Vote !
Tops-Sites
Une lumière derrière les ombres
BONJOUR ! Uldo est fermé mais le roi est mort, vive le roi ! Vous pourrez jouer dans notre univers ici : http://z-epidemie.forumactif.com/ !


Forum RPG post-apo'
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Complot à la citadelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Admin
Admin
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/08/2015



Votre personnage
Mes liens: Aucun.
Age : 24
Equipements:

MessageSujet: Complot à la citadelle   Dim 7 Fév - 15:01

Aujourd'hui était un grand jour pour Etienne, il allait enfin pouvoir conclure une petite affaire qui lui traînait en tête depuis quelques temps, le jeune homme était le maître de tout l'armement qui circulait par ici, mais quelque chose manquais, où du moins un certains concurrent faisais en sorte que les choses manques : les livraisons de poudre n'étaient plus aussi régulière et il se murmurait qu'un certain haut placé s'amusait à retenir ses livraisons plus que nécessaire.
C'était une affaire préoccupante au plus haut point et qui allait devoir être réglée rapidement même si pour cela il allait falloir signer avec le procureur du diable.

Etienne enfila sa tenue habituelle, ajoutant à cela un solide gilet par balle, le genre de modèle que l'on ne vend pas au commun des mortels, suffisamment léger pour courir, suffisamment résistant pour arrêter une balle où une lame mais surtout suffisamment voyant pour souligner son rang. Ajoutant à cela un pantalon renforcé, il ouvrit la porte de son atelier et partit dans les galeries du métro, sous le regard étonné des gardes.
La plupart des gens connaissait Etienne et pas forcément pour de bonne raison, après tout il était à la tête de l'un des trois groupes qui tenait la citadelle d'une main de fer, même si le siens n'avait jamais eu à commettre quelques exaction, si ce n'était liquider de mauvais payeur. Le jeune homme traversa la station pour arriver précisément à l'endroit où il aimait le moins se trouver

Le New Born… quel endroit dépravé, des esclaves des prostituées et de la musique, l'enfer pour Etienne. Un gorille gardait l'entrée et tenta même de s'interposer quand il voulu entrer, un regard noir le fit déguerpir, il n'était pas n'importe qui ici. Le jeune homme se figea à l'entrée détestant déjà l'ambiance du club, néanmoins s'il était là c'était pour quelque chose d'important. Sans attendre quoi que ce soit il se dirigea vers le fond du bar, passant sans un regard à côté des filles qui racolait ouvertement. L'armurier passa un lourd rideau de mauvais goût selon ses propres standards pour arriver dans un bureau qui n'avait lui rien de simple. Les goût spéciaux de K…
Dans le fond on pouvait entendre quelqu'un hurler, et lentement une odeur de chair grillée montait dans tout le New Born, un mauvais payeur sûrement…

K inspectait quelque chose sur son bureau, il s'assit donc sur un gros fauteuil dans la pièce, et mit les jambes sur une table, ses rangers claquant brutalement sur le meuble.
Il attendit patiemment quelques minutes avant de déclarer d'un ton enjoué :

-K ma douce, je vois que ton club est toujours aussi « ravissant » , la marchandise est de bonne qualité en ce moment, à croire que l'apocalypse n'est pas un malheur pour tout le monde. Tu m'excusera de ne pas venir souvent les armes ne se vendent pas toute seule hélas. Enfin je ne t'apprend pas comment fonctionne le monde des affaires.
Alors ? Ton frère n'est pas encore là ? Où bien est-ce lui qui est en train de mettre à rôtir l'homme que j’entends ?


La patronne devait se douter qu'il ne venait pas pour rien, lui qui ne sortait quasiment pas de son précieux arsenal, à part quelques fois pour tester lui même ses créations. Quand Etienne Verney se déplaçait en personne et de surcroît pour voir K c'était que quelque chose de sombre se tramait, sombre et sûrement pas très légal selon les anciennes lois en vigueur.
Enfin de toute façon la lois ici c'étaient eux et eux seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/11/2015
Age : 20



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 26 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Complot à la citadelle   Dim 7 Fév - 16:01

Le feu réchauffait son visage étonnamment souriant. Les flammes se reflétaient dans ses pupilles et rien ne semblait pouvoir détourner la jeune fille du spectacle qui s’offrait à elle. Les supplications du fils de pute ne la faisaient pas réagir. En fait, elle jubilait. Elle jubilait, car elle aimait toujours imposer sa supériorité. Quand un homme pensait pouvoir agir avec elle comme avec les prostituées du bar, on le remettait à sa place. Dans la cheminée. Il avait osé poser ses mains sur le corps de la demoiselle, lui tenir des propos obscènes. Mais ce qui l’emplissait vraiment de fierté, c’était qu’elle n’avait rien eu besoin de faire. Dès qu’on avait remarqué le comportement du client, la sécurité était intervenu et son jumeau avait allumé un feu. Et maintenant, elle jubilait.

D’un coup, alors que le feu atteignait à peine les mollets du bâtard, K se détourna et quitta la salle pour se diriger vers son bureau. Il ne méritait pas qu’elle perde 1h à le regarder, bien qu’elle aurait adoré. Tant pis. Poussa la porte, elle prit d’abord un moment pour apprécier le calme et la solitude des lieux. Il ne manquait que V, très certainement en train d’apprécier le spectacle ou de faire vérifier l’état de Noémie par le médecin. Quoi qu’il est en soit, elle devait vérifier les derniers approvisionnements en alcool. Elle avait laissé la facture quelque part, restait à savoir où. Elle et son frère avaient… Disons qu’ils avaient mis involontairement la pagaille dans le bureau la dernière fois qu’ils s’y trouvaient. L’ensemble de papier autrefois bien en évidence avait dû tomber sous un meuble. Elle ne parvenait pas à mettre la main dessus et cela avait le don de l’agacer. Alors qu’elle était penchée sous son bureau, la porte grinça et quelqu’un approcha, s’installa et, à en croire le bruit sourd, posa ses pieds sur son précieux bureau. Elle poussa un long soupire avant de sortir de là, prête à faire cramer ce connard. Avant de s’apercevoir qu’il s’agissait du jeune marchand d’arme, ce qui l’apaisa d’un coup. Elle était maintenant intriguée. Ce gamin ne mettait jamais les pieds ici à moins d’y être contraint. Elle s’installa sur son siège, l’air le plus neutre jamais vu.

« K ma douce, je vois que ton club est toujours aussi « ravissant » , la marchandise est de bonne qualité en ce moment, à croire que l'apocalypse n'est pas un malheur pour tout le monde. Tu m'excuseras de ne pas venir souvent les armes ne se vendent pas toute seule hélas. Enfin, je ne t'apprends pas comment fonctionne le monde des affaires. Alors ? Ton frère n'est pas encore là ? Où bien est-ce lui qui est en train de mettre à rôtir l'homme que j’entends ? »

Il parlait trop, mais pour une fois, elle avait su se montrer patiente et l’avait laissé finir. Elle ne voulait pas le froisser avant de savoir ce qui l’amenait. Il avait l’air bien sûr de lui, la proposition promettait d’être intéressante. N'importe qui d'autre se serait déjà prit un coup dans les couilles pour l'avoir appelé "ma douce". Recommencer lui ferait surement perdre patience, mais pour ce premier affront elle préféra prendre sur elle.


« Et donc, tu viens nous déranger, pour … ? »

Regard froid mais pas agressif, voix douce et posée. Elle avait laissé la phrase en suspend désireuse d’entendre les faits et non pas un blabla inutile de beau parleur. Ça ne la dérangeait pas d’avoir affaire à lui, bien que cela restait rare, mais elle n’allait pas jusqu’à se plier aux règles de politesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
Admin
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/08/2015



Votre personnage
Mes liens: Aucun.
Age : 24
Equipements:

MessageSujet: Re: Complot à la citadelle   Dim 7 Fév - 22:03

La jeune femme se montra légèrement agacée, c'était un peu le but de la première manœuvre, car le jeune homme aimait savoir jusqu'où il pouvait aller avec les gens dans le cas précis la réponse était évidente: pas très loin. Et quand on était dans le bureau du diable on évitait de l'emmerder, il se débarrassa donc de son sourire de façade pour devenir un peu plus sérieux

-Cela aurait été discourtois de ma part de te déranger sans un bonne raison… je cesse donc mes divagation, il est plus que temps de dire ce qui m’amène chez toi

Etienne laissa sa phrase en suspens, non il n'avait pas mit les pieds ici pour des filles ou du bon temps, ce qui l’amenait ici était autrement plus important que quelques menues distraction. Il sorti donc de sa poche un paquet en papier carton. Le papier était légèrement graisseux, et fit un bruit métallique quand il le posa sur la table. L'armurier le défit consciencieusement révélant ce qui se trouvait à l'intérieur . Il s'agissait de cartouche de 9mm, des munitions produites dans la citadelle même qui n'avaient pas le même pouvoir que les munitions pré-épidémies mais qui protégeaient quand même la citadelle.
Il savait que la jeune femme possédait elle même une arme de ce calibre si bien qu'il laissa les cartouches sur le bureau.

-Pas besoin de te dire ce que sait, par contre je vais devoir te dire que ces munitions vont rapidement venir à manquer si un de nos « amis » communs continue son manège

Il ne parlait pas de n'importe qui le chef de l'arsenal ne se déplaçait pas pour rien. K était redoutable en affaire, ça Etienne le savait, mais comme tout le monde il connaissait aussi la dépendance du New-Born aux arrivage d'une des trois factions, c'était donc un soucis qu'ils allaient pouvoir régler ensemble. Ses bottes regagnèrent le sol et le jeune homme fixa la patronne droit dans les yeux.

-Je pense que tu sais de qui je veux parler, et je pense qu'il n'ai pas des plus coopératifs avec toi.

Le ton plaisantin de l'entrée avait disparu, la voix d'Etienne était froide et dénuée de toute compassion, après tout cet homme allait risquer de faire chuter sa production, et donc par la même occasion la défense de la citadelle.
Il écouta un petit moment l'homme hurler dans le fond se demandant quelques secondes ce qu'il avait fait pour s'attirer les foudres de K.
Sortant son propre pistolet, il se mit à le vérifier en attendant la réponse de , l'arme était bien sûr vide, mais il ne pouvait se résoudre à sortir sans rien, d'autant que les gardes ne causeraient pas vraiment de problème.
C'était ce genre de réflexe qui le prenait quand il était nerveux et dans le cas présent il était surtout agacé de devoir demander l'avis de la patronne du New Born. Les relations entre les deux factions étaient cordiales, les quelques armes demandées étaient fournit à l'heure et payé immédiatement, en soit c'était une excellente partenaire commerciale, mais sa réputation de diablesse était trop bien établie pour ne pas la prendre en compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/11/2015
Age : 20



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 26 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Complot à la citadelle   Mar 9 Fév - 2:14

La teinte de sérieux que prit Etienne à cet instant détendit un peu la jeune femme. Il allait s’efforcer de taire les courtoisies et aller droit au but ? K se laissa tomber contre le dossier, croisa ses jolies jambes sous la table et s’installa un peu plus confortablement. Elle montrait ainsi qu’elle était ouverte à la discussion, trop intriguée pour le contraire.

« Cela aurait été discourtois de ma part de te déranger sans un bonne raison… Je cesse donc mes divagations, il est plus que temps de dire ce qui m’amène chez toi. »

Elle sera les dents pour se contraindre au silence. Aller, crache putain. En plus sa première phrase ne voulait rien dire. Ses yeux restaient courtois, mais le reste de son visage semblaient plus antipathique. Si la prochaine phrase qu’il disait n’allait pas droit au but, elle allait réellement perdre patience. Elle le regardait faire son petit spectacle pendant que sa patience s'évaporait de plus en plus vite.

« Pas besoin de te dire ce que c'est, par contre je va devoir te dire que ces munitions vont rapidement venir à manquer si un de nos « amis » communs continue son manège. »

Mouais, elle ne se sentait toujours pas concernée. Ce gamin ne savait décidément pas comment la garder à l’écoute hein. Mais elle commençait à voir ce qui se dessinait et choisit de prendre énormément sur elle et gaspiller un peu plus de son temps pour lui. Son visage gardait l’aspect crispé.

« Je pense que tu sais de qui je veux parler, et je pense qu'il n'ait pas des plus coopératifs avec toi. »

Elle se redressa sur son siège pour répondre d'un voix calme avec un fond de sadisme.

« Il est coopératif. Ses arrivages n’ont jamais connu le moindre retard ou le moindre souci. Tu prend des risques là, mon beau. »

Ses yeux bleus s’étaient arrêtés sur le pistolet. Seules trois personnes, en dehors des jumeaux et de la sécurité, étaient autorisées à avoir une arme dans le bordel. Parfois, elle regrettait qu’Etienne en fasse partie. Incapable de sortir sans un flingue, elle se demandait ce qu’il valait en corps-à-corps. Vu sa taille et son corps, elle pourrait lui faire assez mal pour laisser à V le temps d’arriver.

« Dis tout de suite ce que tu proposes, gamin. Ça a intérêt à être sacrément juteux. Der Berliner n’est certes pas apprécié, mais il est respecté et je n’aime pas m’attirer des soucis sans raison. »

Dans sa tête, K commença à jubiler. Si Etienne pensait vraiment à faire tuer le nazi, deux solutions s’offraient à la femme : soit le deal lui paraissait propre et elle acceptait, tuait Ulrich et les Jumeaux récupéreraient le monopole de l’alcool et de la drogue, soit si Etienne était trop gourmand, elle ne le laisserait pas sortir d’ici et pourra partager son commerce avec les deux autres. Après tout, on s’attirait moins d’ennui en tuant un traitre qu’en tuant un allemand tyrannique. Ses lèvres trahissaient un très léger sourire, un brin inquiétant. Tout le monde savait que si K souriait, ça ne voulait rien dire de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
Admin
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/08/2015



Votre personnage
Mes liens: Aucun.
Age : 24
Equipements:

MessageSujet: Re: Complot à la citadelle   Mar 9 Fév - 23:05

L'armurier prenait un malin plaisir à énerver K, déjà qu'il avait du se déplacer dans ce cloaque. Elle n'était pas une bonne cliente, à peine un acheteur occasionnel qui de toute façon se contentait de brûler les clients au lieu de les exécuter proprement avec le matériel qu'il vendait.

-Des risques ? Et dit moi donc ce que je risque en contrôlant le trafique d'arme de toute la citadelle ? Je possède la seule équipe capable de maintenir cet endroit fonctionnel ? Et la milice dépend de moi pour son armement. Non j'ai tout à gagner dans cette affaire et toi aussi si tu saisis l'occasion à temps.

Il surprit le regard de K sur son arme et lut un certains agacement dans ses yeux ce qui lui convint parfaitement. Son garde du corps personnel n'allait sûrement pas tarder, il rangea l'arme dans étuis, voilà que lui venait déjà à l'esprit une nouvelle arme…
Se levant il se mit à arpenter la pièce restant à bonne distance de la jeune femme, suffisamment pour l’expédier  dans l'autre monde d'une balle bien placée. Le jeune homme commença à marcher dans la pièce, ses bottes blindées produisant un choc sourd à chaque pas.
Etienne se mit à rire devant la réflexion de K

-Je me fou pas mal de la réputation de cet allemand, pour que tu comprenne bien je vais faire très simple : Je propose de le liquider, de façon plus où moins propre, cela fait tu récupère son affaire si tu le souhaite, ses reverses en intégralité de mon côté je me réserve sa machinerie et ses techniciens. Cela me semble juste non ? Tu garde l'alcool et de quoi faire tourner ton commerce. Tout le monde s'en tire gagnant.

La seule chose qu'il ne disait pas était que ce n'était pas vraiment un choix qu'il lui proposait, soit elle s'impliquait et tout allait bien, soit elle refusait. Dans ce cas il n'avait qu'as appuyer sur un petit bouton et une escouade de la milice « spéciale » risquait de faire une visite surprise désagréable dans le New Born. Après tout Etienne n'allait pas rentrer ici sans une bonne police d'assurance.

-Et quel soucis veux-tu t'attirer ma grande ? En reprenant son affaire je ne vois pas ce qu'on pourrai te reprocher, enfin si tu veux rester dépendant de ce mec c'est à toi de voir.

Il y avait bien sur d'autres raison de vouloir descendre l'allemand, mais le jeune homme se garda bien de lui les révéler, il y avait trop à gagner dans cette histoire ne serait-ce que la fin de l'underground.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 15/11/2015



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 26 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Complot à la citadelle   Jeu 18 Fév - 22:59

Accoudé contre le mur, V écouta une grande partie de la conversation, sans se faire voir. Alors comme ça, l’autre opportuniste d’Etienne voulait se débarrasser d’Ulrich ? Et il venait en personne, proposer ce deal à sa sœur ? L’ex-militaire devait se contrôler pour ne pas sortir de dormir le mur et lui arracher les yeux de la tête. Certes, leur cible n’était pas des plus respectables mais il était l’un des hommes à l’avoir suivit lorsqu’il avait déserté. Et sans la bonne part des militaires qui s’était jointe à eux, la Citadelle n’aurait certainement pas cette tronche là aujourd’hui. On oubliait bien vite à qui on devait les choses, dans ce nouveau monde. Evidement, V voyait également l’intérêt qu’il y avait de récupérer l’alcool et la drogue pour leur propre commerce mais il pouvait aussi voir la même chose avec l’Arsenal de ce merdeux. Les ex-militaires dépendaient de lui pour la plus part, mais ceux qui avaient déserté le labo en sa compagnie, savaient où allait leur loyauté. Ouais, il restait encore de vagues principes chez les militaires, même avec une trahison.

Soupirant, le jumeau finit par apparaitre dans l’entrebâillement de la porte derrière K. Aucun doute que cette dernière l’ait senti sans même avoir besoin de se retourner. Question d’habitude. Peut-être même avait-il eu conscience dès le début de la conversation, qu’il était en train d’écouter aux portes.

« Alors comme ça, tu veux buter un ex-militaire pour faire du profit ? »
Lança-t-il en jouant de ses doigts sur l’épaule gauche de sa sœur. Sa main droite, celle dont il se servait pour tirer, était en train de le démanger. « Et qu’est-ce qui nous empêcher de te descendre par la suite ? Tu as tes mercenaires, on a nos militaires. »

Il n’avait pas apprécié entendre dire que K était dépendante d’Ulrich. Et rien que pour ça, ça valait des menaces bien claires dans l’air.

« Et dis moi. Tu ne serais pas allé lui faire cette même proposition des fois ? Descendre les jumeaux et vous partager notre bordel ? Ce serait surement tout aussi rentable que ce que tu proposes. »


Parce qu’il ne fallait pas le prendre pour un con non plus. S’il venait ici pour retourner sa veste, alors Etienne était capable de bouffer à tous les râteliers.


[Je m'incruste, maudissez-moi T__T ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/11/2015
Age : 20



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 26 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Complot à la citadelle   Jeu 18 Fév - 23:42

Voir Etienne ranger son arme ne calmait pas tellement la jeune femme. Le fait est qu’il l’agaçait, beaucoup trop sûr de lui pour un gosse incapable de se défendre sans munition. K appréhendait peut-être ce qu’il pouvait faire dans l’immédiat, mais pour elle, il n’était qu’un bébé avec un jouet trop gros pour lui au sein de la citadelle. Il venait chez eux pour dire des choses pareils ? La moitié de ses hommes viendrait du côté des jumeaux en cas de conflit ouvert. Il avait tout à perdre et pourtant, il était incapable de dire clairement ce qu’il offrait. K serra les dents, prêtes à mordre, mais un petit courant d’air dans son dos la calma instantanément. L’autre moitié d’elle-même était là et elle put à nouveau sourire. Maintenant, ceux qui avaient le contrôle, c’était eux. La jeune femme ne prit même pas la peine d’envoyer une phrase sèche et arrogante à Etienne, sachant pertinemment que V allait s’en charger. Et il ne l’a déçue pas.

Alors qu’il s’avançait pour parler, elle se serra contre ses côtes, soulagée de son arrivée. La gérante du bordel pouvait maintenant se concentrer sur le pour et le contre de buter Ulrich pendant que son frère prenait sa défense. Le nazi ne bloquait pas les décisions importantes du conseil, au contraire il était plus souvent d’accord avec eux qu’Etienne. En revanche, oui, les accords empêchaient le New Born de distiller son propre alcool et de cuisiner ses propres drogues. Contre, les autres militaires et ceux qui les avaient suivis dès le début pourraient se méfier d’eux par la suite puisque le barman avait été le premier à les rejoindre en dehors des militaires. Mais d’un autre côté, personne n’affectionnait vraiment Ulrich, au contraire, beaucoup de voix s’étaient élevées contre lui au fil des jours. Pour, l’Underground était collé au New Born et de fusionner les deux lieux en un seul serait facile et très rentable.

« Tu signeras et tu t'assureras que Tobias signe un accord pour nous donner le monopole de l’alcool et des drogues ? »

K n'avait pas bougé, toujours lovée contre son frère. Etienne n’avait pas eu le temps d’en placer une depuis l’arrivée de V et il allait sûrement se sentir un peu mitrailler. C’était le but. Le méchant flic et le bon flic. Ou plutôt le moins méchant / plus intéressé flic.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
Admin
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/08/2015



Votre personnage
Mes liens: Aucun.
Age : 24
Equipements:

MessageSujet: Re: Complot à la citadelle   Ven 19 Fév - 0:46

Jouer avec ces deux guignols était un mal nécessaire, et quand il vit arriver leu deuxième de la portée, le jeune homme du s’adapter comme il put. V était un homme plutôt bien bâti qui aurait pu en impressionner plus d'un. Manque de chance, Etienne n'avait pas le temps de jouer à qui avait la plus grosse. Remarquant son numéro de gros bras, le jeune homme hésita entre le dédains et le mépris total, se ravisant il fini par lâcher sur un ton sec.

-Ne viens pas me parler de buter des gens pour le profit… Oh et rien ne t'empêche de me tuer c'est sur, mais rien ne t'empêche de de m'écouter également je me déplace pas ici pour jouer à la dînette.

En fait dans un sens mieux valait qu'il joue aux gros bras, c'était d'une part risible et de l'autre affreusement amusant. Luttant contre l'envie de transformer le couple en passoire, il respira un grand coup avant que la prochaine réflexion lui tombe dessus.
C'était assez amusant d'entendre parler de trahison chez un déserteur, et il dut se retenir pour ne pas rire.

-C'est assez amusant d'entendre parler de trahison dans ta bouche mon grand, je ne vois bizarrement plus ton insigne de l'armée… Quoi qu'il en soit si tu saisissait la conversation tu aurait retenu l'essentiel : je me moque pas mal de votre bordel, je m’intéresse uniquement aux machines d'Ulrich. Et si je voulais vraiment vous descendre, pourquoi je me serai ennuyé à me déplacer jusqu'ici.

Laissant le couple à ses jeux bizarre, l'artisan se contenta de les observer avec une indifférence souveraine.
Toujours à vouloir tout compliquer, il n'y avait rien à gagner à diriger ce bordel. Ce jeu commençait d'ailleurs à l'agacer souverainement, ce qui se traduisit par un léger trépignement de sa main.
Etienne savait pertinemment l'impression qu'il laissait : celui d'un sale gosse qui avait eu la bonne idée de savoir créer des objets rare. Et il avait bien l'intention d'en jouer jusqu'au bout, être prit pour un niai avait tellement d'avantage…

-Si c'est ce que tu veux vas pour, je t'ai dit ce que je voulais. Bref réglez vos « détails » entre vous, je vous attend dehors.

Laissant les jumeaux à leurs jeux, il sorti enfin de l'antre du diable pour trouver l'entrée ou il put retrouver deux de ses hommes de mains qui l'attendaient avec un air de reproche. Les deux avaient été des solitaires errant dans les rues, maintenant ils étaient les deux protecteurs du jeune homme, en tenue lourde et armés jusqu'aux dents. Etienne aimait particulièrement s'entourer d'eux ne serai-ce que par pur arrogance.

-Vous ne devriez pas partir sans nous, surtout pour aller ici.

Il leur décrocha un sourire plein d'innocence en haussant les épaules

-Ah que veux tu ? La jeunesse ne réfléchit pas quand elle à un plan en tête. Si j'avais du choisir entre Ulrich et eux, j'aurai choisi Ulrich mais c'est lui qui possède les machines qui m’intéresse et qui bloque mes livraisons .

Levant la mitrailleuse qui lui encombrait les bras le second garde, lui posa une main sur le bras.

-Il n'empêche jeune homme que tu manques de prudence à se demander comment tu as survécu ici.

D'un geste de la main il résuma tout ce qui l'avait conduit ici :

-La chance, ou la malchance en fonction du point de vue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 15/11/2015



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 26 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Complot à la citadelle   Ven 26 Fév - 18:03

Son bras se plaça mécaniquement et naturellement contre la hanche de sa jumelle dès qu’elle fut près de lui. Ce n’était pas calculé, simplement un geste trop de fois actionné pour qu’il se rende maintenant réellement compte quand il le faisait. C’était comme ça, point. Il écouta la réponse de l’autre, haussant un sourcil devant la fin de sa tirade. Parce que monsieur ne se prenait pas pour de la merde et comptait les pas qu’il devait faire dans la journée ? Si la présence de K ne l’apaisait pas terriblement, l’ex-militaire aurait sans aucun doute parcouru la distance qui les séparait pour venir lui mettre son poing dans la gueule. Simplement histoire qu’il arrête de débiter des conneries et paroles inutiles dans une conversation sérieuse. Donnez un peu de pouvoir à un pisseux et en voila le résultat. Rien de probant.

Trahison ? S’il pensait retourner ses paroles contre lui avec un tel discours, il se foutait le doigt dans l’œil. La seule et unique personne qui méritait sa loyauté était à ses côtés et dans son esprit il n’y avait nulle trahison. Il avait déserté, ouais, mais simplement parce que la protection de sa jumelle ne pouvait plus être assurée par le biais de l’armée. Mais il n’allait pas perdre son temps à le lui expliquer, Etienne ne comprendrait surement pas le concept. Par contre, tuer Ulrich alors qu’il avait été l’un des premiers à se joindre à lui, lors de sa désertion au laboratoire, là, ça péchait un peu plus. Ca pouvait être un gros connard à ses heures perdues mais en cas de pépin, V était quasiment certain de pouvoir compter sur lui.

Il jeta un rapide coup d’oeil à K, à son annonce. Ca tenait la route, dès lors d’Ulrich serait mort. Et s’ils se mettaient d’accord sur ce point, il n’y avait pas trente-six personnes pour le descendre. V s’en chargerait lui-même. Il laissa l’autre se barrer, sans répliquer, parce qu’il ne voulait pas perdre de la salive pour rien. Il ne le lâcha pas des yeux et quand il disparut de leur bureau, il tourna la tête dans la direction de sa jumelle.

« Alors tu veux le buter aussi ? »
Il attendit sa réponse pour lui faire part de sa pensée. « J’m’en occuperais alors mais prépares-toi certainement à voir des ex-militaires nous faire un poil moins confiance. Même s’ils ne sont pas stupides quant à nos motivations. »

Parce que c’était aussi un enjeu. V ferma les yeux et posa son menton sur le haut de la tête de sa frangine, réfléchissant. Après tout, avec la tune qu’ils allaient pouvoir se faire en plus, avec l’alcool de l’Underground, ils pourraient aussi se payer des mercenaires en plus.

« Rappelle-moi de buter Etienne à la première occasion, aussi. »
Lâcha-t-il en gardant un ton neutre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/11/2015
Age : 20



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 26 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Complot à la citadelle   Lun 29 Fév - 18:16

Voir Etienne continuant à jouer les gros bras devant son frère la faisait jubiler. V montrant les crocs restait son spectacle préféré. Malgré tout, l’offre de l’armurier la séduisait de plus en plus. Oui, certes, il y avait ce souci de fidélité, mais mon dieu, les bénéfices que leur fournirait l’alcool n’était pas négligeable. Son cerveau calculait tout, toujours plus vite. Il fallait faire un choix sans prendre trois heures. Comme l’avait si bien formulé Etienne, il n’était pas là pour jouer à la dinette et eux non plus. Cette affaire était sérieuse et quelqu’un allait crever. Restait de choisir vers qui les jumeaux pointeraient leur arme.

Voir Etienne s’éloigner la soulagea. Les jumeaux avaient effectivement besoin de se concerter avant de donner une réponse irréfléchie. Elle se permit un léger soupire et de se serrer un peu plus contre V le temps d’un instant. Ce genre de câlin lui calmait immédiatement les nerfs, lui permettant de réfléchir avec les idées plus claires.  

« Je suis pas encore décidée. Ça vaut le coup d’y réfléchir en tout cas, tu ne penses pas ? »

L’achat d’alcool représentant leur principale dépense, si ce n’est la seule si on ne comptait pas la sécurité. Et avec la drogue en plus, les clients accros seraient dans leur poche. Ca doublait également leur influence. Avec les jumeaux à la tête de deux établissements, personne ne pouvait risquer de leur tourner le dos. Entourant le torse de ses bras, elle colla son oreille contre la poitrine musclée de son frère.

« De toute façon, à part toi, personne ne peut piffer ce gars. »

Ce qui était vrai. Ulrich, profond misogyne, n’adressait jamais la parole à K, préférant passer par l’intermédiaire de son frère jumeau. Il soupirait lorsqu’elle arrivait aux séances du conseil et lui envoyait des regards méprisants dès qu’il le pouvait. Et la gérante du bordel n’était pas la seule à ne pas avoir les bonnes grâce de ce type. Le visage toujours enfoui, la jeune femme eut un petit rire aux dernières paroles de son frère.

« Promis, mon cœur. »

Un jour où ils auront tué tous les autres connards sur cette terre, ils pourront être couronné pour de vrai. Mais ça allait prendre du temps, la route était encore longue. Ulrich Eddelstein semblait tout de même un bon début. Crétin de nazi. A côté de lui, eux passaient pour tolérants. Le comble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 15/11/2015



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 26 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Complot à la citadelle   Dim 6 Mar - 9:55

Sans réfléchir, la main qui se trouvait dans le dos de sa sœur se mit à lui caresser la nuque, en attendant d’entendre sa réponse. Encore une fois, rien n’était vraiment contrôlé, c’était juste une manie qu’il avait prise depuis qu’il l’avait retrouvé et qu’ils n’avaient plus besoin de cacher leur vice. V laissa apparaitre un sourire amusé sur ses lèvres. Pas encore décidée ? Pourtant il l’a connaissait par cœur, tout au long de la conversation, elle devait déjà être en train de peser le pour et le contre de toute l’histoire, de calculer les bénéfices qu’ils allaient pouvoir en tirer tout en gérant les inconvénients. K était comme ça. Une femme intelligemment froide. L’homme poursuivit sa douce caresse, montant dans ses cheveux une fois qu’elle fut contre son torse. Même silencieuse, la jeune femme était en train de le convaincre. Bien sûr qu’il avait son mot à dire dans une telle situation mais il savait aussi qu’il ferait tout pour satisfaire sa moitié. Et si ça devait passer par le meurtre d’un homme qu’il considérait de près comme de loin à un ami, alors aucun problème.

« Il est spécial oui, mais efficace et c’est tout ce qu’il nous faut de nos jours. »


V soupira en sachant que la décision était prise, même si rien n’avait été dit oralement et il se doutait que sa jumelle en avait également conscience. Le profit et surtout le bien être de sa sœur avant tout. Et s’ils devaient terminer à deux seulement, alors ce n’était pas un problème non plus. L’entendre rire lui fut très agréable, même si ce n’était pas grand chose, mais K n’était pas le genre de femme à rire devant tout le monde et il appréciait à sa juste valeur ce petit privilège. Il passa ses mains sur son visage, pour le prendre en coupe et qu’ils puissent se regarder dans les yeux. L’ex-militaire déposa un tendre baiser sur ses fines lèvres avant de répondre.

« Ulrich va mourir. Laisse-moi le temps d’aller le trouver et tu auras bientôt de l’alcool et de la drogue à ta disposition. »
Lui promit-il du bout des lèvres. « Je te laisse aller prévenir Etienne, le temps que je m’occupe de ça. » Il garda le menton de sa sœur entre ses doigts encore quelques secondes avant de consentir à la lâcher.

Ce soir, ils seraient à la tête de deux établissements importants. Les armes, les survivants en voulaient pour continuer leur misérable vie, mais ce qu’ils possédaient était parfois plus important à leurs yeux. Ca leur permettait, l’espace de quelques heures d’oublier le monde qui les entourait. De le fuir de la plus agréable des façons : le sexe et l’alcool, agrémenté de drogue pour les plus riches.

V finit par lâcher complètement sa moitié, il vérifia son arme de service toujours dans son holster et quitta leur bureau, l’esprit déjà concentré sur ce qui allait se passer. Ulrich ne verrait pas venir l’attaque, même s’il était méfiant, ils avaient traversé pas mal de choses pour se faire un minimum confiance. Si les rôles étaient échangés, probablement que ça se serait passé pareil. Ou pas. La confiance du gérant du bordel était entièrement fixée sur sa sœur. Dans tous les cas, il mettrait simplement une balle dans la tête du militaire. Quelque chose de rapide et de précis. Il ne voulait pas non plus y passer des heures, ni même expliquer à l’intéressé les raisons de son décès. C’était parfaitement inutile maintenant que la décision était prise.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Complot à la citadelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Complot à la citadelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Article pour celebrer le bicentenaire de la citadelle/tire d
» Garde de la Citadelle a cheval.
» LE COMPLOT NE PASSERA PAS
» HAITI COMPLOT CONTRE ET POUR LA DERIVE !PATI DE PWOBLEM ET DE SOLUTIONS
» Garde de la citadelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une lumière derrière les ombres :: Zone de RP - Paris :: Citadelle :: New Born-