Vote !
Tops-Sites
Une lumière derrière les ombres
BONJOUR ! Uldo est fermé mais le roi est mort, vive le roi ! Vous pourrez jouer dans notre univers ici : http://z-epidemie.forumactif.com/ !


Forum RPG post-apo'
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Johanna Burel -Bras droit des hyènes-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 06/09/2015
Age : 26



Votre personnage
Mes liens: Parcours d'une Psycopathe
Age : 19 ans
Equipements:

MessageSujet: Johanna Burel -Bras droit des hyènes-   Dim 6 Sep - 23:27



Johanna Burel

« Crie en silence & Pleure sans voix »



♦ 19 ans - Française - Féminin - Hyènes - Bisexuelle ♦

Ton caractère
.




Froide - Respectueuse - Sadique - calculatrice Ou plus communément Tendances sadomasochistes avec sadisme compulsif.
Ce sont les mots que l’on entend souvent pour la qualifier et si l’intéressée en a vent, elle répondra par un large sourire mauvais. Oui, elle a conscience de ce qu’elle est et elle ne s’en cache pas. Pourquoi faire ? On l’a accepté telle qu’elle est et mieux encore, elle a trouvé un univers où elle pouvait s’en donner à cœur joie. Que demander de plus ? Le sadisme aurait dû être une tare, un penchant à cacher tout au long de sa vie, si cette épidémie ne s’était pas manifestée. Mais aujourd’hui, elle fait partie d’un groupe qui use de force et de violence pour arriver à ses fins, l’endroit rêvé pour elle !

Yo n’est pas du genre à être aimable et avenante envers les autres. Parfois, on pourrait se demander si elle n’est pas un brin sociopathe et que les émotions qu’elle laisse voir ne sont pas tout simplement fabriquées pour passer inaperçue, se fondre dans la masse. Aller savoir, l’intéressée elle-même ne s’étend pas sur le sujet et trop en parler en sa présence pourrait vous vouloir un crochet du droit bien placé. Une chose est sûre : elle apprécie grandement voir les autres souffrir, ça elle ne le simule pas.
Même si elle n’a pas un physique taillé pour ça, Yo apprécie assez bien de se battre. Autant pour donner les coups, que pour les recevoir. Elle est un peu masochiste mais c’est surtout pour se sentir en vie, comme depuis toujours. La jeune femme a apprit très tôt à se battre contre plus grand et fort qu’elle, mettant en pratique ces années à se faire marcher dessus. D’ailleurs, son style de combat se rapproche énormément de ce qu’on pratique en aikido. Utiliser la force de son adversaire contre lui-même pour le repousser... Et attaquer ensuite pour sa part !

Mais derrière tout cela, le bras droit de Cratos se montre respectueuse avec les personnes qu’elle juge digne. Ce qu’il faut ? Avoir une force de caractère et ne pas se montrer faible. L’homme qu’elle suit en fait parti, évidement. Il a su par son esprit et ses décisions lui prouver qu’elle pouvait le suivre. Et si au départ, c’était surtout pour son intérêt propre, à savoir ne pas mourir de faim principalement. Aujourd’hui, c’est tout autre chose : elle ne laissera pas tomber cet homme et le suivra où qu’il aille. Son fantasme le concernant : coucher avec, tachés de sang. Bien sûr, c’est un peu tordu... Mais c’est pour ça que  ça reste un fantasme, n’est-ce pas ?

Bon et sinon ? Et bien Yo a une humour assez particulier, un peu morbide si vous voulez tout savoir. Même si elle pourrait arriver à rire de tout, si ce n’est pas trop débile. Elle n’est pas non plus du genre à s’éclaffer pour un rien ou à la moindre blague pourrie. Et ceux qui ne la connaisse pas trouve qu’elle est pas drôle.

Elle a un parler assez franc et vulgaire. Et ne se gène pas pour dire ce qu’elle pense. A qui que ce soit, n’ayant pas réellement peur des représailles. Sauf peut-être lorsqu’elle veut quelque chose de quelqu’un et que la manipulation doit être de mise. Là, elle rangera sa langue de vipère pour arriver à ses fins.

Yo n’est pas du genre à vouloir se faire des amis. Elle ne trouve pas ça nécessairement utile. Pas la peine de faire dans le sentimentalisme pour rien, ça n’aidera pas à rester vivant, bien au contraire ça fou une merde pas possible. Le temps qu’elle a des gens sur qui elle peut compter pour ne pas crever trop vite, alors ça lui va.

Et pour finir, Johanna est une grande amatrice de littérature ! Si elle ne veut parler à personne, alors elle se foutra dans un coin, un livre à la main. Il y en a certain qu’elle a déjà lu plusieurs fois, mais dont elle ne se lasse pas.




Ton apparence
.

La description du physique en un minimum de dix lignes. Pensez à parler de sa taille, peau, style vestimentaire. Et surtout, corrigez vous ! Bon courage

Comme la plupart des membres des Hyènes, Yo ne déroge pas à la règle de se faire repérer. Ainsi, elle arbore des cheveux longs et verts. Enfin longs, c’est relatif, puisqu’il n’y a que deux mèches sur le devant de son visage qui le sont. Pourquoi ? Parce qu’elle les attache en une tresse devant elle. Parce qu’elle aime bien, tout simplement. Le reste est coupé plus court et souvent coiffé d’un simple passage de ses doigts. Ses yeux sont également verts, très clairs et la plus part du temps vous n’y lirez rien. Tout comme son parlé froid, ses iris le sont tout autant, même s’il arrive parfois, avec certaines personnes qu’elle montre autre chose.

Côté corpulence : Yo a le désavantage d’être relativement petite, ne mesurant que le mètre soixante pour une petite cinquantaine de kilos. Mais elle a apprit à faire avec et elle arrive très facilement à regarder des gens plus grands qu’elle sans se casser le cou. Tout comme essayer de la surplomber et la regarder de haut ne lui fera autant effet. Ou simplement l’énerver. En contre partie, elle a une poitrine assez généreuse et des courbes pile où il faut.  Fallait bien équilibrer la balance !

Yo porte souvent des sweat sans manches, laissant ainsi apparaitre les tatouages qu’elle a le long de ses bras. Il s’agit de serpent, ou plutôt une longue queue de serpent enroulée autour de ses bras, formée de rond, avec la tête de l’animal au niveau de ses épaules. C’est elle qui est l’auteur de ce dessin. Une envie et parce qu’elle apprécie grandement cet animal. Autrement,  niveau couleur de fringue, c’est souvent les tons foncés. Si elle porte le vert de ses cheveux fièrement, elle apprécie cependant de porter des trucs soft. Noir le plus clair de son temps. Parce qu’elle aime cette couleur et qu’elle a tendance à cacher plus facilement les traces de sang. Pour compléter, elle porte des rangers, assez usées pour être devenues souples mais pas encore pour prendre l’eau !


Ton histoire
.

L'histoire de votre personnage en un minimum de vingt lignes. Pensez a parler de son enfance, de comment il à vécu le début de l'épidémie. Et surtout, corrigez vous ! Bon courage

La vie c’est une chienne, tout le monde le sait, mais parfois, elle s’améliore. Et si pour beaucoup l’épidémie été une vraie merde, ce n’était pas le cas pour Johanna. Pourquoi pleurer sur des gens qu’on ne connaissait pas ? Sur une humanité pourrie jusqu’à la moelle ? Non, s’il y avait bien quelque chose qu’elle avait apprécié dans son existence, c’était bien cette épidémie mystérieuse et tueuse. Là, on pouvait enfin voir qui se démerdait vraiment, qui était fort et qui ne l’était pas. Bon, ok, le fait que le virus touche à partir de 25ans, c’est assez moisi. On peut pas vraiment dire qu’on peut jouer dessus pour survivre, mais ça met un peu plus de piment. Une épée de Damoclès sur la tête des survivants actuels. C’est le jeu ! Fallait arrêter de croire que tout serait beau jusqu’à la fin des temps ! Et la fin des temps, c’est maintenant !

Est-ce que j’ai toujours été comme ça ? Pas exactement. Enfin si, peut-être. Disons que j’ai toujours exécré la plus part des gens. Et notamment ceux qui se plaignent, se lamentent sur leur putain de vie de merde et qu’au final ils ne se sortent pas les doigts du cul pour que ça change. Pitoyable. Pourquoi je dis ça ? Parce que mon père a quitté ma mère quand j’avais quoi, -10 ans ?- parce qu’elle buvait à n’en plus finir et qu’elle n’a pas été capable ensuite de remonter la pente pour le ramener. Je me suis encore de toutes ces soirées où je l’entendais chialer comme une merde, une bouteille ou deux -si ce n’était pas plus- à la main. Si j’avais été assez intelligente à cet âge là, je lui aurais fait bouffer du verre pilé pour qu’elle crève de sa connerie. Mais j’étais innocente, à cette époque. Donc tant pis, j’ai dû me la taper, tous les jours en rentrant de l’école, les soirs et les vacances. C’était une vraie plaie. Heureusement que j’avais des bouquins. Là au moins, plongée dans du Lovecraft, Baudelaire et j’en passe, c’était le pied. Elle pouvait se morfondre autant qu’elle le voulait, j’en avais rien à faire.

Au lycée, j’ai fait un bac Scientifique, parce que je le pouvais -j’suis loin d’être débile !- et que le programme des Littéraires me tentait pas vraiment. Il me semble que c’était du Beaumarchais et les pièces de théâtre, c’était franchement pas mon truc !

Au niveau de ma vie sociale ? C’était le vide complet. Je ne parlais avec les autres que quand c’était nécessaire ou par intérêt. Ou obligation. Je ne l’ai pas encore dit, mais j’ai vécu dans un coin pourri d’un arrondissement de Paris. Le genre de coin où les cas sociaux se retrouvent, vous voyez le genre ? Où la loi du plus fort règne et tout le bordel. Et bien ce bordel, je me le suis pris, une fois, dans la tronche. C’était en rentrant des cours, au collègue, le nez dans mes réflexions, je ne les ai pas vus approcher à temps. Je vous passe les détails et puis, c’était cinq mauvais coups. Oh ça a fait un putain de mal de chien surtout pour une première fois, pendant plusieurs semaines. Après ça, j’ai commencé à prendre un couteau dans son cartable et puis finalement, après avoir joué les gentilles fifilles près de ma génitrice, j’ai réussi à lui soutirer de la tune pour me payer des cours d’aikido. Pourquoi celui-là ? Parce que c’était le moins cher du coin et le dojo était le plus près de l’appartement moisi dans lequel on créchait. J’ai mit un peu en suspend mes lectures pour me concentrer sur cet apprentissage. J’ai franchement aimé, sauf peut-être lorsqu’on nous faisait la moral du « on ne s’en sert pas pour attaquer » et tout ce qui allait avec. C’était principalement de la défense. J’ai fait comme si j’avais pigé pour rester. Et puis finalement, j’en ai revu un. Un de ces gamins, pas beaucoup plus âgé que moi, un soir en rentrant de mon entrainement. Je l’ai amadoué, en lui racontant des trucs cochon. Il a mordu à l’appât, ce con. Je l’ai emmené pile où ils avaient pris leur pied et après l’avoir foutu par terre -l’effet de surprise, tout ça-, je l’ai éventré. C’était mon premier meurtre. La cave était assez loin des autres pour qu’on ne vienne pas me déranger, et les cris du pauvre type n’ont alerté personne. Pourquoi ça aurait été le cas, alors que les miens, ne l’avaient pas fait ?

Je suis rentrée chez moi, le visage pâle et fermé. Les mains ensanglantées dans les poches pour ne pas trop attirer l’attention. Même si là-bas, tout le monde se foutait de ce que vous pouviez faire. J’ai pas adressé la parole à ma génitrice quand je suis rentrée, encore moins que d’habitude en fait et je suis allée m’enfermer dans ma chambre. Il fallait que j’analyse ce qui venait de se passer et mieux encore, ce que j’avais ressenti au moment où j’avais vu la dernier lueur de vie s’échapper de son regard. C’était surement ma première jouissance.

Les années ont passées, je me suis perfectionnée dans l’aikido, j’ai appris à masquer mes vrais sentiments à l’égard des autres et j’ai continué de vivre. Enfin, vivre, c’était assez vite dit. Mon seul objectif dans la vie, c’était de faire des études en criminologie. Apprendre à mieux connaitre et cerner les gens qui étaient comme moi, avec les mêmes penchants mais qui étaient assez cons pour se faire choper par les autorités.

Mais tout ne se passa pas comme prévu et pour le coup, c’était carrément une bonne chose. J’ai vu mon premier infecté dans la personne de ma génitrice. Et avant qu’elle ne soit plus en capacité de parler et tout ce qui allait avec, cette grognasse m’a avoué qu’elle avait foutu mon paternel à la porte, parce qu’il n’arrête pas de lui demander de lever le pied sur la boisson. Et pendant toutes ces années, elle m’avait fait croire qu’il s’était juste barré. Alors que c’était carrément l’inverse. Et en fouillant dans ses affaires, j’ai trouvé quelques lettres que ce Damien Burel m’avait semble-t-il écrite. Elle les avait gardées pour elle et en voyant la gueule qu’avaient les lettres, il ne faisait aucun doute que ma génitrice avait chialé dessus. Pitoyable. Encore une raison de la détester ! Mais ce que j’ignorais et que j’ignore encore aujourd’hui, c’est qu’elle lui a répondu. Une seule fois. Quand les premiers cas ont commencé. Lui disant où on habitait et qu’il devait venir me chercher. Qu’il se pointe tient !

Je me suis démerdée toute seule dans les premiers temps, butant mon premier infecté et ma mère en même temps. Une pierre deux coups. Deux morts pour le prix d’un. Je ne sors pas sans un couteau, même si je sais me défendre au corps à corps. Simplement question de principal maintenant. Et ce que j’aimerais trouver, c’est une épée longue. Le truc que je pourrais glisser entre mes omoplates sans que ça se voit trop.

Comment j’ai survécu ensuite ? J’ai croisé ce mec, qui se fait appeler Cratos. Une dégaine qui sortait de l’ordinaire, puis bon, après l’avoir vu tabasser un type, il m’a tout de suite plus. A croire que j’attendais simplement de trouver quelqu’un avec qui partager ces moments de folie. Le truc bien, c’est qu’il n’ pas été plus surprit que ça, la première fois où j’ai tué une fille qui n’arrêtait pas de gueuler, en plein milieu de la rue. Je pouvais pas la laisser ameuter les infectés jusqu’à nous. Enfin ça, c’est pour la raison officielle. L’officieuse, c’était simplement parce que j’avais envie de me la faire. Qu’elle me paraissait faible -et elle l’était- et qu’elle n’aurait pas vécu plus longtemps. Pourquoi gâcher un plaisir comme celui là ?

Bref, du coup, je suis devenue le bras droit de Cratos. C’est plutôt cool, on se prend pas la tête et on sait qu’en cas de merde, on pourra en venir à bout. Maintenant, faut gérer avec les autres Hyènes et les histoires de cul. Que du plaisir ! ~








Derrière l'écran
.

Ton prénom et/ou Pseudo : Kyalema
Ton âge : 24 ans
Quelques mots sur toi : Joker ?  What a Face
Comment tu es arrivée ici : Je vous ai proposé un partenariat avec un forum ~
Ton avis sur le forum : J’aime, sinon je ne serais pas ici ~

Code par Eli-Ls.


Dernière édition par Johanna "Yo" Burel le Mar 8 Sep - 13:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 18/08/2015



Votre personnage
Mes liens: Aucun
Age : 20 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Johanna Burel -Bras droit des hyènes-   Lun 7 Sep - 0:04

Bienvenue! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 19/06/2015



Votre personnage
Mes liens: Fiche de liens
Age : 17
Equipements:

MessageSujet: Re: Johanna Burel -Bras droit des hyènes-   Lun 7 Sep - 9:23

Bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 06/09/2015
Age : 26



Votre personnage
Mes liens: Parcours d'une Psycopathe
Age : 19 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Johanna Burel -Bras droit des hyènes-   Lun 7 Sep - 12:40

Merci '-'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 06/09/2015
Age : 26



Votre personnage
Mes liens: Parcours d'une Psycopathe
Age : 19 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Johanna Burel -Bras droit des hyènes-   Mar 8 Sep - 13:32

DP pour annoncer que ma fiche est terminée ! (je pars bosser donc les fautes sont surement passées à la trappe).
Cratos, n'hésite pas à me dire si leur rencontre te convient ou non !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 13/06/2015
Age : 20



Votre personnage
Mes liens:
Age : 27
Equipements:

MessageSujet: Re: Johanna Burel -Bras droit des hyènes-   Mar 8 Sep - 16:42

Ca me convient =) Je vais te valider de ce pas

_________________
Kit by Cruelly via Never-Utopia
by Shobu ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elia-ls.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Johanna Burel -Bras droit des hyènes-   

Revenir en haut Aller en bas
 
Johanna Burel -Bras droit des hyènes-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» a mort le bras droit ...........
» Le bras droit du roi out
» RÔLES À POURVOIR
» Dreadnought et Arme détruite
» [Fiche d'île] Royaume de Drum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une lumière derrière les ombres :: Vie du forum :: Présentation :: Présentations Validées-