Vote !
Tops-Sites
Une lumière derrière les ombres
BONJOUR ! Uldo est fermé mais le roi est mort, vive le roi ! Vous pourrez jouer dans notre univers ici : http://z-epidemie.forumactif.com/ !


Forum RPG post-apo'
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A quoi bon lutter - feat Cratos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 09/02/2016
Age : 25
Localisation : Chine <3



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 22
Equipements:

MessageSujet: A quoi bon lutter - feat Cratos   Mer 10 Fév - 20:45

- Allez gentil petit rat, ne couine pas aussi fort je ne vais pas te faire de mal... pas tout de suite.

« Expérience n°251 sur un jeune sujet mâle : combien de temps mettra-t-il à mourir avec une faible dose de détergeant injectée directement dans le coeur ? Théoriquement il devrait mourir d'une crise cardiaque ou de suffocation en l'espace de quelques minutes, mais il est toujours utile de connaître la durée approximative pour savoir combien de temps l'ennemi mettra à succomber à cette piqûre mortelle et ainsi planifier son attaque. Mais le must du must en matière d'empoisonnement ça reste le cyanure, là la mort est rapide et il n'en faut pas une grande dose, mais bien que ce soit assez facile à trouver surtout dans une usine on n'en a pas toujours sous la main, alors autant trouver d'autres moyens de défense. Alors... voyons ce rat. Tiens, il convulse. Bon, ça ne devrait plus être long. Haa quelle vie misérable tu as eu mon pauvre ami, te voilà fais comme un rat. Haha. Après il faudra bien veiller à jeter le cadavre aux oubliettes pour éviter que quelqu'un du coin ne le mange et s'empoisonne par la même occasion. Ça y est, il ne bouge plus. Un petit coup de bâton pour voir ? Non, il est bien mort ! T'es même pas drôle petit rat, tu ne m'auras diverti que quelques malheureuses minutes... Je n'ai plus qu'à mettre le nez dehors pour voir un peu ce qu'il se trame. »

Le cadavre dans les mains, Dany sortit enfin de sa tanière après avoir passé plusieurs jours à cuver son sirop pour la toux en torturant des animaux et des insectes. Maintenant il fallait qu'il bouge un peu, qu'il s'aère et fasse de l'exercice. « Un esprit sain dans un corps sain », voilà ce qu'il pensait à une époque, mais aujourd'hui il ne peut plus vraiment se vanter d'être sain d'esprit, ni de corps d'ailleurs. Avoir un corps en pas trop mauvais état n'est plus qu'une question de survie. Nonchalamment, les yeux encore dans le vague, il s'approche d'un des nombreux feux que les hyènes ont l'habitude d'allumer et y balance son petit animal. Une fois que la chaire aura bien brûlée et que les os commenceront à cramer l'odeur ne sera pas géniale mais ça ne devrait pas changer grand chose à l'air putride qu'ils respirent déjà tous. Pendant un moment il reste là à fixer le feu, hypnotisé par la danse des flammes et bercé par le doux crépitement du bois. Et il a cette impression d'y voir des formes et des visages familiers. « Non, ce n'est qu'une hallucination », il se secoue alors la tête et détourne son regard des flammes de l'enfer qui se jouent de lui et de sa raison. Retourner à sa chambre serait une mauvaise idée, il ne ferait que s'endormir et cauchemarder, mieux vaut trouver quelque chose de stimulant. Prêt à continuer sa journée sur une meilleure note, il fait quelques exercices pour se réveiller et chauffer un peu son corps, histoire de ne pas avoir l'air d'avoir prit quelque chose. A présent, il ne lui restait plus qu'à mettre la main sur Cratos pour essayer de l'astiquer afin qu'il lui trouve quelque chose à faire. Peut-être aller récupérer quelques produits chimiques dans les tréfonds de l'usine, ou explorer d'autres horizons. Il alla alors frapper à la porte de sa chambre en espérant le trouver là et s'annonça d'une voix mielleuse.

- Cratoooos, c'est moaaaa docteur Jekyyyll, ouvre s'il te plait j'ai besoin que tu m'occupes <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 19/06/2015



Votre personnage
Mes liens:
Age : 20 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   Sam 13 Fév - 1:27

Quelle heure était-il ? Cratos roula sur son matelas pour s’approcher du mur et voir, à travers l’une des fentes où était le soleil. Forcément… On n’y voit rien à travers cette couche de poussière… Vu qu’il voulait tout de même une réponse, le chef décidé qu’il était 16h37. Ça n’avait plus aucune valeur maintenant. Avait-il un rendez-vous chez le proctologue ? Comptait-il sortir aujourd’hui ? Non et non. Alors on s’en foutait bien de savoir quand le soleil allait tomber. De toute façon, les journées sous ce rideau de poussière n’étaient pas plus lumineuses que les nuits de pleine lune. Tout ce qu’il avait besoin de savoir, c’était qu’il crevait de faim putain.

Tels une larve, il s’extirpa de son lit, roulant sur le béton. Il sentait la peau de son dos, nue, contre la matière froide et sa peau frissonna. C’était sa technique pour se forcer à se lever, se hisser hors de la chaleur que lui offrait sa couette pour crever de froid par terre. A chaque fois, il se réveillait en un rien de temps. Ne portant qu’un bermuda noir et ses rangers, il sortit dans la cour malgré le froid ambiant. En silence, il s’installa près d’un feu où trois jeunes hyènes rigolaient bruyamment. Qui avait besoin de fringue quand on pouvait être asse près d’un feu pour sentir les flammes lécher sa peau ? Et putain, qu’est-ce que c’est beau. Il ne se lasserait jamais de scruter les flammes et leur chorégraphie. Les effets de sa dernière prise ne s’étaient pas totalement dissipés. Il avait l’impression que tout autours du feu de camp se mettaient à tourner. Et mon dieu qu’il kiffait. Sans détourner le regard, il appela un garçon qui passait par là et lui demanda de lui rapporter de quoi manger. Le gosse accepta sans brocher. Dans ces bons jours, qui n’étaient pas si rares, Cratos se montrait serviable avec ses hyènes. Il pouvait bien inverser les rôles les autres jours.

On lui apporta une assiette contenant des pâtes et des légumes. Les chasseurs de la journée n’étaient donc pas encore rentrés. Merde. Il aurait dû se lever plus tard. L’élevage que les hyènes non-chasseuses tentaient de mettre en place en était encore à ses balbutiements. Ça viendra. Bientôt, ils auront quelques poules et donc des œufs à leur disposition. Et un jour, se promettait-il, il enverrait une patrouille chercher des animaux dans la campagne. Pour cela, le clan devra prévoir le tout avec beaucoup d’avance et prendre énormément de précaution. La situation n’était pas assez bonne pour envoyer une dizaine d’entre eux pour une sortie d’au moins cinq jours. Le chef continuait donc de manger, retournant la situation dans tous les angles, cherchant à savoir comment ils allaient pouvoir mettre ça en place dans un temps par trop lointain.

Hmmm… Le jeune homme décida qu’il fallait faire taire ses idées. Quand on est encore défoncé, on ne devrait pas penser à ça. De surcroît, ce jour-là, c’était son dimanche. En vrai, il ignorait totalement quel jour on était, mais s’il pouvait décider qu’il était 16h37 (oui, ça n’a pas bougé depuis vingt minutes), il pouvait également décider qu’on était dimanche et donc prendre un jour de congé. Posant son bol près de la chaise où il était installé, il se leva pour reprendre le chemin de sa chambre. Avaler un, deux, trois voire quatre cachets, délirer seul et se coucher. Voilà son planning. Tous ceux qu’il considérait comme ses amis étaient en poste ou en chasse. Personne avec qui passer la fin de cette très longue minute qu’était 16h37.

- Cratoooos, c'est moaaaa docteur Jekyyyll, ouvre s'il te plait j'ai besoin que tu m'occupes.

Oh, il l’avait oublié lui. Pourtant, avec ses cheveux, on le repérait de loin. Mais disons qu’il disparaissait parfois pendant un temps, donc on apprenait vite à ne pas se soucier de lui. Il s’approcha derrière le visiteur, lui mit sa main froide sur l’épaule.

- J’suis là bonhomme, pas besoin de crier.

La voix de la hyène lui avait littéralement retourné le cerveau. Finalement, se contenter d’un seul cachet supplémentaire serait sûrement mieux. Il dépassa Dany pour ouvrir la porte de sa chambre et se plaça de profil dans l’encadrement de sa porte. Sourire de carnassier, regard brillant de la stupidité réservée aux gens sous substances.

- Après toi.

L’occuper hein ? Cratos trouverait bien un moyen. Il avait de quoi garder deux hommes défoncés une semaine entière, des bouteilles pour vider leurs vessies sans les forcer à sortir de la chambre. Il ne manquerait plus que la bouffe, mais s’il criait très fort, quelqu’un viendrait peut-être les servir non ? Du moins, c’était comme ça que le chef pensait passer les prochaines heures. Il n’avait pas demandé à Dany mais si ça lui posait un problème, il le ferait savoir, non ?

_________________

Ceux qui prétendent ne pas aimer la violence ne font que renier leur véritable nature.
Codée par Eli-Ls


Je suis aussi Anna Vignet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 09/02/2016
Age : 25
Localisation : Chine <3



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 22
Equipements:

MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   Sam 13 Fév - 19:05

Il ne dut pas attendre longtemps avant que Cratos ne réponde présent à son appel.

- J’suis là bonhomme, pas besoin de crier.

Bonhomme ? Ce surnom ne l'avait pas vraiment vexé mais disons que Dany se souvenait être légèrement plus âgé que son chef non ? Dans ses souvenirs en tout cas. En fait, Cratos prenait un peu le rôle du père pour le groupe, même si à première vue il à l'air d'être un gros dur sans coeur qui enverrait péter le premier nigaud qui viendrait le déranger, il n'en était rien. Il n'avait rien du gros dur des films hollywoodien qui zigouille ses hommes à la pelle dès que l'un d'eux le déçois, du coup ce cher Cratos pouvait se permettre d'infantiliser ses hommes, personne n'allait rien trouver à redire. Pas même Dany, il avait même une furieuse envie de lui répondre en l'appelant justement « papa », mais là tout de suite il se dit qu'il ferait mieux de juste entrer dans la chambre en esquissant un sourire poli et se taire un moment. Cratos n'avait pas vraiment l'air dans son assiette, où plutôt il avait l'air de planer dans une nébuleuse tout comme Dany, le genre de nébuleuse dont tu ne sors pas en quelques minutes. La discussion entre eux ne risquait pas d'atteindre un très haut niveau intellectuel s'ils étaient tous les deux dans cet état là, au mieux ils allaient s'affaler dans un coin et grommeler des mots comme des infectés jusqu'à ce que l'un d'entre eux se noie dans sa bave.

Avec cette idée en tête que son cerveau n'allait pas faire des étincelles ce jour-là, il se mit à fixer le torse nu de son chef. Comment pouvait-il se promener ainsi toute la sainte journée ? Cette chaire blanche lui faisait envie, elle l'appelait en le suppliant de trancher dedans ou d'y enfoncer une belle seringue. ça doit être ça le plaisir de la chaire. Il avait toujours son scalpel sur lui, rien ne l'empêchait de demander poliment s'il pouvait glisser sa lame sur lui pour voir si son sang était bien rouge ou bleu comme ses cheveux. Mais son chef n'allait sans doute pas lui pardonner cet écart de conduite. Pendant quelques secondes il abandonna son torse pour le regarder droit dans les yeux, comme s'il attendait une réponse favorable à la question qu'il n'avait pas posé, ou bien s'il pouvait juste déceler une lueur d'invitation, il pourrait s'exécuter.

Mieux vaut demander pardon que permission.

Vraiment ? Cette phrase n'était pas si débile que ça au fond. Est-ce que Cratos allait le foutre dehors parce qu'il avait eu envie de sentir sa chaire sous sa lame ? C'est pas comme s'il comptait le tuer après tout. Le mieux, ce serait dans le biceps, là il n'a pas de tatouage et la chaire est bien épaisse. Quand faut y aller. Sans plus s'exprimer que ça, il sortit de sa poche une plaquette de pilules qu'il lui lança.

- C'est un benzodiazépine ça va tellement te mettre bien. Je sais que t'as de quoi faire mais tu vas pas cracher sur quelques comprimés gratos.

Il espérait simplement que Cratos les prenne tout de suite et commence à relâcher son attention, voire à s'endormir pour qu'il puisse profiter de cet instant pour s'adonner à son passe-temps préféré. Il désigna un siège de la main accompagné d'un regard interrogateur pour savoir s'il pouvait prendre place, signifiant qu'il ne comptait pas s'en aller tout de suite, puis il prit lui-même un comprimé qui ressemblait à ceux qu'il avait donné à Cratos sans être ceux-là et l'avala sans eau. Il devait avoir toute sa tête ou au moins une partie pour ne pas laisser de profondes cicatrices à son chef bien aimé.  Pendant un moment, il se dit que si un jour le monde se remettait à tourner rond il ne pourrait jamais être réintégré dans la société des personnes civilisées. Et si jamais il virait tueur en série, comme ces cinglés qui découpent leurs victimes sous prétexte qu'ils voulaient savoir de quoi ils étaient fait. Ou qu'il se fait interner à l'asile en tant que psychopathe ? Non, il ne veut pas forcément tuer les gens, il le fait par nécessité, n'est-ce pas ? Et puis il ne tue et ne découpe pas n'importe qui sans raison, surtout pas ses semblables. Donc aucun risque pas vrai ? Après tout, ce besoin de découper était surtout une façon pour lui de se prouver qu'il peut se battre et survire, qu'il en a le pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 19/06/2015



Votre personnage
Mes liens:
Age : 20 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   Dim 14 Fév - 22:46

Cratos pénétra dans sa chambre juste après Dany, fermant la porte. Il avança jusqu’à prendre appui sur le bureau. Son regard se perdit sur le bordel ambiant. Des restes de joint, de seringues, laissé entre les chaussettes sales et les bermudas brûlés. Mais ça restait l’une des pièces les plus propres de l’usine. Pas d’insecte carbonisé qui craquait sous les pieds. Le chef sentait le regard de la hyène sur lui. Il tourna la tête, mais sa vision était trouble. Ça tanguait. Il allait avoir le mal de mer. D’un mouvement, il se hissa sur le bureau pour s’y asseoir.

- C'est un benzodiazépine ça va tellement te mettre bien. Je sais que t'as de quoi faire mais tu ne vas pas cracher sur quelques comprimés gratos.

Un grand sourire naquit sur la bouche de Cratos (qui rime avec gratos, c’est rigolo dis donc). Il se mordilla la lèvre inférieure, comme un enfant qui voulait un bon. Ça ne serait franchement pas raisonnable maiiiiiiiiiiiiiiiis il en mourrait d’envie. Il hésita un instant, jouant avec ses propres doigts. Toutes les hyènes connaissaient l’addiction de leur chef pour les drogues diverses. Si quelqu’un voulait sa mort, il lui suffirait de venir avec un regard innocent et de lui tendre une dose fatale. Pouf, plus de Cratos et n’importe qui pourrait prendre sa place. C’était pour ça qu’il faisait attention à ceux qui l’entouraient. Si on fait le tri au départ, on a pas besoin de se méfier par la suite. Et combien même on le tuerait, mourir grâce à ce qu’il préférait au monde (sexe mis à part) ne le dérangeait pas tant que ça.

- Baaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah, c’est pas cool de me proposer ça mec ! Tu sais bien que j'peux pas refuser un cadeau pareil !

Il s’installa en tailleurs et tendit la main. Son regard brun fixait Dany avec envie, un peu comme s’il s’agissait d’une proie sexuelle. Non, il n’était pas sur le point de violer le jeune homme contre la porte de sa chambre. Il crevait juste d’envie de cette drogue, au point d’en avoir les tripes en feu et les pupilles dilatées.

- A moi que…

Petit sourire amusé, visage de chasseur, trahissant qu’il avait eu une nouvelle idée.

- Que tu me l’as fasse toi-même.

Ça sonnait sexuel, mais il n’en était rien. La véritable raison était que ses mains tremblaient trop, s’il se piquait il y avait une forte chance qu’il fasse tomber la seringue et qu’elle s’explose sur le sol. Ça serait con de gâcher un si gentil cadeau. Cratos voulait que chaque goutte de la drogue pénètre son corps et atteigne son cerveau.

_________________

Ceux qui prétendent ne pas aimer la violence ne font que renier leur véritable nature.
Codée par Eli-Ls


Je suis aussi Anna Vignet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 09/02/2016
Age : 25
Localisation : Chine <3



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 22
Equipements:

MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   Lun 15 Fév - 15:55

Baaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah, c’est pas cool de me proposer ça mec ! Tu sais bien que j'peux pas refuser un cadeau pareil ! A moins que…Que tu me l’as fasse toi-même.

Par ces mots Cratos venait d'ouvrir les portes du paradis à Dany. Il venait même carrément de lui donner l'autorisation de jouer avec son corps comme le ferait un enfant avec un animal malade. En plus il était là, assit sur son bureau, complètement vulnérable. Pas une, ni deux, Dany se leva et se dirigea vers Cratos pour accomplir son méfait. Il lui prit la seringue des mains et lui attrapa délicatement le poignet. Le pauvre garçon avait déjà de nombreuses marques caractéristiques des drogués sur le bras, voir ça ne donnait vraiment pas envie de continuer soi-même mais le principe du drogué, c'est qu'il ne peut pas s'arrêter. Le corps de Dany aussi était à présent marqué par une vie de débauché, ils étaient tous allés trop loin pour reculer.

- ça va faire un peu mal, mais je n'ai pas besoin de te prévenir, tu connais le truc.


Sans attendre plus longtemps il enfonça l'aiguille dans la chaire de son chef, et une fois le liquide injecté il la retira lentement en posant son pouce à l'endroit de la piqure pour empêcher le sang de s'écouler. Il garda ainsi le poignet de Cratos dans sa main pour faire compresse quelques secondes, et ce geste tendre lui rappela les souvenirs de son ancienne vie d'étudiant en médecine. Si aujourd'hui il lui importe peu de faire mal à sa proie, il fut une époque où il n'était pas un boucher et où il devait faire preuve de douceur et de doigté pour ne pas blesser ses patients.

Quand il estima que le sang n'allait plus pisser il lâcha son emprise et se reconcentra sur son idée de base : trancher Cratos. Le produit allait vite faire effet, aussi se mit-il à lui parler de quelques banalités pour qu'il ne se rende pas compte des minutes qui passent et que Dany puisse ainsi profiter de son état d'ébriété.

- Il fait beau aujourd'hui pas vrai? Mais il faudrait peut-être un peu limiter l'usage des feux de camp dans l'usine parce que y a des fois où ça chauffe vraiment on va pas tous se balader à poil comme toi pour ne pas crever de chaud, blablabla...


ça y est, on pouvait à présent lire dans son regard que sa conscience s'atténuait peu à peu et qu'il commençait à somnoler. Dany s'approcha davantage du visage de sa victime pour scruter son regard, fit aller son doigt de gauche à droite devant ses yeux et lui demanda à voix basse :

- Cratos, tu es toujours là?

Oui et non. Satisfait du résultat, il sortit alors discrètement son scalpel de sa poche pour ne quand même pas trop le provoquer et représenter une menace, puis au lieu de viser son biceps comme il l'avait prévu au départ, il posa sa lame sur la cuisse de son chef et exerça une légère pression amplement suffisante pour que le sang coule. Et il coula. Il était bien de couleur rouge, d'un rouge profond comme Dany l'adore. Il ne put résister à l'envie de s'abaisser vers la plaie ouverte et d'y donner un petit coup de langue pour apprécier le gout du fer présent dans le sang. Avide, il continua de lécher goulûment en pressant avec les doigts pour que le sang sorte en plus grande quantité. Le plaisir de la chaire, goûter Cratos, a ce niveau, Dany n'avait jamais eu aucun problème pour poser ses lèvres sur le corps d'un homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 19/06/2015



Votre personnage
Mes liens:
Age : 20 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   Mer 17 Fév - 23:52

Dany s’approcha sans se faire prier. Cratos ne broncha pas, gardant le bras tendit vers la hyène.

- ça va faire un peu mal, mais je n'ai pas besoin de te prévenir, tu connais le truc.

Il hocha la tête, oui, bien sûr qu’il connaissait, allait activer. Le chef avait un côté petit enfant impatient. Heureusement, Dany ne s’attarda pas et bien vite Cratos senti le pincement singulier qu’on ressentait lorsqu’on se plantait une aiguille dans la peau. Il ferma les yeux, se concentrant sur les sensations dans son bras. Il était incapable de dire si ce dernier devenait chaud ou froid, il savait juste que sa température évoluait et que le tout atteindrait bien vite son cerveau. Un soupir de plaisir s’échappa de ses lèvres pourtant clauses. La voix du deuxième garçon atteignait ses oreilles, mais pas son cerveau. On lui parlait, mais il ne comprenait pas. Il s’en foutait. Tout ce qui comptait, c’était cette drogue. Le chef se laissa tomber contre le mur de pierre, derrière lui et laissa sa tête rouler sur le côté. On secoua quelque chose devant lui, il réussit à suivre le doigt des yeux. De façon instinctive plus que d’une façon voulue. Et ce mouvement rapide lui aurait fait perdre l’équilibre s’il n’était pas déjà avachi. Il poussa un grognement pour exprimer son mécontentement, mais n’esquissa pas le moindre mouvement. L’extérieur ne comptait plus. C’était ce qui se passait dans son corps, la façon dont ses sens dansaient qui l’intéressait. La vue trouble, les soins lointains qui ne pouvaient plus percer sa bulle. Putain que c’était bon.

Malgré le cerveau ralenti, Cratos sentis qu’on lui lécha la cuisse. La coupure, quant à elle, était passée totalement inaperçue. Il baissa la tête lentement, évitant de tomber en avant, et passa sa main dans les cheveux rouges de l’hyène.

Putain bonhomme, si tu voulais qu’on baise, fallait juste demander hein.

Il rigola et laissa une nouvelle fois retomber sa tête contre le mur. Il ne savait pas trop ce qu’on lui faisait à la cuisse. Tant que ça ne le dérangeait pas dans sa transe, on pouvait lui faire tout ce qu’on voulait. Il referma les yeux et se senti partir, un peu comme s’il s’endormait. Mais au lieu de ça, ça respiration ralenti et devint difficile. Il aurait voulu serrer un peu plus ses doigts sur le crâne de Dany pour le faire réagir, mais ses muscles refusaient de lui obéir. Il se surprit à penser qu’il allait mourir, mais n’arriver pas à avoir peur. C’était comme glisser dans des draps chauds. Sa main glissa des cheveux rouges pour pendre dans le vide. Il rouvrit les yeux et écouta sa propre respiration, irrégulière et bruyante.

_________________

Ceux qui prétendent ne pas aimer la violence ne font que renier leur véritable nature.
Codée par Eli-Ls


Je suis aussi Anna Vignet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 09/02/2016
Age : 25
Localisation : Chine <3



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 22
Equipements:

MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   Sam 20 Fév - 17:13

Waw, Cratos était vraiment loin. La lame ne l'avait pas vraiment dérangé, ce qui n'était pas étonnant. Il était plus surprenant par contre qu'il réagisse à la langue de Dany sur sa cuisse. Ok une langue c'est humide et chaud, ça peut aussi chatouiller. Mais putain une lame de scalpel... s'il n'avait pas pu sentir celle-là, il n'aurait pas dû en toute logique sentir la léchouille!

- Putain bonhomme, si tu voulais qu’on baise, fallait juste demander hein.

Voyant qu'il ne réagissait pas à ses paroles, le roux pensa seulement "oh non monsieur, vous vous méprenez, je vous assure que ce n'était pas dans mes intentions". Mais bon, là, il venait de lui envoyer l'invitation avec son nom écrit en lettre d'or, timbré et tout. Depuis combien de temps il ne s'était pas envoyé en l'air? Hum, pas si longtemps en fait, les candidats ne manquaient pas dans le coin. Il l'avait déjà fait en étant défoncé un minimum, parce que quand tu l'es trop ben... le corps ne suit pas la pensée ni les actes. Et là Cratos était bien incapable de faire quoi que ce soit.

Dany soupira, qu'allait-il faire de son chef... d'abord, il enleva son propre tee-shirt histoire de se mettre à l'aise. Ensuite, il reprit son scalpel histoire de couper encore un peu. Pour se faire, il n'hésita pas à enlever le pantalon de Cratos qui gisait sur le bureau. Il n'avait pas la force de se débattre de toutes les façons, mais... il n'était pas léger! Purée un mec c'est quand même lourd, surtout un poids mort qui se laisse aller comme un sac à patate! Dany dû dépenser plus d'énergie qu'il n'aurait pensé en essayant de déplacer en prime son chef vers un endroit plus confortable, c'est-à-dire le lit. Heureusement qu'il avait au préalable enlevé son tee-shirt sinon il aurait transpiré dedans.

- Bordel Cratos je suis sûr que tu m'entends, t'aurais pu faire un effort quand même pour m'aider, tu dois bien te marrer.

A son tour de se marrer. Après s'être débarrassé de la dernière barrière qui les séparait, c'est-à-dire le slibard de Cratos, il avait accès au moindre centimètre carré de sa peau.

Puis, par souci d'équité, il déposa son scalpel à portée de la main de Cratos.

- Tiens, si tu veux t'amuser avec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 19/06/2015



Votre personnage
Mes liens:
Age : 20 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   Lun 22 Fév - 19:42

Ses idées semblaient tourner en rond. Son cerveau s’était mis soudainement à parler une langue inconnue. Ses propres pensées étaient indéchiffrables pour lui-même. Ce n’était pas la première fois qu’il se droguait et ressentait de tels effets. Mais l’ampleur que cela prenait était, quant à elle, inédite. Le mélange des produits, sans aucun doute. Il ne savait pas s’il avait envie de recommencer ou non. C’était étrange. Une autre réalité, une autre expérience, quelque chose qu’on subit parce qu’on le doit, sans réfléchir si on aime ou non. Il démêlera ça plus tard. Il était trop occupé à écouter sa respiration, bruyante et lente. Dans cet état proche de l’état de conscience d’un infecté, Cratos sentis à peine qu’on le déshabillait. Enfin, il le sentait, mais ne comprenait pas ce qui se passait. Il s’en foutait éperdument. Il voulait juste s’écoutet respirer, voir s’il allait finir par mourir. La voit de Dany lui parvint, détournant un peu son attention. Non, bien sûr que non, il ne se marrait pas, il se sentait bien, ou du moins vide de tout ce qui pouvait l’affecter. Ce qu’on pouvait faire à son corps n’avait plus rien d’important.

Bon, déjà, pour une fois le chef avait compris de quoi on lui parlait. Ça signifiait que son état n'allait non pas en s’empirant comme un drogué après une trop grosse dose, mais en s’améliorant. Ça serait lent, mais il ne crèvera pas. Mais son cerveau était encore loin de pouvoir réfléchir à tout ça. Non, son cerveau était trop occupé à se complaire dans une sensation qu’il connaissait beaucoup trop bien. Cratos n’était plus trop capable de dire qui lui faisait ça, mais on essayait clairement d’avoir un rapport sexuel avec lui, ce qui déclencha chez lui un immense sourire béat et força sa respiration à prendre un rythme normal (ce qui double la cadence des inspirations-expirations par rapport à l’instant d’avant). Il ouvrit ses yeux bruns pour contempler l’acte. Tout tournait, ce qui lui donnait l’impression d’être cent fois plus excité qu’il ne l’était. Son corps peinait à rediriger correctement le sang vers ses parties inférieures. Autrement dit, zéro réaction de son entre-jambe, rien, nada.

Sa main droite rencontra un objet en métal, froid. Réussissant à tourner la tête, il reconnut l’objet et le saisi enter ses doigts. Il le souleva devant ses yeux, observant une goutte de son propre sang dégouliner le long de la lame finement aiguisée. La couleur était jolie, faisait réagir ses pupilles. Il baissa le bras pour positionner la lame sur la première chose à sa portée : l’épaule de Dany qu’il ouvrit en une fine coupure nette, juste en dessous de l’os. L’air encore endormi, alors que son esprit, lui, savait ce qu’il faisait, il observa le sang couler lentement, formant un chemin sur le corps à moitié dénudé de la hyène. Après ça, Cratos chercha à se redresser un peu plus, toujours en s’appuyant contre le mur derrière lui. Beaucoup trop chancelants, ça ne devait pas être le meilleur spectacle. Son regard chercha celui de Dany, abandonnant à contre cœur la petite plaie qu’il venait de créer.

T’es quand même sacrément taré, dans ton genre.

Il esquissa un petit sourire, ou du moins c’était ce qu’il aurait aimé faire si ses muscles n’étaient pas si mous

_________________

Ceux qui prétendent ne pas aimer la violence ne font que renier leur véritable nature.
Codée par Eli-Ls


Je suis aussi Anna Vignet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 09/02/2016
Age : 25
Localisation : Chine <3



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 22
Equipements:

MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   Mar 23 Fév - 16:59

Pendant qu'il était occupé sur le corps de Cratos, il jeta un oeil à ce dernier pour voir s'il avait remarqué la présence du scalpel. Oui, son chef venait de le saisir et l'observait maintenant avec intérêt. En se demandant ce qu'il allait faire avec, il continua sa besogne, jusqu'à sentir sa propre lame trancher dans son épaule. Aïe! Il fit une grimace sur le coup et cessa net ce qu'il était occupé à faire pour regarder Cratos avec un air de reproche. Oui il l'avait cherché, il l'avait laissé à sa portée exprès pour qu'il joue avec, mais la coupure d'un scalpel reste quand même piquante sur le coup, comme quand on se blesse avec une feuille de papier. Après les premières secondes douloureuses l’adrénaline fait son effet et la douleur s'estompe. Entre temps Cratos s'était redressé, il avait l'air d'avoir un peu repris ses esprits ce qui n'était pas pour déplaire à Dany, il avait pu disposer du corps de Cratos pour le couper à sa guise maintenant il était temps de passer à autre chose.

- T’es quand même sacrément taré, dans ton genre.

"Que celui qui n'a jamais pêché jette la première pierre", Cratos ne pouvait surement pas penser qu'il était moins taré que Dany.

- T'es pas mal non plus tu sais.

Toujours entre les jambes de la hyène alpha le rouquin cherchait à soutenir le regard de Cratos, mais celui-ci n'arrivait pas bien à garder les yeux fixés sur un point, il n'arrivait pas très bien non plus à se maintenir... ni à sourire. Dany avait un peu pitié de lui, et c'était de sa faute puisque c'était lui qui lui avait donné de quoi se déglinguer. Pour l'aider un peu, il lui sourit en retour, d'un sourire plutôt amusé, puis il s'approcha de lui et lui saisit le menton afin de pouvoir plonger ses yeux dans les siens. Cette proximité le mettait dans un état agréable d'excitation, Cratos était plutôt beau garçon et son maquillage noir autour des yeux donnait plus de profondeur à son regard. Il ne put résister très longtemps à cette vision, timidement, il attrapa la lèvre inférieure de Cratos avec sa bouche et commença à l'embrasser. Il ne tarda pas à y mettre la langue pour un baiser un peu plus langoureux. Sa respiration s'accéléra à son tour et prit le rythme de celle de son chef. Il avait terriblement envie de lui, il lâcha donc son menton pour attraper sa tête et glisser ses doigts dans ses cheveux courts, puis il abandonna sa bouche pour aller lécher le lobe de son oreille dans le secret espoir de le chatouiller, et dans la foulée, descendre le long de son cou pour se retrouver sur son tatouage qu'il lécha et embrassa allègrement.

Il avait envie de lui parler aussi, de dire des choses, mais quoi? Surement pas des niaiseries du genre "je t'aime" ou "je suis content d'être ici avec toi". Peut-être que Cratos allait finir par le repousser, se moquer de lui ou lui dire de la fermer tout simplement. Mais puisqu'il ne se gênait pas pour grand chose il se lança.



Dany n'avait pas vraiment prévu que sa journée allait virer ainsi, il était venu pour trouver de l'action, pour ne pas voir le temps passer, mais pas comme ça à la base. Ce n'était pas plus mal, même s'il se sentait gêné d'oser faire ça à son chef de meute. Puisqu'il pouvait avoir toutes les personnes qu'il voulait pourquoi diable perdrait-il son temps avec lui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 19/06/2015



Votre personnage
Mes liens:
Age : 20 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   Ven 26 Fév - 1:35

Le mot taré sonnait aux oreilles de Cratos comme un très joli compliment. Après tout, tout ce qu’il avait fait depuis le début de l’épidémie était de cultiver sa folie, son excentricité au point qu’elle devienne sa caractéristique principale. Que ça soit dans son look, dans sa façon de parler ou de se tenir, ou dans sa personnalité. La folie bouffait les gens qui l’admiraient.

Toujours bercé par le cocktail de drogue, Cratos fut surpris par l’énergie que Dany déploya pour l’embrasser. Cela provoqua un petit mouvement de recul, mais se retrouva bloqué contre le mur. Le premier sentiment passé, son corps se détendit et ses lèvres se laissèrent faire. La chaleur que cela lui procurait lui plaisait. Les caresses dans ses cheveux et les petits jeux avec son lobe réussirent à lui créer un frisson dans la nuque. Partout où la bouche de Dany venait, la peau du chef réagissait. La partie inférieure de son anatomie, c’était une autre affaire. Dans un terrible effort, le drogué réussit à venir griffer la base du cou de la hyène, jetant un nouveau coup d’œil à la coupure au scalpel. Elle avait arrêté de saigner maintenant et les tâches rouges s’échaient déjà.

J'ai envie de toi, de ton corps, de tes lèvres. Je vais devoir te prendre sur ce lit pour assouvir mon besoin et te faire jouir par la même occasion.

Petit rire gêné de Cratos. Il était censé assurer là, montrer à Dany qui était encore le chef entre eux, prendre son pied avec violence pour rétablir la hiérarchie entre eux. Mais en l’espèce, tout ce qu’il pouvait espérer faire était s’allonger sur le ventre et plus ou moins se laisser faire. Ses idées revenaient doucement, s’il pouvait temporiser un peu, peut-être qu’il pourrait se montrer digne de sa réputation.

Il réussit à se redresser, s’approchant du bord du bureau et donc de Dany. De ses mains, il attira les hanches du jeune homme contre les siennes. Il approcha ses lèvres de son oreille.

Tu me laisse reprendre du poil de la bête avant, ok gamin ? Tu ne voudrais quand même pas profité d’une larve à moitié morte.

Cratos lui-même ignorait si la larve était lui ou… Passons. Il préférait garder ses yeux fermés, afin de ne pas voir sa chambre tourbillonner sans fin. Ses lèvres cherchèrent à nouveaux leurs jumelles. Ses mains, quant à elles, restait fermement accrochées aux hanches chaudes.

_________________

Ceux qui prétendent ne pas aimer la violence ne font que renier leur véritable nature.
Codée par Eli-Ls


Je suis aussi Anna Vignet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 09/02/2016
Age : 25
Localisation : Chine <3



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 22
Equipements:

MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   Jeu 3 Mar - 13:38

Ouf, Cratos avait répondu positivement à ses avances, même s'il avait cru au début que ça allait capoter. Et le fait qu'il colle ses hanches aux siennes montraient qu'il avait bien les mêmes intentions que lui, Dany pouvait donc se lâcher.

- Tu me laisse reprendre du poil de la bête avant, ok gamin ? Tu ne voudrais quand même pas profité d’une larve à moitié morte.

Gamin? Voilà qu'il recommençait, sans doute une façon pour lui de reprendre un peu son rôle de hyène dominante. Mais... il n'en était rien, la situation était beaucoup trop inversée pour que cette phrase ait du sens. En attendant, il avait le contrôle de la situation, il ne pouvait pas donc juste attendre qu'il reprenne du poil de la bête. Qu'allait-il faire pendant ce temps?

Comme Cratos était toujours tout nu, Dany enfourna ses doigts dans sa bouche pour les humidifier au maximum, avec un lot de salive supplémentaire. Avec cet outil il dirigea sa main vers l'anus de son chef et commença à lui mettre des doigts. Histoire de passer le temps pour ne pas profiter d'une larve à moitié morte. Dans le feu de l'action il ne répondait pas vraiment en parole mais plutôt en gestes, car que pouvait-il bien répondre à ça? Cratos avait gardé les yeux fermés, les lèvres en avant, Dany pouvait donc continuer de l'embrasser allègrement pendant qu'il s'occupait de son entre-jambe.

- Je veux bien te laisser un peu reprendre tes idées mais je peux pas te laisser tranquille pour autant sinon l'excitation va retomber. Alors...

Alors il se déshabilla lui-même puisque Cratos n'en était toujours pas capable, le slip surtout devait voler. Il ne pouvait plus vraiment attendre, mais en même temps il ne voulait pas le brusquer au risque de se voir rejeter. Alors après avoir masser sa prostate il commença à s'occuper de lui-même avec ses mains. Quelle tristesse. Mais c'était tout de même bon, le plaisir commençait à monter au fur et à mesure des va et vient, il pouvait ressentir cette petite chaleur si typique au creux de son ventre. Mais pas question d'aller jusqu'au bout, il comptait bien se terminer avec Cratos, il attendait juste que celui-ci lui donne son fau vert pour qu'il puisse entrer en lui... ou inversément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fonda(préda)teur
Fonda(préda)teur
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 19/06/2015



Votre personnage
Mes liens:
Age : 20 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   Jeu 10 Mar - 18:40

Alors que son corps se réveillait doucement, que ses sens devenaient à nouveaux fiables, les doigts de Dany se montrèrent un peu... aventureux ? Cratos n'eut pas la force de le repousser de suite, préférant voir si le sentiment d'inconfort perdurait. Il n'était pas du genre à se laisser faire, mais pour une fois s'il pouvait se contenter de rien faire, il ne disait pas non.


Je veux bien te laisser un peu reprendre tes idées mais je peux pas te laisser tranquille pour autant sinon l'excitation va retomber. Alors...


Non, Cratos serra les dents mais voyant que l'intrusion était toujours aussi dérangeante, il remua en grognant, signifiant que ça ne lui plaisait pas tellement. Il préférait prendre les choses en main lui-même, reprendre le dessus et sa position de mâle dominant. Réussissant à se dégager, il se redressa pour saisir la nuque de Dany et venir plaquer ses lèvres sur les siennes. Voila, maintenant la hyène avait retrouver l'intégralité de ses capacités physiques, malgré la désinhibition qui le poussait à agît de la sorte. Il se releva petit à petit, obligeant l'autre jeune homme à reculer, tout en continuant à l'embrasser. Ses mains froides délaissèrent le cou bordé de cheveux rouges pour descendre sur les hanches et les tenir fermement. Il continuait à avancer, un pas à la fois, se rapprochant de plus en plus du lit.

C'est lequel va prendre l'autre sur ce lit, maintenant ?

Ses dents jouèrent avec la lèvre inférieur du jeune homme, n'y allant pas doucement. Cratos préférait quand le jeu était pimenté, et quand il dirigeait le tout. Il serra un peu la machoîre, espérant bientôt sentir une goutte de sang glisser sur sa langue.

_________________

Ceux qui prétendent ne pas aimer la violence ne font que renier leur véritable nature.
Codée par Eli-Ls


Je suis aussi Anna Vignet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: A quoi bon lutter - feat Cratos   

Revenir en haut Aller en bas
 
A quoi bon lutter - feat Cratos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entrainement matinal, pas de quoi d’anormal - Feat Jyne et Zéphyr
» Une guerrière, un solitaire et un Hordeux, quoi de mieux ? [Feat : Stone and Âme] FINI
» La quoi...? [Feat Yuka]
» Je ne vois pas de quoi tu veux parler... feat. Kang Dae Hyun
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une lumière derrière les ombres :: Zone de RP - Paris :: Le 12ème arrondissement :: l'Usine désaffectée-