Vote !
Tops-Sites
Une lumière derrière les ombres
BONJOUR ! Uldo est fermé mais le roi est mort, vive le roi ! Vous pourrez jouer dans notre univers ici : http://z-epidemie.forumactif.com/ !


Forum RPG post-apo'
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 29/09/2015
Age : 24



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 30 ans
Equipements:

MessageSujet: Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}   Jeu 1 Oct - 21:33

Au centre de recherche, chaque jour, les scientifiques essayent de décrypter tout ce qui peut être relatif au Virus responsable de la pandémie pour améliorer leurs connaissances au sujet du pathogène: analyse du génome, ses vecteurs, son mode d'action, et éventuellement des molécules pour retarder sa progression dans un organisme vivant... Mais il arrive un certain moment où, être confiné dans ce centre 24/24 empêche d'avoir une vue sur terrain, épuise les ressources cumulées avant la chute de l'ancien monde, sans parler de l'état mentale des chercheurs ... "Améliorer la vie" voilà le but de ces derniers, mais si eux mêmes commencent à se plaindre de la vie de tous les jours et des problèmes qu'ils commencent à rencontrer dans leur boulot, qui va s'assurer de cette tâche ? Bien sur, pour tout problème sa solution: dans leur quartier, les gens du laboratoire se sont réunit de façon non officielle pour discuter des obstacles qu'ils rencontre actuellement et pour proposer des solutions pour les surmonter, ainsi au moins, beaucoup de frustration a été libérée au courant de cette réunion, des plaintes sur tout et n'importe quoi, ça allait de la nourriture, à des soucis plus personnels en passant bien sur par le plus important Le sujet qui fait qu'ils soient là et ce qui bloque leurs avancées.

Alicia était présente à la réunion, comme à son habitude elle aurait aimé prendre ses jambes à son cou car n'appréciait pas spécialement les gens qui se plaignent pour un oui et pour un non, mais elle se devait de rester pour les grandes questions. Elle prend également la responsabilité de rédiger le résumé de la réunion et par la suite le rapport des délibérations, deux documents qui seront présenté aux dirigeants militaires en temps voulu.

Les uns après les autres, les membres posaient leur problèmes et des solutions par exemple pour l'alimentation, une solution parmi d'autres a été d'envisager l'installation d'une ferme expérimentale, mais on avait encore plusieurs soucis qui en découlaient ... Quoiqu'il en soit, Alicia rédige tout dans les moindres détails pour que le lendemain à la première heure, elle se présentera à n'importe quel haut responsable,  mais c'est bien Anna Vignet qui est sur toutes les langue, apparemment une femme à la tête de l'armée avec un sacré caractere. la jeune femme ne trouvait pas ça particulièrement excitant d'aller dans le quartier des militaire, c'était juste une mission comme une autre dans le cadre de son travail, elle était pour ainsi dire la représentante des scientifique à ce moment là, mais ne soumettra que le rapport de délibérations qui mérite d'être étudié et pour que l'armée s'engage à les aider dans cette direction. Ce rapport traitait de 3 points vu comme cruciaux par les chercheurs:


  1. -Le manque de matière première et sa diversité concernant les analyses
    -le recensement sur terrain des individus sains et des infectés pour un suivit de la pandémie
    -L'éventualité de contacter les autres centres de recherches dans le but de faire un séminaire d'échange (pensant surement que les avions qui surplombent Paris de temps en temps seraient un bon moyen de communication intercontinental)



Alicia se prépare donc de bon matin, se levant aux aurores, va à la cafétéria où elle mettra de l'eau sur le feu, entre temps elle prend une douche vite fait, en réalité elle adore rester sous la douchette avec l'eau courante infiltrant ses cheveux puis se répandent dans chaque coin de son corps, c'était un des seul moment calme de sa journée où elle pouvait penser et rêvasser un peu. En sortant de la douche, elle retrouve ses vêtements qui l'attendent, elle se sèche avant de les enfiler, aujourd'hui elle portera un jean noir et un chemisier blanc avant de mettre par dessus sa blouse blanche, son stéthoscope autour de sa nuque, puis elle passera quelques minutes devant le miroir à entretenir ses cheveux qu'elle attachera, et à se maquiller: du fond de teint, du rouge à lèvre et un crayon pour les yeux, c'est tout ce qui lui restait dans sa trousse à maquillage, elle prend donc plaisir à s'entretenir, et ainsi avoir une "batterie de morale" rechargée pour la journée. Enfin pour terminer, son eau bouillonnait déjà depuis quelques minutes, elle la verse dans une théière où du thé pouvait infuser. Elle le dégusta seule comme toujours en regardant une dernière fois le rapport qu'elle allait livrer à l'officier Vignet ou le militaire haut placé qu'elle trouvera. A 8H tapante, la chercheuse se trouvait devant la porte de ce qui est censé être le bureau où les hauts placés recevaient le restant du personnel. Elle frappe deux fois par respect, et ce n'est que lorsqu'elle reçut l'ordre d'y entre qu'elle ouvre la porte, la seule personne qu'elle vit c'était une femme assise. Calmement, Alicia s'avança vers elle avec un air neutre, puis lorsqu'elle lui adressa la parole elle sourit cordialement:

-Bonjour officier, comment allez-vous ?

Bien sûr, elle se doutait qu'il s'agissait d'Anna Vignet mais n'en était pas sur, après tout, elle ne l'avait jamais vu. Le "comment allez-vous" d'Alicia était réputé, elle demandait cela à tout le monde, certains lui répondent par un "ça va" ne voulant certainement pas approfondir la discussion, mais d'autres, au contraire, entrent dans les détails et se confie sincèrement, généralement en se plaignant, mais elle aimait les écouter pour ainsi les aider éventuellement, les deux pouvaient soulager la conscience de ces "âmes en peines".

Par réflexe surement, le médecin qui était en elle n'arrêtait pas d'inspecter la jeune officier pour en sortir avec certaines conclusions:d'abord c'était une femme dans un univers d'homme, et depuis le temps qu'elle en fait partie, elle a dû former autour d'elle une coquille impénétrable, elle savait donc d'avance ce qu'elle allait lui répondre. Sa posture droite en disait long sur son tempérament, ses cicatrices pouvaient laisser supposer un entrainement militaire relativement dure,... et difficile à croire, mais sa coupe de cheveux aussi pouvait révéler des informations sur sa vie, le "hime hairstyle" n'étant pas très répondu... Passons maintenant à une inspection plus médicale même si la femme ne laissait rien apparaitre, on pouvait voir du stress et un certain manque de sommeil, les deux étant lié.

Alicia n'était pas impressionnée ou déstabilisée par le grade, la position, le passé, présent ou futur de cette femme en face d'elle, elle se fichait un peu de ces rangs que les humains pouvaient se donner, pour elle, c'est une âme complexe dans un corps tout aussi complexe qui peut être victime de toute sorte de traumatismes et pire encore, pouvait être sensible au Virus, son rôle en temps que médecin est de poser un diagnostique puis un pronostique, la soigner jusqu'à guérison, ou l'accompagner jusqu'à la mort. Et avant toute chose, elle était là en temps qu'émissaire, cependant, ce n'est pas pour ça qu'elle pouvait se permettre de lui manquer de respect ou quoique ce soit, elle respectait la hiérarchie comme il fallait, suit toujours les ordres qu'il lui sont donnés, elle n'était pas du genre à parler dans le dos ou à avoir des préjugé sur les actes des militaires ou autres, sachant que sans eux, les scientifiques seraient sûrement perdus. Elle attendait une réponse de la jeune militaire avant de s'engager dans une vraie discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 13/06/2015
Age : 20



Votre personnage
Mes liens:
Age : 27
Equipements:

MessageSujet: Re: Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}   Sam 3 Oct - 1:59





Des problèmes et des solutions
« Libérer, agir, communiquer. Peut être que c'est ainsi qu'on sauvera le monde, finalement. »


Enfermez un groupe de personne dans un environnement fermé et vous verrez que la société ainsi formée s’adaptera très vite à la nouvelle taille de l’aquarium. Ils n’étaient pas si nombreux à vivre dans le centre, mais l’Espoir formait un monde à part. Un monde avec ses propres castes, Scientifique et Militaire, divisé en sous caste selon l’influence de chacun. Ses règles de vie due aux contraintes architecturales : on n’embête pas les scientifiques qui travaillent, on laisse les militaires se reposer lorsqu’ils ne sont pas affectés à un poste. Leur propre rythme de vie puisqu’à n’importe qu’elle heure il est possible de croiser un militaire déphasé debout, en train de s’entraîner ou de grogner devant une tasse de café. Enfin, leurs propres célébrités et leurs propres rumeurs.

Anna ne prêtait que peu attention à ses dernières, préférant se tenir à l’écart de ce genre de situation. Elle avait fait l’objet deux ou trois fois de discussions de couloir, la dernière en date concernait sa visite nocturne à Matthew, il y a 5 jours de ça. Chacun avait sa propre idée de ce qu’y avait pu s’y passer, allant des théories graveleuses aux insultes à peine dissimulées (« Nah, personne ne voudrait voir l’officier nue, je suis presque sûre qu’elle a un pénis vu son caractère »).  Ça n’avait duré que quelques jours, vite remplacée par un sujet plus intéressant : une révolution scientifique. En entendant ça, l’officier avait soulevé un sourcil et avait préféré quitter cette discussion. Les militaires exagéraient en permanence. Oui, les chercheurs pouvaient se montrer un peu grognons, mais une révolte ? Il était évident que non. Pourtant, la rumeur s’intensifia.

Ce matin-là, comme à son habitude Anna Vignet avait quitté sa cabine de bonne heure. Elle s’était entraîné avec quelques militaires aussi lève-tôt que la demoiselle avant de se doucher. La militaire enfila sa combinaison, malgré le fait qu’aucune sortie n’était prévue. Pas d’expédition ne signifiait pas qu’elle n’avait rien à faire. Au contraire : Les prochaines missions devaient être réorganisées, les stocks devaient être compté et les tours de garde prévus. Entrant dans son bureau, elle soupirant en y pensant. Ca risquait de lui prendre plusieurs jours entiers, ce qui signifiait qu’elle n’aurait pas le temps de voir le soleil. Cette idée la rendait claustrophobe.

Elle referma la porte derrière elle, regardant un instant la pièce comme si c’était la première fois. Un bureau très long au centre de la pièce, quelques étagères de métal remplis de papiers et dossiers numérotés et rangés avec soins. La vie dans un complexe autonome signifiait qu’il fallait constamment avoir le contrôle sur tout : l’eau, l’air, l’entretien des appareils, le nombre de personne vivant là. C’était fatiguant, lassant mais nécessaire à la survie de tous. Anna ne faisait assez confiance à personne pour déléguer cette tâche. En quelques pas, elle rejoignit son siège, sorti un paquet de papier d’un tiroir et se mit à réfléchir aux plannings.

Elles connaissaient chacun de ses hommes, ou presque. L’officier savait à qui elle pouvait confier les horaires les plus difficiles, lesquels semblaient immunisés, lesquels formaient une équipe efficace. Lorsque la femme avait pris la tête de tout ça, ils n’étaient que des noms, des personnes qu’elle croisait le matin en sortant de sa cabine de douche. Les scientifiques, quant à eux, lui étaient inconnus. Elle en connaissait une poignée avec lesquels elle pouvait parfois prendre un repas mais ça n’allait pas plus loin. Anna ne préférait pas tout mélanger. Eux, ce n’était pas de sa compétence.

En une heure, elle avança plutôt bien. Il lui restait encore beaucoup, énormément même à faire, mais au moins elle ne prolongeait pas le supplice. Repoussant la paperasse, elle soupira et se prit le front entre les mains. Se massant les tempes, Anna fit une pause d’une quinzaine de seconde avant de reprendre. Le stylo de nouveau en main, elle s’apprêta à écrire un premier nom lorsqu’on toqua à sa porte. Elle n’attendait personne. Fronçant les sourcils, l’officier lâcha quand même un entrez froid mais assez fort pour que le visiteur l’entende.

La double porte s’ouvrit, laissant apparaître une silhouette féminine inconnue. Anna se leva, s’appuyant sur l’avant de son bureau. Elle toisa l’arrivante, sans gêne. Plus petite, plus fragile que la militaire. Son appartenance au corps scientifique ne faisait aucun doute. Sûrement un peu plus âgée qu’Anna, quoi que son look soigné avec une pointe de classicisme pouvait la vieillir. Elle approcha pour s’adresser à l’officier.

«Bonjour officier, comment allez-vous ?»

Anna leva un sourcil. Cela faisait biiiiien longtemps qu’elle n’avait pas entendue cette question. C’était sorti des usages depuis le début des évènements. Ne prenant pas la peine de répondre tant cela lui semblait inutile et stupide, la jeune femme préféra questionner à son tour.

«Bonjour. A qui ai-je l’honneur ?»


Son ton traduisait son envie d’arriver vite au but sans être impolie. Les scientifiques ignoraient sûrement que les militaires ne pouvaient se permettre de perdre leur temps en discussion stérile et amicale. Elle ne pouvait en revanche pas reprocher à la demoiselle d’essayer de conserver un minimum de normalité dans les rapports entre être humain. Ses yeux bruns ne la lâchaient pas des yeux, se baladant des pieds au crâne sans se soucier du sentiment de mal être que cela pouvait provoquer.

Codée par Eli-Ls


_________________
Kit by Cruelly via Never-Utopia
by Shobu ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elia-ls.e-monsite.com/


avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 29/09/2015
Age : 24



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 30 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}   Sam 3 Oct - 15:37

Les femmes ont naturellement un complexe d'infériorité pour les causes que nous connaissons, mais cette femme officier en particulier le puait tellement qu'il était normal qu'il soit compensé par une envie de domination, tout ceci se voyait parfaitement à partir de la voix, du ton et de l'expression des yeux que pouvait aborder l'officier en répondant par une question à une question. Tout ceci n'était pas bien méchant et tout à fait compréhensible de la part de la plus haute placée dans l'hiérarchie, même si Alicia avait déjà parlé à des hauts placé beaucoup plus sympathique mais disons que le fait qu'ils ne soient pas des femmes rendait les choses plus faciles pour eux.
La scientifique sourit de plus belle devant cela avant de répondre sur le même ton qu'avant, c'est à dire, de cordiale à amicale pratiquement, autrement dit: humain:

-Comme vous pouvez le voir, Dit-elle en montrant sa blouse blanche. je fais partie du corps des scientifiques, je m'appelle Alicia Margaret

Tout de suite après, la jeune femme prit la liberté de s'assoir sur le siège prévu à cet effet, en face de son interlocutrice , en effet, il serait dommage de ne pas apprécier cette longue discussion qui allait se dérouler autour d'elles comme il le fallait. D'un autre côté, elle ne cherchait pas à connaitre le nom de cette femme officier, parce qu'elle se fichait un peu du moment qu'elle était devant un haut gradé, et en plus cela lui importait que trop peu et n'allait rien changer à la situation. Toujours sur le même ton, elle proposa:

-Vous devriez vous assoir et vous détendre, sinon cette discussion sera aussi désagréable pour vous que pour moi, et très franchement, je n'aime pas les situations désagréable. ce dont on a à parler risque de prendre un moment, faudra prendre votre mal en patience, je sais que les militaire ne sont pas fan du "blabla" vous aimez l'action, faire des galipettes, trancher dans le vif et tirer sur tout ce qui bouge, mais j'ai une info pour vous, officier, vous êtes la responsable et l'uns de vos devoirs est de me consacrer ce temps et encore ! Je vais vous épargner beaucoup de choses, on n'abordera avec vous que trois points essentiels relatifs au Virus. Si vous aviez vu les plaintes que les autres font sur les conditions de vie, ça va du papier hygiénique à l'intensité de la lumière, certains même essayent de se rebeller en créant de fausses alertes de contamination au labo, pas la peine de vous dire que ça nous fait perdre considérablement de temps, voilà pourquoi les dirigeants des différents services ont décidé de nous réunir et ainsi désamorcer cette bombe de frustration qu'on subit. Je suis donc ici pour parler au nom de tous... Bien ! commençons.

Dit-elle toujours en souriant, elle ouvre sur la page 1 le document qu'elle transportait tout à l'heure et qui n'est autre que le rapport des délibérations, posé sur le bureau et en face de l'officier Vignet de façon à ce qu'elle puisse le lire, mais ne va pas lui donner autant temps pour continuer à parler dans sa lancée, les choses devaient être faite aussi vite que possible après tout:

-Le premier point que nous traiterons sera l'épuisement des ressources biologiques mise à notre disposition avant et qui, maintenant à force de les analyser, il devient presque rare de trouver du tissu infecté ou sain sur quoi continuer nos recherches. Certains proposent de faire des prélèvements sur tous les membres de l'espoir, mais une autre solution qui a été proposée est de réunir une équipe composée de militaire et scientifiques pour aller sur terrain et récolter ce qu'il faut sur des morts infectés et même du sang sur des personnes saines de tout âge et en particulier les moins de 25 ans, l'idéal serait aussi des prélèvement de moelle osseuse, mais on ne pourra jamais réunir les conditions de stérilité nécessaires pour le faire en dehors du centre... Il est clair que nous avons besoin de beaucoup d'échantillons de différentes origines pour former un panel digne de ce nom. En ce qui concerne les civiles qui voudront bien participer par leur don de sang, on les récompensera par de la nourriture par exemple et de bouche à oreille, ça attira plus de monde. Les gens doivent savoir qu'on travail toujours.

Alicia marque une pause avant de demander: -ça va officier, je ne vais pas trop vite ? Des commentaires, critiques ?

Bien entendu, on trouverais plus de "blabla" dans le rapport des délibérations, comme l'élaboration d'un système d'analyse des dangers et des points critiques pour leur maitrise car, c'est bien de faire une descente sur terrain, mais que celle-ci soit contrôlée de façon a éviter tout risque éventuel, c'est mieux ! Ainsi, ce système analysera les dangers, déterminera les points critiques (zones dangereuse: de Hyène, zone à forte dominance d'individus transformé... ), fixer les seuils critiques : faut-il se battre ou fuir? contre combien d'individus ennemis on fera l'un ou l'autre ? Mettre en place un système de surveillance, c à d, à tout moment, le déplacements de l'équipe sera suivit au centre, déterminer des actions correctives si jamais on rencontre un problème, ... etc
Tout ceci ne sera mis en place avant que les hauts gradés ne s'engagent et donnent leur feu vert.

Avant de passer au point suivant, Alicia laisse le temps à Anna de digérer tout ça... Elle se souvint comment on lui a refourgué cette tâche. La plupart des gens qu'elle connaissait sont intimidé voir apeuré par le présent officier, la trouvant, selon les gouts : belle, attirante, intimidante, mais personne ne souhaite se retrouver en face d'elle, et bien sur, c'est toujours sur Alicia que tombent ce genre d'affaire que personne ne veut se coltiner, elle entendit beaucoup parler sur cette femme au fort caractère d'où le fait que dés le début, elle lui proposa de se "détendre" car cela ne servirait à rien de montrer sa domination, de 1, la scientifique n'était pas une militaire, ni un homme, et de 2, elle n'était là que pour représenter des gens, et non pour un service personnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 13/06/2015
Age : 20



Votre personnage
Mes liens:
Age : 27
Equipements:

MessageSujet: Re: Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}   Sam 17 Oct - 14:52





Des problèmes et des solutions
« Libérer, agir, communiquer. Peut être que c'est ainsi qu'on sauvera le monde, finalement. »

Anna n’aimait pas les femmes. Elle ne s’était jamais entendu avec elle, petite déjà. Ses amis avaient toujours été des garçons et c’était chez eux qu’elle se retrouvait le plus. Elle n’avait jamais trouvé les filles mignonnes , attachantes ou intéressantes. Plus encore, elle leur reprochait parfois d’entretenir le cliché de la femme faible. C’était injuste, elle le savait, mais elle ne pouvait pas diriger ses sentiments si facilement. À l’armée, les quelques femmes présentes dans le régiment de l’officier s’étaient imaginer être en compétition avec elle. Anna ne s’abaissait pas à ce niveau, préférant se concentrer sur ses compétences avant de faire mumuse avec ses copines. Il ne fallait rien prouver aux autres femmes, leur avis ne comptait pas. Il fallait juste se faire une place, à coup de dent s’il le fallait, dans ce monde d’homme qui ne la respecterait jamais autant que ses collègues masculins. On lui avait fait sentir dès le jour un.
Ainsi, elle ne voyait pas l’arrivée de la scientifique comme un défi ou je ne sais quoi. Juste comme un contretemps déplorable qu’elle allait devoir écourter au maximum.

«Comme vous pouvez le voir, je fais partie du corps des scientifiques, je m'appelle Alicia Margaret.»

Anna resta immobile. Viens en aux faits. Elle n’avait pas besoin de se présenter. On venait la voir justement parce qu’elle était l’officier Vignet, tout le monde connaissait son nom et, même si on ne l'associait pas toujours à son visage, on devinait bien vite qu’elle était une haute responsable. Elle ne fit aucune objection en voyant la femme s’installer sur la chaise près d’elle, la suivant des yeux sans expression particulière. Chacune faisait ce qu’elle avait à faire.

La militaire resta silencieuse et impassible alors que la scientifique se lança dans un monologue. Mon dieu, elle était bavarde. Toute la première partie de son blabla était totalement inutile, arrachant à Anna un looong soupire. D’ailleurs, elle trouvait presque cette Alicia arrogante, mais son sourire et son ton doux l’empêchèrent de lui faire une remarque. Pas besoin de perdre un peu plus de son temps précieux. Il fallait juste espérer que la jeune femme arrive au but rapidement. Finalement, elle sortit un document qu’elle laissa à la vue de l’officier, reprenant la parole. Cette fois, c’était plus intéressant et Anna tendit l’oreille, toujours l’air impassible et imperturbable.


«Ça va officier, je ne vais pas trop vite ? Des commentaires, critiques ?»

Anna leva un sourcil. Elle se sentait infantiliser et n’aimait vraiment pas ça. Serrant les dents, prenant une attitude plus froide, presque agressive, elle répondit sans attendre, à un débit plutôt rapide :

«Manque d’échantillon divers. Sain, infecté, immunisé. Autre chose ? Contentez-vous des faits, madame. Laissez-nous gérer les modalités.»

Ils ne pouvaient pas offrir de la nourriture. Ceux de dehors étaient immunisés et pouvaient se permettre de consommer de tout. L’espoir ne pouvait prendre que de la nourriture conservée de manière totalement hermétique.

«Vos représentants au conseil sont moins bavard que vous, Margaret. J’apprécie la communication, des explorations seront organisées.»

... si on lui laissait le temps d'organiser quoi que se soit. Son ton était toujours plat, pas du tout en accord avec ses paroles. Oui, elle appréciait savoir ce qu’il fallait aux scientifiques, mais elle voulait que ça soit fait rapidement. Elle voulut congédier la scientifique, mais se retenu. Il devait y avoir autre chose, pour une demande si simple, on laisse un mémo, on ne vient pas en personne déranger les supérieurs. S’installant sur sa chaise, le dos contre le dossier, Anna fit signe à Alicia de continuer. Elle aurait du mettre son egos de côté et se détendre comme on lui avait dit de le faire dès le début de la discussion. Effectivement, ça risquait d’être long. Anna commençait à accepter l’idée de passer la nuit sur sa paperasse.

Codée par Eli-Ls


_________________
Kit by Cruelly via Never-Utopia
by Shobu ♥️


Dernière édition par Anna Vignet le Mer 21 Oct - 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elia-ls.e-monsite.com/


avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 29/09/2015
Age : 24



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 30 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}   Mar 20 Oct - 20:27

La haute placée semblait particulièrement mal prendre les paroles de la scientifique alors que cette dernière ne souhaitait que se montrer le plus limpide possible, mais c’était compréhensible, en effet, Alicia avait plus d’expérience avec  les enfants que les adultes, elle était habituée à parler à des parents qui ne connaissait pas spécialement la médecine et donc parler et parler c’était son job pour rassurer ces gens, en plus de ça, lorsqu'elle se trouvait face aux enfants, elle abordait un tout autre visage, un visage plus enfantin parfois même en faisant parler et gigoter des peluches comme des marionnettes pour rassurer ces gamins, c’est donc là tout un mode de vie. Alicia n’avait rien contre l’officier Vignet, au contraire, elle était amusée par son comportement : froid et hautain frôlant l’agressivité si bien qu’elle voulu la taquiner un peu de ce côté là  d’abord en lui disant :

-Vous devriez préserver vos neurones officier ! Ces cellules ont tendance à éclater lorsqu’on s’énerve ! Elles ne sont pas renouvelables ! Puis continua en lui disant une réalité au sujet de ses confrères hauts placés qui étaient à ses côtés au conseil de l’espoir : Vu ce qui se dit sur vous dans les couloirs, c’est pas étonnant que mes chers confrères ne vous parlent que du stricte minimum… voir moins, et votre froideur apparente n’arrange pas les choses. Termine t’elle toujours avec un regard amusé.

Il fallait l’avouer, Anna dégageait une certaine aura révulsante qui faisait s’écarter tout le monde sur son chemin à part, peut être, des cas particuliers, mais chaque règle a ses exceptions après tout.  Alicia en faisait partie et n’était pas vraiment touchée par cette aura, malgré la froideur de l’officier, la scientifique se sentie à l’aise avec elle, la preuve était lui parlait librement et qu’elle l’avait taquiné et même si l’on puisse croire que ce qu’elle a dit après était une sorte d’offense, Alicia le dit sur un ton franc pour éclairer une situation, d’ailleurs la jeune femme elle même devait se douter de ce qui se dit sur son dos et s’en foutre éperdument. Alicia n’était pas du genre à écouter les rumeurs et tout ce qui se dit sur des gens divers, elle connaissait les notions de jalousie, de méprit qu’ont certaines personnes envers d’autres et qui feraient tout pour les dévaloriser ou instaurer une haine générale envers elles dans le but de les voir ratatinées au sol, bref, l’humain est ainsi mauvais. Si Anna était aux bords de la misogynie, Alicia, elle, était sur les bords de la misanthropie, mais sachant qu’elle ne l’assumera jamais, elle a préféré la philanthropie non pas de l'humainité complète mais une partie, ceux, uniquement, qui en vaillent la peine selon son regard juste, ils sont rare, mais bien présents tandis qu’elle verra le restant des humains comme des « moutons démoniaques ».  

Cela faisait longtemps qu’elle entendait parler de la fameuse chef militaire qui, à elle seule, avait prit la décision de bombarder des civiles, rien que cela, ça avait soulevé des rancoeurs ou même de l’admiration pour certains, sans parler des rumeurs de toutes sortes, mais n’est-ce pas là une preuve qu’elle est tout simplement enviée par tous ? Sa place, son parcourt, ses décisions ? Alica se trouvait aujourd’hui face à cette figure, aimée, admirée, haïe, méprisée, mais n’avait aucun sentiment particulier à son égard, elle aurait aimé l’explorer plus, cette femme si complexe (comme tout être humain), en savoir plus sur elle personnellement afin de savoir distinguer le vrai du faux de ce qui circule à son sujet, mais devant la frigidité de la jeune officier, la scientifique se retient de parler davantage, peut être une prochaine fois si elle se croiseront et encore…

Alicia semblait pensante, mais revient bien assez tôt sur terre, elle sourit à Anna sincèrement, son regard reflétait ce qu’elle avait dans le cœur, c’est à dire : rien contre l’officier: neutre, d’autant plus qu’elle ne se permettra jamais de juger ses choix ni quoique ce soit d’autre.    

-Veuillez m’excuser, j’ai tendanse à m’écarter souvent du sujet ! Les scientifiques vous seront très reconnaissants et seront surement plus motivés à travailler davantage si ils voient le mal que se donnent les militaire à se procurer de nouveaux échantillons. Elle s’arrête un instant puis continue : Bien, le 2ème sujet concerne la surveillance épidémiologique de l’épidémie, on souhaite avoir un recensement de ce qui se passe sur le terrain : combien de personnes sont encore vivantes ? Combien de transformé vagabondent encore...? dans chaque arrondissement de Paris pour commencer afin de surveiller l’évolution de la maladie et éventuellement, mettre en place des mesures d’éradication.

Sachant que ceci allait être particulièrement difficile, ou pas si ces militaires voulaient de l’action ce n’était pas la mission adéquate, en fait, tout dépend, ça peut être des missions ennuyantes car il faut rester en retrait et juste compter, mais si l’un d’eux ferait un faux pas et qu’il s’attire une horde de sans âmes, cela pourrait mal finir… D'où la nécessité d'avoir un système d'analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise.


Dernière édition par Alicia Margaret le Mer 21 Oct - 17:27, édité 1 fois (Raison : Corrections de beaucoup de fautes ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 13/06/2015
Age : 20



Votre personnage
Mes liens:
Age : 27
Equipements:

MessageSujet: Re: Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}   Mer 21 Oct - 19:06





Des problèmes et des solutions
« Libérer, agir, communiquer. Peut être que c'est ainsi qu'on sauvera le monde, finalement. »
Anna avait sincèrement espérée que la scientifique lui fasse un sourire poli, lui dise que c’était terminées, qu’elle avait dit tout ce qu’elle avait à dire avant de se lever et de marcher vers la porte. L’officier aurait ainsi reprendre sa paperasse là où elle l’avait laissé et espérer pouvoir manger sans apporter son assiette à son bureau. Maiiiiis, non. Ça aurait été bien trop beau. Le voyant rester ainsi, Anna se massa les tempes en fixant la pile de papier entre ses coudes. Mon dieu, que la soirée allait être longue.  Elle n’était même pas d’humeur à faire semblant d’être intéressée. Elle n’en voulait pas personnellement à la scientifique mais si elle pouvait partir, ça serait génial.

« Vous devriez préserver vos neurones officier ! Ces cellules ont tendance à éclater lorsqu’on s’énerve ! Elles ne sont pas renouvelables.»

Mon dieu, elle recommençait. Certe, ça n’avait pas l’air méchant…. Mais… Disons, pour être gentil qu’Anna n’avait aucune envie d’entendre ce genre de réflexion maintenant. Elle leva les yeux pour planter son regard dans celui de la femme. Cette dernière semblait trouver cette situation bien plus amusant que la militaire.

«Vu ce qui se dit sur vous dans les couloirs, c’est pas étonnant que mes chers confrères ne vous parlent que du stricte minimum… voir moins, et votre froideur apparente n’arrange pas les choses.»

Anna recula pour s’adosser sur son siège. Elle savait pertinemment ce qui se disait dans son dos. Ou plutôt elle en avait une vague idée et en avait rien à cirer. Les gens enfermés ont tendance à beaucoup plus parler de leur colocataire que du monde extérieur. L’officia devina que la scientifique était la seule à avoir eu le courage de venir lui parler. Elle monta un peu dans son estime et Anna eut un léger sourire accompagné d’un pouffement d’une fraction de seconde. Ça leur ressemblait bien, aux scientifiques en chef, de faire profil bas devant le conseil alors qu’ils avaient besoin de ressource. Pourquoi avaient-ils étés choisis ? Là reposait tout le mystère.

Alicia reprit la parole, s’excusant de sortir du sujet avant de… sortir du sujet. Les sourcils bruns se soulevèrent mais la femme n’osa pas faire de réflexion sur l’absurdité du moment. La scientifique entama le deuxième point.

«Bien, le 2ème sujet concerne la surveillance épidémiologique de l’épidémie, on souhaite avoir un recensement de ce qui se passe sur le terrain : combien de personnes sont encore vivantes ? Combien de transformé vagabondent encore...? dans chaque arrondissement de Paris pour commencer afin de surveiller l’évolution de la maladie et éventuellement, mettre en place des mesures d’éradication.»

Anna eut un petit rire crispé. Nah, c’était une blague ? Elle imaginait la tête des dégénérés de dehors si elle se pointait avec des formulaires à remplir « pour le recensement de notre belle capitale ». Elle comprenait l’idée et l’intérêt que ça pouvait avoir. Mais, sérieusement ? Elle doutait que ça pourrait être sur pied. Trop risqué, l’espoir perdrait des hommes s’ils tentaient de surveiller les hyènes dans le but de les compter.

«- Si on éradique tous les infectés, comment on fait pour vous renouveler vos stocks d’échantillons ? »

C’était une question qui n’attendait pas de réponse en soi. Juste là pour montrer l’incohérence. Oui, certes, on pouvait avoir BEAUCOUP de stock, mais le nombre de cage en verre pour gardés des infectés vivants étaient limités. Ce dernier finissait par périr lorsqu’on testait certains traitements sur eux ou après quelques accidents de manœuvre. Même en remplissant les cages (tout en obéissant aux règles de sécurité), cela ne durerait pas indéfiniment. Or, personne ne pouvait prévoir dans combien de temps le vaccin ou le traitement serait trouvé.
Quant au recensement… Anna le nota sur un bloc note à portée de main, histoire de demander son avis à Avery, mais elle doutait que cela puisse être mis en place de façon efficace.

«A quel point les données démographiques devront être précises ?»

Maintenant accoudée sur son bureau, l’officier se montrait attentive. Les informations récoltées pourraient être utilisés par les deux corps de métier. Meilleure connaissant du terrain, pouvoir étudier les populations en place et donc qui pouvait être utile… Certes, ils savaient déjà faire la différence entre allié et ennemi dans les grandes lignes, mais ça pourrait avoir une ampleur plus grande. Dans la tête d’Anna, les idées jaillissaient.

«Certains groupes n’accepteront pas de nous aider et je n’acceptais qu’une observation à distance. Pour les infectés, le nombre évolue trop vite. Les avions en ramènent toujours un peu plus dans la ville. »

Abandonnant son bloc pour une feuille vierge, Anna griffonna ces idées réalisables ainsi que les questions qui restaient en suspens. Ils ne pouvaient pas lancer cette opération de suite, pas avec un tiers des effectifs chargés de la sécurité du clan des gamins des rues….

Codée par Eli-Ls


_________________
Kit by Cruelly via Never-Utopia
by Shobu ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elia-ls.e-monsite.com/


avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 29/09/2015
Age : 24



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 30 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}   Mer 21 Oct - 22:45

Pour la compréhension générale, on définira l'ampleur qu'a prit la maladie qui s'est, comme une malédiction, abattue sur les humains, il s'agit d'une épidémie mais ayant touché tout le globe terrestre, autrement dit, une pandémie. Pas la peine donc de préciser que des échantillons de contaminés couleront à flot qu'on le veuille où non, qu'on assainisse une zone, un pays, ou non... Le tout donc de faire l'effort d'aller à leur récolte, même s'ils peuvent se trouver assez loin, d'autant plus que des prélèvements de tissus, sanguins ou autres pouvaient être conservés durant une assez longue période (par cryopréservation), après tout, pourquoi avoir des générateurs spécialement dédiés au centre si ce n'était pas pour les utiliser dans ce but, en effet, la congélation à de très basses température, nécessitait une grande puissance électrique. sachant en plus que l'assainissement pour chaque petite zone pouvait s'étendre sur un grand laps de temps. La jeune femme épargna cette réponse à l'officier elle savait que tôt ou tard, elle s'en rendra compte d'elle même.  

Les scientifique jugent que l'état de Paris doit changer et évoluer, même si on sait que certains clans sont carrément des barbares sauvage, les militaires ne sont pas censés se soumettre à eux, bien au contraire, il fallait montrer qu'ils pouvaient les tenir en laisse, ils avouent volontiers que lors de la réunions, ils n'avaient pas vu ces aspects, ayant plus tendance à idéaliser et à voir les force armée de l'espoir comme pouvant réaliser des miracles, mais malgré les hésitations qu'a pu montrer l'officier Vignet, elle semblait intéressée par l'idée du recensement de la population, elle montra cet intérêt en commençant à prendre des notes... Alicia voudrait bien savoir ce qui se trame dans la tête d'Anna en jetant un coup d'oeil à ses notes en question alors qu'elle les écrivait sans pour autant pouvoir les lire car étant à l'envers. Elle répond à sa question par contre en la regardant écrire :

-Aussi précises que vous pouvez vous le permettre.

Une réponse claire et nette, sachant qu'un recensement n'était pas facile dans certaines zones, et que les militaires devaient prendre beaucoup de précautions, ils en louperaient surement quelques individus car trop cachés où ceux qui s'aventurent en solitaire, elle ne pouvait donc pas exiger des données fiables à 100% ... Dans des cas comme ça, tout ce qui est à prendre est bon.

Dans tous les cas, les scientifiques et les militaires doivent travailler main dans la main à la concrétisations de ces plans pour l'avenir de l' "humanité" (du moins présente sur Paris) les premiers sont là pour penser ! c'est des têtes, des génies pas spécialement calés qu'en médecine ou en biologie mais en tout, certains ont même de grandes expériences dans plusieurs domaines, l'évolution de l'état des choses est nécessaire, pas pour de suite certes, mais on pense au long terme qui commence par des petites choses réalisables au fur et a mesures et qui peuvent prendre beaucoup de temps pour aboutir. les chercheurs et spécialistes font des diagrammes, des systèmes avec des principes des bonnes pratiques à appliquer sur le terrain par les militaires pour chaque point critique (le terrain des hyène en est un par exemple) afin d'éviter tout éventuel risque et donc des pertes humaines vaines d'un côté ou dans l'autre. Ces systèmes sont à appliquer car suivit à la lettre, les militaires n'auront pas besoin de "penser" ou "réfléchir" les spécialités l'ont fait à leur place à eux de l'appliquer, entre action préventives et correctives: des guides à suivre à la lettre pour ne pas avoir d'imprévu, et même si y a un imprévu, ils sauront le gérer grâces à ces actions, c'est ce qui est détaillé dans le rapport qu'à apporté Alicia à Anna.

La jeune femme semblait un peu contrariée par la dernière réponse de l'officier, en effet elle lui révéla que les infectés augmentent en nombre de jour en jour et que rien n'est fait pour maitriser leur nombre à part poster des soldats qui se relayent pour protéger les jeunes enfants du clan des sauveurs:

-Bon dieu ouvrez les yeux ! Elle dit cela avec un sourire mais un ton sérieux qui ne prêtait pas à la plaisanterie allant même jusqu'à taper du poing sur la table (pas violemment non plus) pour avoir toute l'attention de son interlocutrice, elle continue: une éradication des infectés qui rodent matin, midi, et soir est nécessaire ! Je n'ose pas imaginer l'état de stress, de peur constante qu'endurent ces gamins alors même qu'ils viennent d'ouvrir leurs yeux au monde ! ça ne doit pas se passer ainsi !

Là c'était bien une pédiatre qui parlait, elle avait tant sur le coeur mais préféra encore minimiser au maximum ses paroles sachant que la femme à ses côtés n'est pas spécialement sensible à cela, quant à la réponse de cette dernière, elle était prévisible et tournera autour de l'effectif réduit, du fait qu'ils ne peuvent faire mieux et que ce malheur n'est pas de leur faute. la jeune femme serra les poing et les dents, peu de chose pouvaient la faire s' "emporter" de la sorte, cette cause la tenait à coeur et était prête à faire le nécessaire pour y arriver. Elle continua sur sa lancée  

-Les avions ? En parlant des avions, ce qui nous amènent au dernier point qu'on abordera toutes les deux, les scientifiques souhaitent entrer en contacte avec eux, pensant qu'ils peuvent les informer sur la situation des autres centres de recherche à savoir ceux au Japon et aux Etats unis d'Amérique, et éventuellement organiser un séminaire pour un échange d'information sur le virus. Personnellement, je pense qu'on devrait leur faire comprendre qu'ils ne peuvent venir tranquillement circuler dans notre couloir aérien sans représailles.

Elle exprima, en sa dernière phrase, une grande haine envers ces nouveaux indésirables qui n'allaient que retarder l'évolution des choses, mais elle savait bien que l'armée actuelle ne pouvait se permettre de faire des représailles aussi rapidement et simplement, surtout ne sachant rien sur les personnes en amont de ces avions, de la diplomatie était de rigueur certes, mais quelques fois, certaines personnes ne pouvaient suivre ce chemin, à savoir maintenant s'ils pouvaient se montrer pacifique ou au contraire borné et agressif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 13/06/2015
Age : 20



Votre personnage
Mes liens:
Age : 27
Equipements:

MessageSujet: Re: Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}   Sam 24 Oct - 14:40




Des problèmes et des solutions
« Libérer, agir, communiquer. Peut être que c'est ainsi qu'on sauvera le monde, finalement. »
Anna avait toujours été miliaire. Avant sa naissance même. On ne l’avait pas forcé à le devenir, on l’avait juste fait baigner dans ce jus sans s’en rendre compte et pour elle, rentrer dans l’armée n’était que dans le sens naturel des choses. Au final, la jeune femme avait toujours eu une méthode de pensée très stricte, parfois jugée manquant d’empathie ou d’humanité et trop logique. Parfois, il était bon de laisser un peu d’impulsivité prendre le dessus. Mais l’Officier Vignet n’y parvenait pas. Ainsi, les notes qu’Anna prenait étaient, à ses yeux, un véritable calcul de pour et contre. Des arguments des deux côtés de la balance, des moyens d’augmenter la productivité de son idée première sans laisser d’autres considérations que la logique mathématique guider sa pensée. La réponse de la scientifique avait un sens clair dans la tête d’Anna : Il fallait trouver le point où les risques valaient la précision des résultats. Trop d’inconnus pour que l’équation soit fiable. Il fallait donc se baser sur des suppositions qui risquaient de fausser le résultat. La militaire n’aimait pas l’incertitude, pourtant elle devait vivre avec à chaque instant.

«Bon dieu ouvrez les yeux !»

Un poing sur son bureau. Anna releva le regard, un regard froid, méchant, les dents serrées comme un chien près à mordre. Une simple scientifique la rappelait à l’ordre ? Un manque de respect qu’elle ne laisserait pas passer. Elle l’écouta parler sans rien dire, sans bouger si ce n’est cligner des yeux de temps à autres.

«Personnellement, je pense qu'on devrait leur faire comprendre qu'ils ne peuvent venir tranquillement circuler dans notre couloir aérien sans représailles.»

Anna eu un petit sourire qui n’avait rien d’amical. Fronçant légèrement les sourcils et inclinant la tête sur le côté, elle fixait la militaire avec une certaine haine.

«Quel crédit pensez-vous que j’accorde à votre opinion personnelle ? Ne vous méprenez pas, je vous écoute car je suis en charge de ce complexe et que je me dois de maintenir l’ordre et de bonnes conditions de travail pour vous autre. Vous n’êtes pas ma conseillère et vos idées personnelles m’importent peu. »

Pendant un instant Anna avait cru qu’elle pourrait s’entendre avec la femme le temps d’un dialogue. Mais la scientifique lui avait prouvée qu’elle avait tort. Elle parlait comme si elle savait ce que l’armée préparait, désirait faire. Hors les scientifiques étaient maintenus à l’écart de tout ça. Les explorations, hormis celle pour tester un nouveau traitement ou rapporter des échantillons précis, n’étaient pas de leur domaine et ne le serait jamais. L’état de stress des enfants, les séminaires pour partager nos connaissances… Mode de réflexion de l’ancien monde. Si ces avions étaient alliés, ils savaient où les trouver ou comment les contacter. Et nettoyer Paris… ça serait à refaire régulièrement, les munitions n’étaient pas illimités. Mais forcément, une scientifique ignorait ces choses-là.

De la main droite, l’officier repoussa ses notes vers le côté de son bureau. Elle se leva, fit le tour du bureau pour se placer à côté d’Alicia, baissant les yeux froids et remplis de mépris vers elle.

«Autre chose, scientifique ? Si nous en avons finis je vais vous demander de sortir de ce bureau et de me laisser travailler. Le temps de chacune est précieux.»

La militaire voulait qu’elle sorte. L’argumentation serait veine et une simple perte de temps. Elle n’avait en aucun cas le besoin ou le devoir d’informer la messagère sur l’état de l’armée et les plans à venir. Bien sûr qu’ils réfléchissaient à comment agir, mais si on ne les laissait jamais s’occuper de la paperasse, le reste allait traîner.

Codée par Eli-Ls


_________________
Kit by Cruelly via Never-Utopia
by Shobu ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elia-ls.e-monsite.com/


avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 29/09/2015
Age : 24



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 30 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}   Sam 24 Oct - 23:37

Si un rire aux éclat n'était pas jugé indécent en présence d'un haut officier, Alicia aurait rit, mais alors rit ! De quel droit cette tignasse brune sur une tenue de militaire pouvait lui interdir d'émettre un avis sur une situation dont toute la population parlait et était préoccupée ? "Lobotomise moi pendent que t'y es..." Pensa la scientifique qui ne s'était jamais méprit sur l'officier, elle était là en professionnelle car chargée de transmettre un message et rien de plus, certes elle s'était laissée emporter lorsqu'elle entendit parler des avions, mais de là à penser qu'elle se prenait pour une "conseillère" grand Dieu, non ! Anna devrait penser à mettre une pancarte autour de son cou où l'on verrait bien écrit : Attention, personnage très méchant, peut mordre. Ainsi, tous ceux ne la connaissant pas spécialement seront avertis des risque qu'ils en courent s'ils devaient avoir à faire à elle, après s'ils continuent quand même sur ce terrain, c'est à leurs risques et périles c'est que la jeune femme pensa en voyant sa réaction, mais bon: "restons stoïque, on en a plus pour longtemps..."  

La jeune femme se leva également pour faire face à l'officier, elle ne semblait pas du tout atteinte par ses paroles, ni par son tempérament qui n'avait pas vraiment changé durant toute la durée de la discussion, bizarrement, elle n'arrivait toujours pas à voir en elle une personne vraiment méchante, non, elle voyait en Anna une petite fille qui n'avait toujours pas murit, elles ne pourraient donc jamais avoir une discussion censée ensemble "d'individu à individu", la jeune officier tenait vraiment à son statut pour prétendre être supérieur aux autres, voir instaurer une ségrégation entre les deux corps, en effet, elle l'a prend volontiers pour une scientifique qui ne pourrait jamais comprendre la situation des militaires, or les chercheurs sont des gens intelligent bien plus que les militaires et qu'ils pouvaient se mêler à tout et avoir une opinion sur tout et pas uniquement sur le Virus. Mais quand l'esprit est borné, il ne fait pas semblant!

-On ne sauve pas les gens malgré eux ...On les soigne seulement

Elle murmura cela sur un ton neutre et de façon imprévue, c'était une phrase dite par son mentor lorsqu'elle était en école de médecine sur un cas d'un homme gros fumeur, elle avait tenté de le faire arrêter de fumer pour que l'état de ses poumons ne se dégradent pas davantage et lui permettre de vivre plus longtemps mais c'était cause perdue car lui même ne se donnait pas la peine, comme pour le cas échéant, les militaire ne font même pas l'effort de réaliser certaines missions "basiques" comme l'assainissement d'une zone pour, par exemple installer au moins une pépinière tranquillement et redonner un peu d'espoir dans ce chaos. (la nourriture en conserve c'est bien, mais viendra un jour où elle va s'épuiser, si ce n'est pas cette année, ce sera l'année prochaine ... les humains s'entre tueront pour un bout de nourriture) logique comme réflexion pour quelqu'un aimant la logique. Mais non, pour eux, les munitions sont plus important, d'autant plus que, soit dit en passant, les armes à feu ne font pas l'exclusivité contre les contaminé sans âmes, en plus de ça, au lieu d'entrainer les adolescents recueilli par les sauveurs à savoir se défendre par eux même, mais non, les militaires jouent les nounous ! Le truc c'est que tout est un enchevêtré: si l'on assainissait des zones où se trouvent les sauveurs (données recueillies par le recensement), les militaires n'auraient plus à les surveiller et certains espaces de ces dites zones pourraient éventuellement servir à créer de nouvelles choses telles que des pépinières et ainsi de suite. Du moins c'est ce qu'elle croit.

Le médecin regarda l'officier droit dans les yeux, son regard était toujours amusé par la jeune fille.

-Passez une bonne journée, jeune écervelée névrotique autoritaire et prétentieuse, dans les profondeurs infernales où vous pouvez retourner librement faire peur aux autres avec vos yeux de dingue. Lui dit-elle avec un sourire et un regard taquin surement dans le but de l'énerver davantage.

Qui a dit qu'Anna terrorisait Alicia avec ses yeux de dingue ? La scientifique était prête à lui dire ses quatre vérités à l'officier n'importe quand comparé à ses collègues qui faisaient toujours profile bas pour ne pas avoir à la rencontrer ni à l'affronter face à face ou même certains qui pourraient jouer les "toutou" ou plus communément appelés "lèche cul" pour bénéficier de ses bonnes grâces, mais là, le médecin avouera qu'elle en avait un peu marre voir même qu'elle était très ennuyée. Cette séance de discussion était très affligeante pour les deux côtés, en gros elle venait de la catégoriser: humain à ignorer, elle ne la détestait pas, mais était juste transparente à présent. Ainsi plus on ne donne aucun intérêt à quelqu'un, plus il nous est facile de tout lui dire en face, au moins elle ne sera jamais hypocrite avec elle si jamais elles auront à se recroiser, mais la jeune femme fera tout pour que ça ne se produise plus.

Avant de sortir elle piocha dans la poche de sa blouse et trouve quelques bonbon au café qu'elle déposa sur le bureau de la jeune officier, il lui en est resté car les enfants n'aiment pas le gout du café, c'était peut être une sorte de message mais la jeune femme se fichait éperdument de comment l'officier le verrait. Alicia marcha donc vers la porte de sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 13/06/2015
Age : 20



Votre personnage
Mes liens:
Age : 27
Equipements:

MessageSujet: Re: Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}   Mar 27 Oct - 0:54




Des problèmes et des solutions
« Libérer, agir, communiquer. Peut être que c'est ainsi qu'on sauvera le monde, finalement. »
Les yeux d’Anna suivirent le mouvement de la scientifique. Cette dernière était plus petite. L’officier constamment entouré d’homme n’avait pas l’habitude de dépasser les gens malgré son mètre soixante-quinze. Mais ce genre de donné ne comptait pas pour l’officier, pas dans un tel contexte. Certes, elle n’était pas parvenue à un terrain d’entente avec cette femme, mais elle n’était pas en présence d’un ennemi, loin de là. D’ailleurs, si cette discussion avait eu lieux, c’était bien parce qu’elles avaient un intérêt commun.

« On ne sauve pas les gens malgré eux. »

Aucune réaction. Le sens de cette phrase échappait un peu à la militaire, mais elle ne s’y attardait pas. Les biologiques étaient une catégorie de gens à part. Une catégorie de personne encore sauvage qui fonctionnait selon leurs propres règles. Comme l’armée fonctionnait selon les siennes. Le choc des cultures était brutal : un soldat n’aurait pas donné son avis alors que cette femme semblait mal accepter la réponse d’Anna.

« Passez une bonne journée, jeune écervelée névrotique autoritaire et prétentieuse, dans les profondeurs infernales où vous pouvez retourner librement faire peur aux autres avec vos yeux de dingue. »

L’officier souleva un sourcil. Elle n’était pas touchée par ces paroles. Bon nombre de soldats avaient perdu leur sang-froid quand tout sombrait dans le chaos et s’était défoulé sur elle. Enfin, Anna savait pertinemment ce que les gens pensaient d’elle. Elle s’en moquait éperdument. L’officier n'avait non pas la sympathie, mais le respect de l’armée pour une raison simple : bon nombre d’entre eux savaient que ces choix, aussi insensibles qu’ils semblaient l’être, les avaient sauvés et continuaient à être efficace. Cette Alicia semblait oublier grâce à qui le complexe tournait encore, mais le lui rappeler n’aurait rien arrangé.

« Vous en avez fini. »

Un simple constat. La jeune femme en face semblait se croire maline, comme si tout cela l’amusait. Anna était trop lasse pour comprendre exactement l’idée derrière tout ça. L’avantage à être craint par les autres, c’était que ce genre de situation se faisait rare. On venait rarement la déranger, préférant faire passer un écrit pour ne pas avoir à lui parler en face. C’était plus agréable pour tout le monde.

La scientifique lâcha quelques choses qu’Anna n’identifia pas tout de suite, préférant la suivre des yeux s’assurant qu’elle se dirigeait bien vers la porte. En soupirant, la militaire refit le tour de son bureau pour s’installer à son siège. D’un geste de la paume, elle poussa les bonbons dans la poubelle. Peut-être que c’était un message du genre « une douceur pour t’adoucir », mais franchement, elle s’en moquait éperdument. Alicia ne serait pas la première à sortir de son bureau avec le goût amer de la frustration dans la gorge. Tout ce qui importait à l’officier, c’était de finir ces papiers avant de tomber de fatigue sur son bureau.


Codée par Eli-Ls



HRP : désolé x). Je ne cherchais pas à expédier le RP, juste à être cohérent avec le perso du coup, baaaah voila ><.

_________________
Kit by Cruelly via Never-Utopia
by Shobu ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elia-ls.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des problèmes et des solutions -Anna Vignet {terminé}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Renverser le gouv haitien n'est pas une solution aux problèmes d'Haiti !
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» HAITI COMPLOT CONTRE ET POUR LA DERIVE !PATI DE PWOBLEM ET DE SOLUTIONS
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une lumière derrière les ombres :: Zone de RP - Paris :: Le 13ème arrondissement :: Le Centre de recherche-