemie.forumactif.com/ !


Forum RPG post-apo'
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chercher, comprendre, observer, reconstruire peut-être... [PV Edouard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité





MessageSujet: Chercher, comprendre, observer, reconstruire peut-être... [PV Edouard]   Mer 2 Sep - 13:46

Ce jour-là, Karin avait beaucoup trop à faire pour partir en expédition. Elle restait donc à la piscine, cherchant à consolider les zones trop fragiles à son goût. Malgré la présence de l'armée, elle ne se sentirait jamais en sécurité si la piscine avait des fondations aussi fragile.
C'est pour ça qu'elle avait emprunté à Etienne, le réparateur rencontré en s'installant dans la piscine, du matériel pour réparer tout ce qu'elle avait déjà repéré. Il y avait de tout, des petites fissures dans les murs, dans les poutres, du nettoyage intensif, un coup de peinture dans la zone pour les enfants. Elle voulait que cet endroit ressemble à une maison, que ce soit chaleureux et accueillant. Que tout le monde se sente bien.

Dans l'ancienne piscine asséchée, elle mit à contribution les enfants présents et les adolescentes qui les gardaient. Ils allaient décorer la zone de jeux de la façon qu'ils voulaient, peintures, dessins, tout était autorisés ! Ce petit jeu allait leur prendre toute la journée, voir le lendemain aussi, mais au moins, ce ne serait plus que du simple carrelage blanc et froid. Les enfants viendraient ici avec plus de plaisir.

Alors qu'elle ressortait de la piscine, une jeune femme vint lui annoncer qu'ils avaient trouvés un endroit au fond du bâtiment, en grande partie écroulée, et pas stable du tout. En dehors de ce danger de ruines qui pourraient leur tomber sur la tête, Karin y voyait un autre danger : celui d'une ouverture possible. Que ce soit zombies ou hyènes, elle ne voulait rien voir de ce genre dans leur nouvel abri.
C'est pour cette raison, qu'elle prit la décision d'aller explorer cette zone, aussi dangereuse soit-elle. Armée d'une lampe torche et de sa hache, elle se laissa d'abord guider par l'adolescente.

- Attends ! J'ai besoin de toi pour une dernière chose...normalement tout ira bien, mais au cas ou, si tu ne me vois pas au prochain repas, préviens quelqu'un...Edouard. Tu vois qui c'est? Oui, c'est ça, le grand roux ! Je compte sur toi !

Elle regarda l'adolescente s'éloigner avant de se tourner vers la partie en ruine. Rien qu'en observant la zone, elle savait que c'était dangereux, que c'était suicidaire. Et en avançant d'un pas, elle sentit que le "sol" créé par les ruines était instable. Seulement, elle ne s'arrêta pas là, elle avança et tant pis si elle avait enfilé sa tenue des jours plus tranquille. Même en jupe, elle irait jusqu'au bout des ruines pour être sure qu'il n'y avait pas de trou !

Alors que la jeune femme avançait, lentement, avec précaution, elle réfléchissait à tout ce qui les entourait. A comment offrir un bel avenir aux membres de son clan.
En tournant la tête, elle vit un trou, qu'elle tenta d'éclairer avec sa lampe torche mais il faisait beaucoup trop sombre pour en voir le fond. En même temps, l'entrée était étroite, il passait passer à quatre pattes, voir en rampant par endroit. Malgré la difficulté, Karin continuait d'avancer, éclairé seulement de sa lampe torche. A un moment, tout dérapa. En fait, c'est même elle qui dérapa. Sa lampe torche lui échappa et tomba au fond, éclairant au passage sur quoi elle avait dérapé : des tripes et du sang.
Sauf qu'elle n'avait pas vraiment le temps d'y réfléchir, parce que s'agripper sur une flaque de sang, ça ne marchait pas vraiment. Lentement, elle sentait qu'elle glisser, malgré ses efforts, et ses pieds qui grattaient le sol à la recherche d'une prise. Alors, au bout d'un moment, elle tomba tout simplement. Régulièrement, quelque chose ralentissait sa chute et le fond n'était pas vraiment dur comme du sol, lui permettant de ne pas trop se blessée. Parce que blessée, elle l'était. Dans sa chute, sa cuisse droite s'était fait déchirée par une ruine au bout bien acéré.

Sonnée, elle ne savait même pas où elle était tombée ou sur quoi. Tout ce qu'elle sentait, c'était que c'était humide. Ses yeux se posèrent sur la lumière vacillante de la lampe. Ce fut la dernière chose qu'elle vit, avant de s'évanouir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Chercher, comprendre, observer, reconstruire peut-être... [PV Edouard]   Dim 13 Sep - 14:46

Edouard était soudainement devenu un membre qui comptait au sein du groupe. Lui qui avait toujours fait profil bas, se retrouvait directement à la droite de Karin, une jeune femme au potentiel élargi. Elle avait été une proche de William et il était juste qu’elle prenne la relève. Mais elle ne souhaitait pas commettre la même erreur que ce dernier et, sur les conseils du jeune homme, elle créa une assemblée de cinq personnes qui se partageraient le pouvoir et la direction du Clan. En agissant de la sorte, en devenant le Conseiller privilégié de la jeune femme, Edouard était devenu « quelqu’un ». Il n’était pas un emblème, ni même un symbole. Il était de loin le plus inadapté des cinq qui seraient choisis mais Karin avait néanmoins décidé de l’intégrer. Il avait aussi découvert la jeune femme dans sa fragilité. Bien qu’ils étaient dans le noir, il avait ressenti la faiblesse de cette dernière, ce qui faisait sûrement une partie de son humanité.

** * **

Il mangeait. Seul. Il s’était volontairement mis à l’écart du groupe, comme il l’avait toujours fait. Il avait encore senti quelques regards des membres. Beaucoup devaient se demander comment il en était arrivé à ce qu’il était aujourd’hui. Certains devaient se dire qu’il était trop timide. D’autres devaient penser qu’il n’était pas à sa place et qu’il aurait déjà dû crever depuis longtemps. Lui-même le pensait encore souvent. Si beaucoup remerciaient quelques volontés divines dans leurs survies, il se demandait à chaque réveil comment il vivait encore. Aussi, s’éloignant du groupe, s’installant dans la cabine qui était sa nouvelle chambre, il avait pris la boîte de conserve, restant silencieux.

Quelqu’un frappa à sa porte et, sans même attendre qu’il l’invite, une jeune femme se réfugia dans la pièce, une peur panique se lisant dans son regard. Tremblante, hésitante, sûrement la gorge sèche, la jeune femme, sûrement âgée entre 17 et 19 ans, finit par dire ce qu’elle avait sur le cœur. « C’est … C’est Karin. Elle … Elle n’est pas revenue. » Edouard fronçait les sourcils. Revenue d’où ? Déjà s’était-il redressé, oubliant la boîte de conserve. Elle ne pouvait pas lui faire ça. Elle ne pouvait pas l’abandonner. Autrement, par sa faute, si elle disparaissait, en s’étant affiché avec elle, il serait désigné comme son successeur.

Non. Non. Non.

« Revenue d’où ? Parle ! » Il tremblait. Son esprit était soudainement entré en ébullition. Elle ne l’avait pas informé de quoi que ce soit et avait disparu sans dire un mot. « Je … Je lui ai parlé de la récente découverte. Une partie du bâtiment qui est instable et … Elle est partie aussitôt voir ce qu’il en était. Elle m’a dit de vous prévenir si … Si elle n’était pas revenue pour le repas … Et elle n’est pas là. » Déjà, il craignait le pire. Pourquoi Karin avait-elle été aussi irresponsable ? Pourquoi n’avait-elle prévenu pour personne ? Pensait-elle donc que tout cela était sans danger ? Avait-elle seulement pensé aux conséquences de sa disparition prématurée ? Il avait soudainement l’envie de la détester. « Tu aurais dû venir me prévenir de suite. » Puis, alors qu’il passait à ses côtés, il se rappela les vieux conseils de sa psychologue. Toujours rassurer une personne en panique. Aussi, s’arrêtant à sa hauteur, il tenta un vague sourire rassurant. « Tout ira bien. Je te l’assure. Je vais la retrouver et elle ira bien. Elle n’a pas vu le temps passer, je suppose. Tu la connais mieux que moi. » Il tente autant de se rassurer lui que la jeune femme. Pourtant, plutôt que de partir sans elle, il ajoute. « Indique-moi le lieu. »

C’est ainsi que, discrètement, alors qu’il avait repris son couteau de cuisine –tout en espérant ne pas devoir en user-, il s’était équipé d’une lampe torche. Une fois arrivé sur le lieu, il se tourna à nouveau vers la jeune femme. Il devait paraître assuré. Il le voulait. Pourtant, alors qu’il déglutissait, il craignait surtout le pire. « Retourne discrètement avec les autres. N’alerte personne. Si quelqu’un te pose une question, tu ne dis rien. Nous allons revenir tous les deux, sains et saufs. » Il ajoute encore. « Tu dis que nous sommes de sortie pour une durée indéterminée. Ne crée surtout pas la panique dans le groupe. Si chacun se lance dans des recherches improvisées, nous courrons à notre perte. » Et, une fois dit, il se retourne et s’en va sans attendre l’approbation de la jeune femme.

Karin …

Il avait allumé sa lampe torche et avançait avec prudence dans le détale de ruines. Dans sa main gauche, il tenait son couteau, sans réellement savoir comment il devait l’utiliser. Dans la droite, une lumière vacillante et tremblante éclairait le chemin. Il n’osait l’appeler. Il aurait suffi d’un Infecté et il était foutu. Aussi, d’un pas mal assuré, hésitant, il continuait d’avancer.

Il avait vomi. Lorsqu’il ne voyait plus la jeune femme, il avait remis son dernier repas. Il paniquait. Il était en pleine crise de panique. Il avait été téméraire. Non seulement il s’était lancé dans une recherche par lui-même mais, en plus, il avait tenté de rassurer une jeune femme. Beaucoup trop en une seule fois. Et toutes les questions qui se bousculaient dans son esprit. Qu’était-il arrivé à Karin ? Que deviendrait le Clan sans elle ? Non. Il ne devait pas penser de la sorte. Surtout éviter de penser à cela.

Sa lampe éclaira bientôt une tâche de sang et quelques boyaux. Aussitôt, une envie lui monta à la gorge et, se retenant de vomir, il observa les déchets pestilentielles. Nul doute, elle était passée par là. Sur la droite, un autre chemin conduisait plus bas, sûrement dans les égouts de Paris. Ou il pouvait continuer son chemin, tout droit. Mettant son bras devant son nez et sa bouche, Edouard observa encore plus attentivement. Karin avait glissé là. Elle n’avait pas été prudente et, comme le laissaient supposer les différentes traces, elle avait continué son chemin – contre son gré – vers le bas.

Putain. *Je te déteste, Karin.*, aurait-il tant aimé pouvoir lui dire. Lui faire savoir qu’il agissait de façon imprudente pour elle. Serrant le poing, il s’était un instant retourné vers le lieu d’où il venait. Devait-il faire demi-tour et prévenir l’ensemble du Clan ? Ou seulement s’équiper en conséquence de sa nouvelle découverte ? Mais Karin devait être blessée et en danger. Il n’avait pas le temps.

Avançant avec prudence vers le bas, se retenant encore de remettre son estomac vide, il descendait à la rencontre de Karin, priant qu’il ne faisait pas un tel voyage pour rien. S’il la découvrait morte, il ne savait pas encore comment il réagirait. Dans quel était serait-elle ? Mais, nul doute, il était sur la bonne piste. Un instant, sur quelques anciens fondements, quelques tissus déchirés apparaissaient. Elle était là-bas, quelque part. Quelque part, quelques gravats tombaient et il s’arrêta. Il détestait ce bruit. Et si quelque chose lui tombait sur la tête ? Ils auraient l’air fin, bloqués en bas avec Karin. Il devait rester aussi prudent que la situation le lui laissait l’occasion. Il ravala encore une fois sa salive, continuant de prier pour ne pas tomber sur le corps inerte de la jeune femme.

Il finit par la découvrir. Là. En bas. Elle ne bouge plus. Aussi, il se présente vers elle. « Karin ! », dit-il, sans penser aux Infectés qui peuvent être dans les alentours. Mais elle ne réagit pas à son prénom. Un instant, il s’arrête. Peut-il seulement se permettre de la toucher ? Accepterait-elle ? Il hésite. Puis il finit par toucher son cou et sent son pouls. Elle vit. Un instant, il bascule en arrière, rassuré de la trouver encore vivante. Il soupire. Puis, sans qu’il ne puisse résister, il vomit d’une traite. Il doit encore s’occuper d’elle. Se rappelant quelques lectures médicales, il vérifie d’abord la tête et s’assure qu’aucune blessure importante ne s’y trouve. Heureusement, il n’y trouve rien qu’il doit soigner sur place. Un instant, il hésite à lui enlever son bandage et vérifier l’état de son œil. Puis il recule. Il n’a pas à violer son intimité de la sorte. Vérifiant qu’il n’y ait aucune trace de sang sur son chemisier, il s’évite de l’enlever et la découvrir trop dénudée. Finalement, il s’arrête sur ses jambes où il découvre une large plaie ouverte. Il doit s’en occuper maintenant. N’ayant aucun matériel approprié sur lui, le jeune homme se résout à lui offrir un simple garrot de fortune.

C’est alors que, la tirant lentement vers un mur, il la relève doucement pour la mettre assise. C’est alors qu’il se pose en face d’elle, attendant qu’elle se réveille. Il sait déjà qu’il ne pourrait pas la tirer jusqu’en haut. Pas tout seul. Et il ne pouvait pas non plus l’abandonner. Aussi, avec son pull qui lui manque dorénavant une manche, il patiente en silence.
Revenir en haut Aller en bas
 
Chercher, comprendre, observer, reconstruire peut-être... [PV Edouard]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peut tu me comprendre?
» « On ne peut rien comprendre à la vie tant qu'on n'a rien compris à la mort. »
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» Des idées pour la reconstruction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une lumière derrière les ombres :: Zone hors RP :: Archives :: Rps abandonnés-