Vote !
Tops-Sites
Une lumière derrière les ombres
BONJOUR ! Uldo est fermé mais le roi est mort, vive le roi ! Vous pourrez jouer dans notre univers ici : http://z-epidemie.forumactif.com/ !


Forum RPG post-apo'
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sanguine, petite mais dangereuse. [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 05/04/2016
Localisation : Quelque part dans Paris... Mais j'te l'dirais pas !



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 10 ans
Equipements:

MessageSujet: Sanguine, petite mais dangereuse. [Terminée]   Mar 5 Avr - 12:24

Sanguine
ft. " Teen Girl from the Wasteland " de Sergi Brosa

Âge : 10 ans
Groupe : Les Hyènes
Nationalité : Française
Signe particulier : Une longue cicatrice barre son dos de son omoplate droit à sa cinquième côte gauche.
Caractère


"Tu t'adaptes, tu survis. Tu t'obstines, tu meurs !"
Sanguine

“ Sanguine ? Vous voulez que je vous parles de cette peste ? ”

Jerry grogne et allume la cigarette qui se trouve dans sa bouche. Il en tire une bouffée qu’il recrache doucement avant de parler.

“ Ok, mais comptez pas sur moi pour être élogieux !
Qu’est ce que je peux vous dire sur cette petite garce mis à part que ma vie serait sacrément plus cool si on lui avait troué la peau quand on l’a trouvé.
Cette gosse… C’est le diable. Un putain de démon dans un corps de morveuse ! Quand on l’a trouvé y a deux ans, j’ai dit aux autres qu’elle serait une épine de plus et qu’il fallait s’en servir comme appât pour les infectés. Mais parce qu’elle m’a soit disant “botté l’cul”, ils ont voulu la garder.
Et voilà le résultat, on se retrouve avec une morveuse sur les bras qu’a un caractère pire que celui d’un infecté affamé depuis cinq mois ! J’dirais pas qu’elle est pas intelligente, si c’était l’cas elle serait pas trop dure à supporter. Mais cette gamine, c’est un vrai rat, plus rusée qu’un de ces foutus rongeurs. Quand elle veut un truc, elle trouve toujours le moyen de l’obtenir cette sale peste !
Et je vous parle pas de quand elle se bat. Une vraie furie, jamais vu ça. Comment un truc aussi petit peut attaquer quelqu’un avec autant de rage ? Un démon j’vous dis !
Et j’ai pas parlé de son coté buté comme un cochon, j’risquerais d’être vulgaire.
Au moins on peut lui donner un avantage, elle chiale jamais. Et heureusement parce que déjà à chaque fois qu’elle ouvre sa gueule, c’est pour répondre à un adulte ou l’insulter ! ”

Jerry serre les dents, écrasant sa cigarette entre ses molaires.

" Sale petit monstre… Un jour j’la crèverais c’est juré… ”

Physique


"Quel est le bâtard qui m'a volé mon colt pendant que je dormais ?! Ah bordel... SANGUINE !"
Jerry Elton

“ Physiquement ? Qu’est ce que vous voulez que je vous dise, elle a la même apparence que toutes les gamines de ce foutu monde apocalyptique. “

Zack soupire et croise les bras, s’enfonçant dans son siège.

“ Bon, bon, très bien. Physiquement… Physiquement… Ben elle a vraiment l’apparence d’une gamine. Et heureusement, parce qu’avec un tel tempérament on pourrait plus croire à une ado folle furieuse qu’à une gosse de dix ans.
Elle est maigre ouais. J’imagine que tous les enfants de Paris le sont plus ou moins aujourd’hui avec le manque de vivres. Mais pour Sanguine, j’aurais tendance à ne pas me fier à sa fine carrure. Elle fait preuve d’une telle agressivité quand elle doit se battre qu’on oublie vite son coté maigrichon. Ca, elle aime jouer de la batte la rouquine. Ah ouais je vous ai dit qu’elle était rousse ? Bon en même temps ça saute rapidement aux yeux, même si la poussière qui couvre ses cheveux rend la couleur plus sombre. En tout cas elle les coupe elle même mi longs, ça se voit, et les attache en couettes, sûrement pour éviter de trop s’faire chopper par l’arrière. Et puis elle a les yeux vert, bien brillants. J’vous dis ça pour que vous compreniez à quel point un superstitieux pourrait croire à l’incarnation miniature d’une démone. Surtout que ses yeux quand on les regarde, ils reflètent une sorte de folie qu’on hésite à diagnostiquer chez elle. Faut dire qu’éclater de rire quand on explose la tête d’un cadavre ça aide pas forcément.

Bon niveau vêtement, j’imagine qu’elle porte ce qu’elle trouve, parce qu’elle porte presque tout le temps les mêmes. En général quand je la croise c’est avec un débardeur blanc et vert tout crasseux, un short pourpre sale et des bas à moitié troués… La “grande classe” quoi… Ah et elle a toujours aussi ces bottes en cuir un peu trop grandes aux pieds qu’elle a traficoté avec des liens pour les ajuster à sa taille.
J’crois que quand elle sort, elle porte ce truc là, ce sweet bleu à capuche délavé, sans doute pour cacher sa tête et sa ceinture épaisse pleine de sacoches pour y mettre ce qu’elle vole. Enfin pour ça elle a aussi son sac à dos d’école troué. Et ça lui arrive aussi d’emporter un masque à gas qu’elle a chourré je ne sais où et qui lui couvre le nez et la bouche. Prévoyante la gamine.
Mmmh, que dire de plus pour finir… Je peux vous parler de ses armes. Elle s’est entichée depuis deux ans d’une batte de base-ball à sa taille qu’elle a couverte de clou… Une sadique j’vous dit. Et je suis quasi sûr qu’elle planque sur elle un petit canif, sans doute dans ses bottes. “

Zack se gratte la barbe et fronce les sourcils.

“ En clair, je vous conseille pas de vous fier à son apparence, elle a rien d’une fillette innocente. La preuve : quand elle part en raid avec les Hyènes, elle se peint la figure de blanc et de noir pour se donner une apparence de crâne humain et elle enfile ses bouts de métal tordu fais avec des morceaux de carlingue de voiture pour s'en servir comme épaulettes… Tarée… “


Histoire

Bon je m’appelle Sanguine, j’ai 10 ans et… je trouve ça complètement débile de devoir écrire sa vie dans un journal. J’ai rien contre toi, vieux-cahier-tout-moisi-sans-doute-tiré-d’une-décharge-qu’on-m’a-donné-hier, mais de t’écrire dessus comme si tu étais une personne à qui je parlais me donne l’impression d’être une de ces folles dingues qui parlent à un truc imaginaire.
Mais bon, les autres ont insisté pour que je me “défoule” sur un bout de papier plutôt que sur la sale tronche de Jerry alors… Finissons en comme ça je pourrais retourner taper des trucs.

Donc, je disais je m'appelle Sanguine. Enfin c’est pas mon vrai nom mais c’est comme ça qu’on m’appelle chez les Hyènes. Zack dis que c’est parce que j’aime le sang. Jerry, lui, dit que c’est parce que je lui donne envie de gerber comme les oranges sanguines. Pour ça, j’ai planqué le cadavre d’une souris dans sa bouffe le lendemain.
Mon vrai nom, je m’en rappelle plus. C’est comme… tout flou dans ma tête, comme si il était derrière une vitre opaque. Mais Sanguine ça me va.

Ouais parce que j’ai des souvenirs un peu bizarres de mon passé. Des trous, des moments assombris que j’arrive pas à me remettre en mémoire.
Enfin voilà toujours ce qui me revient :

J’ai grandit dans une famille pauvre de Paris. Enfin pauvre, de ce que je me souviens, on s’en sortais pas trop mal non plus, y avais toujours quelque chose dans nos assiettes et même si on était cinq dans notre petit appartement je me souviens pas de quelque chose vraiment négatif. Après avec ces foutus trous de mémoire je promets rien…
Et puis, quand j’avais 8 ans, tout ce merdier a commencé. Aux infos, on parlait de virus émergeant, de contagion incontrôlable, je sais plus quelle connerie. Au début on s’en fichait un peu moi et mes frangins, c’était juste un type qui parlais à la télé  en faisant sa tête des mauvais jours.
Et puis le couvre-feu est arrivé et l’ambiance à Paris a changé. On pouvait plus sortir partout, on restait de plus en plus à la maison. Autour de nous, on parlait d’agressions dans les rues et de d’incinérations des infectés. La peur commençait à s’installer dans le quartier, l’immeuble et même jusque dans notre appartement. Je me souviens pas de tout, mais je me rappelle avoir ressenti l’angoisse de mes parents dans chaque parcelle de mon corps.
Mon père était le seul à sortir le soir hors du couvre-feu. Faut dire qu’il était flic, alors du coup il ne comptait plus ses heures sup’ pendant cette période. Toutes les nuits, il rentrait tard, je l’entendais souvent à travers la porte de notre chambre.
Et puis un soir, il n’est plus rentré. J’me rappelle avoir attendu des heures avec ma mère à essayer de la rassurer. Tout ça pour qu’au final on vienne nous annoncer le lendemain qu’il s’était fait attraper par plusieurs infectés et qu’ils avaient brûlé son corps avec les autres. Et voilà, on était seuls maintenant, juste ma mère, mes frangins et moi. Cette situation commençait vraiment à sentir la merde. Pour joindre les deux bouts, ma mère a accepté un double emploi et moi même j’ai commencé à bosser pour un mécano de notre rue. Je rangeais et nettoyait ses outils et passait le balais pour une paie pourrie. Enfin, ça mettait un peu de fromage dans nos pâtes.
D’ailleurs j’me souviens que j’étais à l’atelier le jour où les premières bombes sont tombées. On nous avait déjà distribué des tracts quelques semaines plus tôt qui ordonnaient aux gens d’évacuer la ville. Quelle connerie. Et pour aller ou bande de débiles ? On avait tout le peu qui nous restait à Paris.
Alors, comme pas mal de gens de notre quartier, on a refusé d’écouter l’armée. Et l’armée nous a fait comprendre une semaine plus tard qu’elle plaisantais pas.
C’est assez marrant quand on y pense, mais ce jour là je me rappelle presque de chaque détail. J’étais en train de nettoyer les outils de l’atelier quand ça a commencé. D’abord, y a eut comme des sifflement, mais hyper stridents. Et puis les explosions. D’abord un peu plus éloignées, elle ont fait trembler le sol de l’atelier, tous les pots d’huiles empilés se sont cassé la gueule. Moi j’étais figée, je pigeais pas ce qu’il se passait. Et puis les bombes se sont rapprochées et l’une d’elle a frappé l’immeuble d’en face. L’explosion m’a jetée par terre et tout à commencé à fonctionner au ralentit. Je voyais quasiment plus rien, j’étais sonnée et j’avais la gorge qui me brûlait. Il y avait une fumée dégueu dans l’air et une odeur de chair brûlée… J’ai pas attendu, dès que ma vue est devenue un peu moins flou j’ai foncé hors de l’atelier par la porte de derrière. De toute façon mon patron s’était fait écraser par un morceau du mur d’en face qui s’était effondré alors il allait pas me retenir.
Je suis vite revenue à mon immeuble. Fallait que j’aille chercher mes frangins. Quand je suis arrivée dans l’appart, mes deux petits frères étaient cachés sous leurs lits et hurlaient. J’ai eu un mal de chien à les calmer. Et puis là ma mère a débarqué. Elle était sale, couverte de cendres et je l’avais jamais vu aussi effrayée. Elle a attrapé mon plus petit frère et m’a ordonné de prendre la main du plus grand. On est sortis tous les trois de l’immeuble et on a commencé à courir. Y avais des tas de gens qui courraient autour de nous en hurlant et les explosions qui continuaient. Ma mère a dit qu’elle nous amenait dans un abris, dans la cave de son lieu de travail, très résistante.
Elle l’a jamais atteint. Une bombe est tombée devant nous avant qu’on y arrive et un éclat de métal s’est planté dans son abdomen. Ça lui a broyé les côtes et le thorax. Mon frère qui était dans ses bras lui s’est brisé la nuque en se faisant éjecter contre une voiture.
Moi j’ai eu envie de vomir en voyant ça mais je me suis retenue pour attraper mon frère encore vivant et courir à nouveau.
On est arrivés à l'abri. Il était déjà plein de gens et ils voulaient pas en accepter d’autres. Mais comme on était des gosses ils ont fini par nous prendre quand même.
J’sais pas combien de temps on a attendu dans la cave que les bombes finissent de tomber. De toute façon j’avais l’esprit vide. J’crois que c’est à ce moment là que j’ai commencé à connaître la rage, la vraie. C’est tellement bien de se laisser aller à une bonne rage sanguinaire.
Après, j’ai découvert que s’il y avait quelqu’un qui décidait de nos vies à tous, ce type nous haïssait. Pas grave, je l’emmerde ce type moi. L’un des réfugiés de l’abri a fini par aller ré-ouvrir la porte de la cave, on entendait plus les bombes. Mais c’était pas moins pire que des bombes ce qui nous attendait. Des personnes ont jailli dans la cave. Ils étaient défigurés pour la plupart, presque décomposés. Et ils ont commencé à tuer et dévorer tous les gens présents. Ca a été la panique. J’ai été poussées dans tous les sens et séparée de mon frère. Un moment donné, un de ces monstres s’est jeté sur moi. Il était déjà couvert de sang mais ne semblait plus penser qu’à un truc : bouffer de la chair humaine. Je me suis débattue mais il avait de la force cet enfoiré. Alors j’ai vu un tuyau de métal sur ma gauche, je l’ai attrapé, et j’ai frappé sa tête de toutes mes forces. Ca l’a jeté sur le coté. J’ai pas hésité ensuite, je me suis relevée et j’ai frappé son crâne à plusieurs reprises aussi fort que je le pouvais. J’ai arrêté quand il ne restait plus qu’une masse informe et explosée de sa tête.
Là, j’ai entendu mon frère crier et je l’ai cherché du regard. Il courrait hors de l’abri, suivi par deux des types en décomposition. J’ai couru moi aussi, derrière eux et une fois dehors je les ai cherché du regard. Mon frère a crié de nouveau, dans une ruelle adjacente. J’ai accouru et c’est là que je les ai trouvé, jetés sur lui, en train de le dévorer vivant comme un vulgaire morceau de viande. Mon frère hurlait de toutes ses forces.
C’est à ce moment que je me souviens avoir senti un truc bizarre en moins, comme une paroi de verre épaisse qui aurait volé en éclat, que j’ai compris que ce monde était perdu et nous crachait à la gueule. Compris qu’il n’y avait qu’une chose qui comptait dans ce monde pourrie : Tuer ou être tué.
J’ai plus réfléchit et j’ai foncé avec ma barre de métal. Et je les ai frappé. Longtemps, avec toute la rage nouvelle qui venait de naître en moi. J’ai brisé chacun de leurs os, broyé chaque membre et chaque parcelle de peau, réduit à l’état de charpie informe leurs corps de monstre, jusqu’à ce que je soient hors d’haleine et que mon arme soit toute tordue.
Haletante, je dégoulinais du sang de mes victimes. Et au delà du plaisir que ça me procurait, je m’en foutais royalement. J’ai réussi à reconnecter mon esprit assez longtemps pour tirer le corps de mon frère de là. Les plaies qu’il avait était trop profondes pour qu’il survive, je le savais. Mais je suis quand même restée avec lui jusqu’à ce qu’il expire son dernier souffle et que mes larmes aient inondé mon visage et le sien. C’est la dernière fois de ma vie que j’ai pleuré.
J’ai brûlé le corps de mon frère, j’avais pas envie de le laisser là à croupir avec les autres. Puis je suis partie.

Les semaines suivante, j’ai appris à survivre. La ville était devenue une ruine fumante remplie de gens qui devenaient fous pour tenter de survivre quelques jours de plus et de monstres cannibales décérébrés. Alors j’ai prit la décision de plus faire confiance à personne. Y a plus que la survie qui compte dans ce monde, qu’on se le dise. Alors j’ai appris à me battre, à voler et à la jouer discrète.
Au début, j’avais que mon canif offert par mon père à mes sept ans, pas l’idéal pour tuer autrement que dans le dos, et encore. Mais dans un magasin de sport démoli, j’ai finalement trouvé un batte à ma taille, exactement l’arme qu’il me fallait, elle me quitte plus depuis. Légère mais assez solide pour briser des cervicales, c’est ma meilleure amie aujourd’hui ! Le premier qui la touche je lui arrache les oreilles avec les dents !

Enfin bref. Je saurais pas dire combien de semaines j’ai survécu comme une loqueteuse à errer dans les rue en volant ma bouffe et fuyant ou déboîtant ceux qui tentaient de s’en prendre à moi, infectés ou non. Faut dire que c’est extatique d’entendre les os d’un adversaire qui craquent pendant que sa tête déverse un tonne d’hémoglobine.
Et puis un jour, je me suis faite surprendre en train de voler des conserves à ce groupe d’andouilles là… La citadelle. Alors que j’étais en train de les semer dans les rues, j’ai entendu un coup de feu et j’ai sentie mon ventre s’enflammer. L’un d’eux m’avait tiré dessus et si la balle avait traversé, la blessure rendait ma course effroyablement douloureuse à cause de la douleur brûlante.
J’ai finalement réussi à leur échapper en me cachant dans une benne à ordure. Après, j’ai erré dans la ville à la recherche de bandages. Mais rien, tout avait été pillé ou démoli. Le trou dans mon ventre me brûlait et ma main arrivait à peine à arrêter le sang qui s’en écoulait. Je commençait à voir flou. Je ne sais plus trop ce qui m’a donné la force d’avancer encore mais je me souviens m’être dit que c’était trop nul de mourir comme ça.

Alors, à force de marcher, marcher, je suis arrivée dans une sorte de vieille usine désaffectée et je me suis écroulée sur le parking. Tout est devenu flou et j’ai sombré dans un vide noir.
Quand je me suis réveillée je sais pas combien de temps plus tard, j’étais sur un paillasse dans un grand bâtiment haut de plafond : l’usine. Autour de moi, des types habillés et coiffés de manière bizarre mais plutôt cool se prenaient le bec. En dressant l’oreille j’ai vite compris qu'ils discutaient de quel sort ils me réservaient et la plupart des propositions étaient pas très joyeuses. Au moins, ils avaient arrêté le saignement avec une sorte de compresse rudimentaire serrée autour de mon ventre. Alors je me suis relevée en ignorant la sensation de tournis et j’ai hurlé :

“ Si vous m’approchez je vous crèves tous ! “

Ils m’ont regardé et plusieurs ont éclaté de rire. Et là ce connard de Jerry, que je connaissais pas à l’époque, m’a balancé qu’il pariait sa ration du soir qu’un microbe de ma taille arriverait même pas à le toucher. J’avais une telle rage en moi que j’ai bondit sur lui avant qu’il ait pu finir sa phrase. J’ai envoyé de toutes mes forces ma tête dans son ventre, ça l’a plié en deux. Là, j’ai sauté sur son dos et je me suis agrippée à son cou d’un bras pendant que de l’autre main je frappais avec acharnement dans sa mâchoire qui finit par se déboîter. Mais j’en avais pas fini, j’avais envie de sang. Alors j’ai attrapé violemment le haut de son oreille avec mes dents et je l’ai arrachée d’une mouvement rageur. Jerry me hurlait de le lâcher en tentant d'attraper l'anguille que j'étai,s fixée à son dos. Mais j’ai pas écouté et j’ai continué à serrer sa gorge jusqu’à ce que, par manque d’air, il tombe par terre et suffoque. Là je l’ai enfin lâché, mais j’avais toujours plus de violence en moi et j’ai continué à rouer de coups de pieds tous les endroits de son corps que je pouvais atteindre. J’ai arrêté seulement quand deux autres hommes sont venus m’attraper par les épaules pour m’écarter de ma victime. Il m’a fallu du temps, mais j’ai fini par me calmer.

Et alors, vous le croirez où non, mais cette histoire m’a value une place parmi ces gens. Ils se sont présentés à moi comme les “Hyènes”, un groupe de pillards dirigés par Cratos et Burel, et m’ont proposé de les rejoindre. D’après ce que j’ai entendu, la surprise passée, ils ont apprécié ma violence et la rage dont j’ai fait preuve en me battant.

Et me voilà maintenant, chez les Hyènes depuis plus d’un an, à voler et piller pour la survie du groupe.
J’ai pas à me plaindre, j’suis bien chez eux. Ils sont cool et ils aiment se battre. J’dirais pas que je me sens comme dans une nouvelle famille et tout le blabla de débiles qu’on voit dans les histoires, mais j’imagine que c’est ce qui s’en rapproche le plus.
Alors dans ce monde en foutoir, j’ai décidé que ce serait avec eux que je survivrais.
Tu t’adapte, tu survies. Tu t’obstines, tu meurs.

Voilà, je crois que c’est tout vieux journal. C’était pas si difficile de t’écrire dessus finalement, ça m'a bien défoulé.
Bon allez, j’ai des canettes vides à remplir de vase pour les balancer sur Jerry quand il ira pioncer. Et j’irais bien frapper quelque chose, vivante ou non.

Un peu de vous

PUF : Rine
Prénom : J'l'ai oublié, juré ! o.o
Âge : 21 ans
Un peu plus de vous : Un p'tit coup de canif ?



Dernière édition par Sanguine le Ven 8 Avr - 23:01, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
Admin
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17



Votre personnage
Mes liens: Aucun.
Age :
Equipements:

MessageSujet: Re: Sanguine, petite mais dangereuse. [Terminée]   Jeu 7 Avr - 17:23

HEYO ! Bienvenue sur notre forum !
J'espère que tu t'amusera bien parmi nous jeune psychopathe en herbe, et si tu a une question, n'hésite pas a MP un admin (enfin, surtout moi, parce que les autres sont absents pour le moment !)
Si cela t’intéresse, le forum dispose d'une conversation skype manquant cruellement d'actif, si tu veut que je t'y ajoute, invite moi en amis (Shobukill), en précisant que tu vient du fofo Smile
Cthulhu T'aime ! FUCKING LAMA !

_________________
my world:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shobu13.free.fr


avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 05/04/2016
Localisation : Quelque part dans Paris... Mais j'te l'dirais pas !



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 10 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Sanguine, petite mais dangereuse. [Terminée]   Jeu 7 Avr - 19:11

Merci pour l'accueil !
Je suis en train de terminer mon histoire, la seule partie qu'il manque à ma fiche. J'espère être acceptée chez les Hyènes malgré ma p'tite taille. x)
Merci pour le pseudo skype ! Je vais t'ajouter même si je ne me connecte pas souvent. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 05/04/2016
Localisation : Quelque part dans Paris... Mais j'te l'dirais pas !



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 10 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Sanguine, petite mais dangereuse. [Terminée]   Ven 8 Avr - 15:00

Désolée pour le double post...
C'était juste pour prévenir que ma fiche était terminée, normalement. =)
J'espère ne pas avoir fait d'erreur dans l'histoire. N'hésitez pas à me reprendre si c'est le cas.

J'attends votre verdict ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
Admin
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17



Votre personnage
Mes liens: Aucun.
Age :
Equipements:

MessageSujet: Re: Sanguine, petite mais dangereuse. [Terminée]   Ven 8 Avr - 21:44

T'inquiète pas Wink Alors du coup, concernant ton histoire...
Elle faisait quoi exactement Comme travail dans le garage ? Parce que une fillette de 8 ans c'est c
quand même asser faiblarde...
Sinon, pour le reste, c'est bon, pas de problème Smile
Si je puis me permettre, quand tu sera validé et que tu RPra, N'oublie pas que c'est une gamine, un peu timbré, mais une gamine quand même, par conséquent, elle n'est nit super forte, ni super endurante Wink Sauf si elle s'entraine .

_________________
my world:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shobu13.free.fr


avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 05/04/2016
Localisation : Quelque part dans Paris... Mais j'te l'dirais pas !



Votre personnage
Mes liens: Fiche non faite.
Age : 10 ans
Equipements:

MessageSujet: Re: Sanguine, petite mais dangereuse. [Terminée]   Ven 8 Avr - 22:31

J'ai précisé son travail !
En fait je pensais juste à de l'entretien, je me doute bien qu'à son âge elle allait pas travailler en temps que mécanicienne. x)
Et pour le reste, aucun problème. Qu'on soit d'accord, les fois où Sanguine tue ou bat quelqu'un dans l'histoire, c'est surtout grâce à l'effet de surprise ou la montée d'adrénaline avec la rage. Mais je la considère bien comme une fillette avec les faiblesses physiques qui vont avec, donc naturellement moins forte et résistante qu'un adulte. C'est pour ça que je précise que c'est plus une voleuse discrète qu'une combattante. =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin
Admin
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 17



Votre personnage
Mes liens: Aucun.
Age :
Equipements:

MessageSujet: Re: Sanguine, petite mais dangereuse. [Terminée]   Sam 9 Avr - 4:00

Okay parfait ! J'espère que tu t'amusera bien a RP parmis nous et que tu fera de belle rencontres, toussa toussa Smile FUCKING LAMA !

_________________
my world:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shobu13.free.fr
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Sanguine, petite mais dangereuse. [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sanguine, petite mais dangereuse. [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une enquète dangereuse[Terminé]
» Une petite fête [Terminé]
» La jalousie est un vilain défaut, oui mais. (xarah) (terminé)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )
» Une petite victime qui passait par là. (Jann) (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une lumière derrière les ombres :: Vie du forum :: Présentation :: Présentations Validées-